Skip to main content

Full text of "Vie du cardinal Jean Sifrein Maury"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



VURY. 



dans le 

parti(» 

174G, 

hiné , 

ntes. 

ime 

ic- 

la 






VIE 



DU CARDINAL 



JEAN SIFREIN MAURY, 



CET OUVRAGE SE TROUVE AUSSI 

A Bordeaux, . . . Chez Gàtet aîué. 

Marseille, , , . Camoin frères. 

Lyon BoiiAiRE, Targe, Fauke et C''. 

Toulouse. . . . Vibusseux atné. 

Rouen Fleury, Frère. 

Bayeux Levràkçois. * 

Montpellier. . , Virenqde. 

Liille Lefort. 

Amiens Carov Vitbt, Allô. 

Bruxelles. , . , Riracdière. 

Mons Lbrodx. 

Turin Rocca, Pic. 

Milan Domolard , Molihari. 

Bdle HOLDEHECKIR Ct flls. 

Genèi>e V' Dechatbauvieux, Dhkosgis. 



PARIS. lUPRlHERIE DE CASIMIR, RUE DE LA VICILLE-MOHNOIF. , M* la, 

prè5 la rue de» Lombards rt la plarr du Chnirlet. 



^ 




iCaa-dlimall 'i\4tjrc ë^.L ^TV.>À\:^^' 'Rom 

W- i Vih-,-^ Ihii,} -i<.Va,icl.i«<.} [.-"^fi Juin , i7i.f^ . 
Mort k Rome lo lo Mnl 1817, 



VIE M"^/»». 

DU CARDINAL 

JEAN SIFREIIV MAURl, 

AVKC 

■ CES NOTES ET DBS VIÈCES .lUSTIFICATIVKS; 

PAK 

LOUIS SIFREIN MAURY, 




A PABIS, 

CHEZ P. J. GAÏET, LIBRAIRE, 



fii. 



.^S%V'''^ %^ 't.» 



."ï^* 



\ 



AVERTISSEMENT. 



Le cardinal Maury in'avoit tant Je fois 
répété que la vie d'un auteur ne se com- 
pose que de ses seuls écrits, que je ne son- 
geois nullement à faire son histoire Mais 
on ne cesse de publier des faussetés sur son 
compte. J'ai craint de les accréditer par 
un trop long silence , et de laisser ainsi 
imprimer une tache à sa mémoire. J'ai 
donc, en quelque sorte, oublié les précep- 
tes de mon oncle pour remplir un devoir 
de piété filiale. 

Toutefois , si j'ai pu m' écarter de ses 
maximes , je serai fort réservé pour tous 
les détails purement domestiques , et je ne 
m'en permettrai qu autant qu ils me pa- 
roîtront se rattacher essentiellement au ca- 
ractère de celui que je dois faire connoître. 



z 



7 



%^. 




60000S330H 




i 



VIE 



DU CARDINAL 



JEAN SIFREIN MAURY. 



% 



CET OUVRAGE SE TROUVE AUSSI 



A Bordeaux. . . 


Chez Gayet aîué. 


Marseille, . . 


Camoih frères. 


Lyon 


BoiiAiRE, Tauce, Faure et C'" 


Toulouse. . . 


ViEussEux aînd. 


liouen 


Flei-ry, Frère. 


Bayeux. . . . 


Lefrakçois. * 


Montpellier. . 


VlREKQUE. 


LiUe 


Lefort. 


Amiens. . . . 


Carok Vitbt, Ali.o. 


Bruxelles. . . 


Renavdière. 


Mons 


Leroux. 


Turin 


BoccA, Pic. 


Milan 


DvNOLARD , MOLINARI. 


Bdle 


Holdenbcrer et fils. 


Genèi'e. . . . 


V* Dechateauvieux, Dbrosgis 



PARIS. 



■lUPRlMERIE DE CAblMIh, RUE DE LA VICILLE-MORKOIK , M* 13, 
|>rv» la rue des f.omlianls rt la plare du Châlrlet. 



^ 



> 



VIE 



DU CARDINAL 



JEAN SIFREIN MAURY. 



Jean Sifrew Maury naquit à Valréas, dans le 
comtat Vénaissin , qui fait actuellement partie 
du département de Vaucluse , le :26 juin 1746, 
d'une famille protestante sortie du Dauphiné ^ 
à l'époque de la révocation de l'édit de Nantes. 
Il avoit trois frères. Son père étoit un homme 
doué d'un grand sens et d'une force de carac- 
tère rare. Quoique peu partagé des biens de la 
fortune, il voulut faire instruire tous ses enfants. 
Le jeune Sifrein fréquenta d'abord le petit col- 
lège de son pays. A l'âge de treize ans, il y eut 
terminé le cours des humanités ; et comme il 
montroit une grande vocation pour l'état ecclé- 
siastique, on l'envoya au séminaire de Saint- 
Charles à Avignon. 
Pour donner une idée de son esprit , de son 



2 VIE DU CARDINAL 

jugement, ainsi que des heureuses dispositions 
qui le distinguèrent dès son enfance , sans 
m'appesantir sur les détails insignifiants de ses 
premières études , voici deux traits qui en di- 
ront plus que toutes mes paroles. 

M. de Grandpré, lieutenant général, vint un 
jour faire l'inspection du collège de Valréas. 
Les enfants ne répondoient qu'en patois à toutes 
ses questions, a Fi donc! leur dit-il, je vous 
(c comprends à peine. Quoi! vous ne savez pas 
w même le françois! vous êtes une troupe de 
w paresseux. Jamais vous ne ferez rien dans vos 

« classes — Monsieur, répliqua vivement 

w Maury, qui n'avoit pas qncore atteint sa hui- 
« tîéme année , nous ne pouvons savoir (Jue ce 
(( qu'on nous enseigne. Un jour j'étudierai 
(( le françois , et je lé parlerai bien ; mais ja- 
« mais je n'oublierai mon patois, parce que 
« l'esprit consiste à apprendre el non pas à ou- 
(c blier. » Il tint en effet parole, et, jusque 
dans sa vieillesse, il aimoit à s'entretenir dans 
la langue rajeunissante de son pays natal. 

Le second trait caractéristique que je veux 
raconter, se passa pendant qu'il étoit au sémi- 
naire. Le célèbre abbé Poulie étoit vepu à Avi- 
gnon, etdevoit y prêcher dans l'église de Saint- 



JEAN SIFHEIN MADRY. 3 

Agricole. Maury obtint la permission d'aller 
l'entendre. Le supérieur s'ëtant rendu à l'église 
de son côté, et n'ayant point aperçu son jeune 
séminariste, lui dit le soir : «Où avez-voùs été 
(c courir? vous n'étiez pas au sermon. » Maury 
l'assura qu'il y avoit assisté. f< C'est faux, reprit 
« le pédagogue , je suis sûr que vous n'y étiez 
« pas... — Monsieur, j'y étois si bien, que j'ai 
(( transcrit de mémoire la première partie du 
i< discours, et que j'allois achever la dernière 
w quand vous m'avez fait appeler. » Le supé- 
rieur, un peu étonné, lui dit d'aller chercher 
son cahier. Dès qu'il l'eut parcouru , il lui fit les 
plus humbles excuses , et l'embrassant tendre- 
ment : « Vous û'êtes plus , ajouta-t-il , un sé- 
« minariste, dès ce jour vous devenez mon col- 
« lègue, soyez votre maître, et que rien ne vous 
u gêne désormais dans vos études. » 

Non content de celte noble réparation, il 
voulut lui en faire une plus solennelle. L'abbé 
Poulie devoit veiiir le lendemain à Saint- Char- 
les. Le supérieur fit in^âter les principaux ec- 
clésiastiques de la ville à s'y trouver à l'heure 
du rendez- vous. Quand la réunion fut formée, 
il fit d'abord de grands éloges au prédicateur, 
puis' il ajouta qu'on avoit d'autant plus goûté 



4 VIE DU CARDINAL 

et admiré son discours^ qu'on le connoissoit à 
Avignon. L'abbé Poulie, surpris d'une pareille 
confidence, répondit que la chose étoit impos- 
sible, vu qu'il l'avoit prêché pour la première 
fois à Saint- Agricole. «Je vous crois, lui dit le 
« supérieur; mais alors, de grâce; expliquez-moi 
(^ ce mystère, »et il lui présenta la copie de son 
propre sermon, mise parfaitement au net. A 
peine y eut-il jeté un coup d'œil, qu'il en fut 
comme stupéfait. Il étoit temps de finir la plai- 
santerie. On se hâta donc de produire l'heureux 
auteur du larcin, et celui-ci fut aussitôt comblé 
à l'envi des éloges les plus unanimes, par Tabbé 
Poulie et par tous ceux qui formoient cette 
nombreuse assemblée. Instruit de ce fait, le 
vice-légat, monseigneur Salviati, voulut lui- 
même le voir pour le féliciter. Il paroîtroit 
même qu'il avoit formé des projets pour son 
avancement; car il demanda pour lui un di- 
plôme à r Académie des Jrcades. Mais, depuis 
tant de siècles que les papes possédoient la sou- 
veraineté d'Avignon, pas un seul Comtadin 
n'avoit tourné ses vues vers Rome, et Maury 
ne fut pas tenté de s'expatrier (i). 

(i) Ce fait m'a été raconté plusieurs fois par le maître 



JEAN 41FREIN MAURY. 5 

Après ce triomphe d'un nouveau genre , il 
resta encore une année au séminaire. En lyGS , 
ayant achevé son cours de théoSÔgie , il écri- 
vit à son père qu'il vouloil aller à Paris ^ et, 
sans attendre la réponse, il revint à Vairéas 
pour dire adieu à sa famille (i)« A cette épo- 
que, on ne voyoît pas les jeunes gens quitter 
la province pour se rendre dans la capitale. 
Aussi fit -on les plus grands efforts pour lui 
faire abandonner cette résolution. Il dit à ses 
parents que jamais ils n'y réussiroient ; qu'on 
avoit fait assez de sacrifices pour lui ; qu'il ne 
vouloit plus désormais leur être à charge ; qu'il 
n'avoit plus rien à apprendre dans son pays; 
qu'ayant une vocation décidée pour l'état ec- 
clésiastique , il ne feroit qu'y végéter jusqu'à 
l'âge de vingt-quatre ans; qu'il ne qtfîttoit point 
sa maison paternelle pour aller chercher ail- 

Ini-inéme que le cardinal Maury avoit fait supérieur de 
son séminaire à Montéfiascone. 11 en existe encore à 
ma connoissance un témoin oculaire , M. l'abbé de 
Montfort, qui se le rappelle parfaitement; de même 
que M. l'abbé Darnavon , condisciple de mon oncle à 
Saint-Charles, et devenu chanoine de la métropole de 
Paris j ne l'avoit pas non plus oublié. 
(i) Voyez, à la fin de la Vie, la note n** i , 



6 yiÇ DV CABDINAL 

leurs Jes plaisirs ^ la dissipatioD ; mais qu'un 
instinct aecr^trappeloi ta Paris, où il se croyoit 
O^urë que se^' talents ue tarderoient pas à se 
produire ?iu graiid jour. Son père hcsitoit ei|- 
ç,or^; mais sa mère qu'ijl avoit toujours idolâ- 
trée , sa mère , qui étoit principalement la rè- 
gl.Ç;de sa conduite ,. et dont jamais il n'a pu 
pronpncer \e qoip sans attendrissement , jus- 
que -là quje quand il fut fait cardinal, il dit 
Ij^^ la.ra>ies au;c yeux : Ok ! que n^est - elle en 
ce. mopient auprès de moi^ pour lui jeter la ca- 
lotte de son Sifrein dans son tablier ! sa mère , 
c^isrje, SQUtil^ la force de ces raisons, et, en ap- 
prouy^nj. Iç départ de son fils , elle y fit con- 

■ 

sentir soamari, 

]\îaury voujliit prévenir de nouveaux. assauts 
d^ se9si);^iHté^ et ne tarda point à quitter son 
pays Q^tal qu'il ne devoit plus revoir (i). 
Mon père qui étoit alors un enfant, voulut 

» ■ I ■! | l I I |1 11 ■ I ■ ■ Il I < I I I I I I ■ — I « I I , 

(i) ^. l!aima cependant toujours de prédilection. Il 
falloit l'entendre comme il aimoit à s'y promener de, 
mémoire avec ses vieux compatriotes ! Il se rappeloit 
encore tous les noms des fainilles et même d^ indlvi- 
dus^. Étant à l'archevêché, des rouliers de Valreas y.ve- 
noient quelquefois apporter, des provisions. Il vouloir 
les voir, s'entretenoit fauiilierementavec eux, assistoit 



JEAN SIFREfN MÂURY. y 

l'accompagner jusqu'à Montélimart. Là , au 
moment de se séparer de lui y il lui donna dix- 
huit francs qui formoient tout son mince pé- 
cule. Mon oncle les prit en lui disant : Un jour^ 
je t^en rendrai dix-huit mille. Et certes jamais 
promesse ne fut plu's religieusement acquittée , 
puisque plus tard mon père s'étant marié y \\ 
adopta sa famille de prédilection , et ne cessa 
depuis de la combler de tous ses bienfaits. 

Le voilà donc à Montélimart ^ sur la route 
de Paris ^ séparé de tous les siens ! C'est alors 
que les ressoi^ts de son âme furent sur le point 
de se briser. 11 se voyoit , comme un frêle 
roseau ^ isolé , sans appui y au milieu de la so-^ 
litude; et, dans son découragement , il fut 
tenté de retourner sur ses pas ; mais des ré- 
flexions salutaires vinrent ranimer éa cons- 
tance , et lui donnèrent la force d'avancer. 

A Âvalon , il trouva deux compagnons de 

à leurs repas ; leur remplissoit les verres .de son meilleur 
vin , et il étoit enchanté quand ils lui demandoient , 
dans leur naïf patois , à boire à sa santé. San^ ses der- 
niers malheurs , il auroit fondé dans son pays un col-- 
lége avec une bibliothèque , afin qu'on n'y manquât 
pas, disoit-il, des secours qu'il avoit été oblige'' d'aller 
chercher au loin. 



8 VIE DU CARDINAL 

voyage , MM. Portai et Treilhard , qui se ren- 
doient aussi à Paris , après avoir étudié eu pro- 
vince, le premier en médecine , le second en 
droit. Étant tous trois du même âge, et remplis 
d^une ardeur égale , ils se sentirent un attrait 
Fun pour l'autre, et bientôt ils, se confièrent 
mutuellement leurs projets. Je veux , dit Por- 
tai, être membre de l^ Académie des Sciences 
et médecin du roi : Treilhard , de son côté , dit 
qu^il dei^iendroit a\^ocat général. Et moi , re- 
prit ^diUT"^ ^ je deviendrai prédicateur du roi y 
et tun des quarante de F Académie-Françoise. 
Or, par un événement singulier, ils ont obtenu 
tous trois les distinctions qui formoient l'objet 
de leurs espérances (i). 

Cependant Maury étoit loin de se laisser 
éblouir par les succès éphémères de ses pre- 
mières classes. Plus il avoit d'ardeur pour la 
carrière oratoire, plus il sentoit le besoin d'ac- 
quérir de nouvelles connoissances et de se for- 

(i) M. le docteur Portai, qui jouit d'une réputation 
si bien méritée, est premier médecin du roi. Le car- 
çiinal Maury a toujours eu pour lui autant d'amitié 
que d'estime. Il m'avoit raconté cette histoire en riant 
de tout son cœur, et M. Portai la raconte aussi à ses 
amis avec une égale joie. 



JEAN SIFRËIN MAURY« Q 

mer surtout à l'art d'écrire, qu'on ne peut ja- 
mais acquérir loin du foyer des lumières. Le 
célèbre M. Le Beau étoit alors professeur d'é- 
loquence au collège royal. Il prit la résolution 
d'aller s'asseoir sur les bancs de son école, pour 
recommencer ses études sous un tel maitre. 
Mais , jaloux de se donner un mentor qui dai- 
gnât spécialement lui servir de guide, il ne 
craignit pas de se présenter à M. Le Beau. « Mon* 
« sieur, lui dit-il , j'ai fait mes études avec 
« quelque distinction dans un collège de pro- 
(c vince ; mais ces succès ne m'ont inspiré qu'un 
(c grand amour du travail. Je viens pour le 
tf faire fructifier, vous demander deux grâces , 
(c l'une de m'admettre au nombre de vos disci- 
« pies , l'autre de me permettre de venir vous 
u consulter quelquefois pour le meilleur em- 
« ploi de mon temps. » Cette noble confiance 
fut sa seule recommandation auprès de l'illustre 
professeur qui conçut pour lui un tel attrait 
d'estime , qu'il l'admit dans sa société la plus 
intime , et que témoin de ses progrès journa- 
liers, pour lui eu témoigner sa satisfaction, il 
voulut bien le faire , en quelque sorte , son 
surnuméraire , en se reposant parfois sur lui 
du soin de sa propre classe. 



lO VIE DU CARDINAL 

Mais^ au milieu de ses nouvelles études^ 
Maury ne négligea point la science ecclésiasti- 
que. Doué de la constitution la plus forte et 
d'une ardeur sans pareille, il travailloit jour 
et nuit à acquérir de vastes connoissances en 
tout genre, suivant à la fois les orateurs de la 
chaire et du barreau, pour se former en même 
temps à l'éloquence et à la dialectique. Aussi, 
dès l'année 1769, lorsqu'il fut ordonné prêtre 
à Sens , par dispense d'âge , M. le cardinal 
de Luynes , frappé de la promptitude et de 
la supériorité de ses réponses, voulut le faire 
asseoir au rang des examinateurs, en lui don- 
nant la glorieuse mission d'interroger ses pro- 
pres condisciples. Mais ce qui distingue sur- 
tout le jeune Maury à cette époque, c'est 
Tadmiration qu'il avoit déjà conçue pour le 
génie dç Bos^et. Elle étoit si vive, si profonde, 
que je lui ai entendu raconter, à lui-même, 
qu'ayant été en 1767 àMeaux, pour y rece- 
voir le sous-diaconat, il courut se prosterner 
sur sa tombe, où il demeura long-temps comme 
absorbé en extase, versant des larmes abon- 
dantes. Si depuis il n'a pas craint d'affirmer 
qu'on devoit augurer favorablement d'un jeune 
homme, par cela seul qu'il auroit senti les 



JEAN SIFREIN MAURY. II 

beautés de ce grand orateur; quelle idée se se- 
roit-on formée de soq avenir, si, se confiant à 
une règle d'appréciation si facile, on y eût sou- 
mis ses propres destinées ! 

Presque en arrivant à Paris, en 1766, il 
avoit débuté par une Oraison funèbre du dau- 
phin, père de Louis XVI, qui fut bientôt sui- 
vie de \ Éloge de Stanislas, roi dé Pologne. 
En 1767 , il composa celui de Charles V, sur- 
nommé le Sage, et un discours sur les avanta- 
ges de la paix. Ces ouvrages furent imprimés 
dans le temps. Ils sont écrits avec une cer- 
taine verve , et ne manquent pas d'une cer- 
taine profondeur dans les idées ,* mais c'étoient 
des productions encore informes, et le jeune 
orateur, aprés^ avoir payé ce tribut , non pas à 
une présomptueuse ignorance , mais à la piété 
filiale, pour consoler et charmer les anxiétés 
de sa famille, se hâta de se recueillir dans 
Tétude à laquelle il voulut encore consacrer 
quatre années. Se croyant alors assez fort pour 
entreprendre véritablement sa carrière , il 
concourut pour Téloge de Fénelon, que T Aca- 
démie-Françoise proposa en 1771. Le prix fut 
adjugé à La Harpe , et il n'obtint qu'un acces- 
sit. Mais le plan de son discours est si beau ; 



12 VIE DU CARDIINAL 

la diction en est si pure; il fait tant chérir 
Fénelon , que rAcadémie lui décerna un prix 
inusité, plus flatteur pour lui que toutes les 
palmes académiques 9 en le désignant aussitôt 
pour prêcher l'année suivante , en sa présence , 
le panégyrique de saint Louis , dans la cha- 
pelle du Louvre, 

De son côté, l'évéque de Lombez, petit-ne- 
veu de Fénelon , voulut se l'attacher et l'adop- 
ter, pour ainsi dire, en le nommant vicaire 
général et officiai de son diocèse, outre qu'il 
lui conféra un canonicat de sa cathédrale. 

Maury suivit son bienfaiteur à Lombez, et, 
à l'âge de vingt-cinq ans, il fut ainsi employé 
à l'administration d'un diocèse. Mais il s'étoit 
d'avance familiarisé avec les hautes fonctions 
du ministère pastoral , et il n'eut qu'à mettre 
en pratique ce qu'il avoit appris (i). 



(i) M. de Beaumonty archevêque de Paris, avoit dès- 
lors souvent recours à la plume du jeune Maury qui 
composoit une partie de ses lettres pastorales. Ce fut 
même à lui qu'il s'adressa pour le mandement publie' 
au sujet de l'incendie de l'Hôtel-Dieu , le 3 1 décembre 
1 772. Ce mandement fut fait et imprime dans une nuit. 
J'avois appris cette anecdote du bon et excellentissime 



/ 
JEAN SIFREIN MÂURY. 1? 

Il revint à Paris en 1772 pour prononcer 
l'éloge de saint Louis , au milieu de la réunion 
la plus imposante de l'élite de notre clergé et 
de la littérature. Dés son exorde, il étonna 
ses auditeurs par la peinture forte et rapide 
des âges qui avoient précédé l'avènement du 
saint roi ; et , après avoir exposé à grands traits 
dans quel état de décadence étoit tombée la mo- 
narchie , il montra en lui le créateur de son 
siècle y le créateur même de tous les siècles fu- 
turs. La justice f dit-il, est la bienfaisance des 
rois , et il répéta le premier ce vœu si digne 
d'un héros chrétien , je conquerrai la paix ; 
belles et nobles expressions dont il sut enrichir 
notre langue J Rien de plus touchant et de plus 
pathétique que l'histoire des établissements de 
saint Louis. On eut peine à contenir son ad- 
mirajtion au récit des bienfaits qu'il avoit ré- 



M. deMalarety chanoine de Notre-Dame, l'ami intime 
de mon oncle , qui m'a voit entreposé chez lui , quand 
on feima en 1791 la maison de Sainte-Barbe, où je 
faisois mes études. Un jour , j'eus l'occasion d'en parler 
à mon oncle ; il fut tout étonné que je fusse si bien ins- 
truit, et il convint du fait, sans y attacher la moindre 
importance. 



l4 VIE DU CARDINAL 

pandus sur son peuple^ et on crut élrc trans- 
porté à ces pieuses solennités, « où les pères 
(( cQnduisoient leurs enfants, et se félicitoient 
« d'être pères et François ; où les laboureurs, 
(4 levant enfin leur tète trop long-temps courbée 
a sous le joug de la tyrannie féodale , n'avoient 
a besoin que de répéter ce nom chéri , pour 
« faire pâlir leurs oppresseurs, d On admira en<* 
suite la manière neuve et triomphante dont il 
justifia les expéditions d'outr^-mer, et on fut 
généralement attendri par le tableau déchirant 
de ses adversités, et de sa mort sur une terre 
étrangère (i). 

Mais l'Académie ne s'en tint pas à une ad- 
miration stérile. Jalouse d'encourager un si 
beau talent, elle délibéra d'envoyer une dépu- 
tation à M. le cardinal de La Roche-Avmon , 
ministre de la feuille des bénéfices , pour sol- 
liciter une récompense en faveur du jeune pa- 
négyriste. M. de Montazet, archevêque de 
Lyon , voulut bien servir d'interprète à l'Aca- 
démie. Son éminence mit la demande sous les 
yeux du roi , et sa majesté nomma l'orateur à 



(î) Voyez j à la fin de la Vie , la note n° 2. 



JEAN SIFREIN MAURY. ï5 

l'abbaye de la Frénade, dans le diocèse de 
Saintes (i). 

(i) « 27 août 1772. M. le secrétaire a lu à la^com- 
« pagnie une lettre de M. l'ëvêque de Lombez , par 
K laquelle il marque à M. le secre'taire tout l'inté- 
« rêt qu^il prend à M. l'abbe' Maury , sou grand vi- 
« caire, et le de'sir qu'il a que l'Académie veuille bien 
M se joindre à lui pour obtenir de M. le cardinal de La 
« Roche -Ay mon quelque grâce du roi pour M. l'abbé 
« Maury, en cas que l'Académie soit satisfaite du pané- 
« gyrique de saint Louis. 

« Ce panégyrique ayant eu en effet beaucoup de suc- 
« ces , la compagnie a arrêté d'une voix unanime que 
« dès que M. le cardinal de La Roche-Aymon seroit 
« de retour de Rheims , il lui seroit fait une députation 
« de trois académiciens , pour le prier de vouloir bien 
« engager sa majesté à donner à M. l'abbé Maury une 
« marque de satisfaction, h 

Les trois académiciens qui composèrent la députa- 
tion, furent M. le duc de Nivernois, M. l'archevêque 
de Lyon et M. d'Alembert, secrétaire perpétuel. 

Ils se rendirent le 16 septembre à l'audience de M. le 
cardinal de La Roche -Aymon, qui adressa à M. le d'uc 
de Nivernois la lettre suivante en réponse : 

- Versailleii, ce 17 «eptembre 177a. 

« Je n'ai pas perdu un moment , monsieur , à mettre 
« sous les yeux du roi les vœux de l'Académie en faveur 
« de M. l'abbé Maury , et sa majesté vient eu consé- 



l6 VIE DU CARDINAL 

Quand plus tard, en lySS, l'abbé Maury 
fut reçu membre de notre premier corps litté- 
raire, il se plut à rappeler ce noble encourage- 
ment donné à sa jeunesse , en disant à ses col- 
lègues, avec une touchante sensibilité, que 
déjà ils r avaient en quelque sorte adopté j et 
qu^il leur étoit entièrement redes^ahle d'avoir pu 
se dévouer aux pénibles travaux du ministère 
évangélique. 

L'Académie, en effet, en le désignant avec 

tant d'intérêt à l'opinion publique , lui ouvrit 
aussitôt la carrière la plus honorable. Dès qu'il 
parut chez M. le cardinal de La Roche- Aymon, 
son éminence lui dit qu'il prêcheroit l'année 
suivante , devant le roi, la Cène, l'A vent, et le 
jour de la Pentecôte, pour la cérémonie des 

« quence de lui accorder l'abbaye de la Frénade, diocèse 
u de Saintes. J'espère que vous voudrez bien ne pas 
« laisser ignorer à l'Académie la promptitude de mon 
<c zèle à faire honneur à sa recommandation* Je me 
<( flatte qu'elle vous sera en même temps un garant de 
« l'ancien et inviolable attachement avec lequel je fais 
u profession de vous être dévoué jusqu'au dernier 
« soupir de ma vie. ' 

« Signé. Le cardinal de La RocHE-AYMorc . »» 
{Extrait des registres de V jicadémie-Franqoise.) 



JEAJN SIFREIN MAURY. I<J 

cordoDS bleus; et que, de plus, il devroit, se 
préparer à prêcher le carême de 1776 à Ver- 
sailles. Monseigneur f lui dit le jeune abbé, 
eflrayé d'un semblable fardeau, daignez propor- 
tionner vos bienfaits à mes forces , je siiccom^ 
berois sous le travail. Qu'importe? reprit M. le 
cardinal de La Roche- Aymon, "uous ne serez p<is 
le premier qui serez mort au service du roi. 

M aury ne possédoit pas un seul sermon dans 
son porte-feuille; mais il avoit, ce qui valoit 
mieux encore, ce vaste amas d'idées et de con- 
noissances que Cicéron appelle l'arsenal de l'o- 
rateur. Bien loin de se décourager, il se mit 
fortement à l'attache, et par le travail le plus 
assidu, le plus opiniâtre, il vint à bout de com- 
poser tous les discours qui lui étoient néces- 
saires : omnia vincit labor improbus. 

Pour donner une idée du succès qui cou- 
ronna ses e£Ports , je dirai simplement que M. le 
cardinal de La Roche-Âymon, qui dès-lors se 
déclara hautement son protecteur , fier de le 
voir si bien correspondre à sa noble confiance , 
voulut encore le désigner pour prononcer, dans 
cette même année 1775, le panégyrique de 
saint Augustin , en présence de l'assemblée gé- 
nérale du clergé de France qu'il devoit présider. 



l8 VIE DU CARDINAL 

Appelé ainsi à paroitre dans cette chaire où 
Bossuet, pour répéter ses propres paroles^ avoit 
fait retentir le grand nom d^ Augustin y il se 
montra son fidèle disciple , et on crut recon- 
noitre à ses mâles accents , la force ^ la noblesse ^ 
la simplicité et l'abondance du plus éloquent 
de nos orateurs chrétiens. Je ne crains pas de 
lui rendre un tel hommage ^ sur la foi de nos 
premiers pasteurs qui interrompirent, par des 
applaudissements involontaires (i), sa nom- 
breuse et pathétique récapitulation des vic- 
toires de l'évéque d'Hippone. Et cependant il 
avoit osé dire dans ce discours, en présence 
des heureux du siècle, « qu'Augustin fut un 
« de ces prélats qu'un aveugle préjugé croit 
ce peut-être abaisser^ mais qu'il rehausse encore 
(( sans le vouloir, en les appelant des hommes 
« de fortune , tandis qu'ils sont les seuls évé- 
« ques au contraire, pour qui la fortune n'ait 
« rien fait (2). » 



(1) T^oj-ez^ à la fin de la Vie, la note n° 3. 

(2) Cicéron emploie une belle expression pour desi- 
gner ces hommes qui ne doivent rien à la fortune. Il 
les appelle dés êtres privilégiés qui se sont créés eux- 
mêmes, et il se rend ce noble témoignage dans le< 



JEAN SIFREIN MAURY. IQ 

En 1777, il fit imprimer ses deux panégyri- 
ques de saint Louis et de saint Augustin , en y 
joignant V Éloge de Fénelon, un discours sur les 
sermons de Bossuet, qu'il avoit composé en 1 77 1 , 
et enfin un Traité sur l'Éloquence de la Chaire* 
La Harpe lui-même convient dans son Cours 
de littérature , que tous les ouvrages qui com« 
posoient ce recueil, et dont plusieurs étoient 
déjà connus avantageusement du public ^furent 
honorés du suffrage des gens de lettres. De- 
puis, ils ont été réimprimés souvent, et tou- 
jours on les a accueillis avec une égale bienveil- 
lance. 

La renommée de l'abbé Maury fut dès -lors 
solidement établie. Devenu si jeune prédicateur 
ordinaire^du roi, il préchoit fréquemment dans 
toutes les principales chaires de la capitale. On 
voulut aussi l'entendre de nouveau à Versailles, 



forum, en présence des sénateurs. « Romains, dit- il, 
« que ne vous dois-je pas ! Je n'avois point d'ancêtres , 
« m'étant cre'é moi-même, et vous m'aveï pre'fére' aux 
N plus illustres patriciens , pour me prodiguer tous les 
«t honneurs. » Quid non debeo sfobis , Quintes! Quem 
sfOs à se ortum, hominibus nobilissimis omnibus honoris 
buspnetulistis. Philipp.6. 



20 VIE DU CARDINAL 

et il y remplit les deux stations du carême ^ 
en 1778 et 1785. Mais, au lieu de s'endormir 
dans un làciie repos , et de répéter nonchalam- 
ment ses discours, tout entier à l'élude, il ne 
cessa d'en composer, qui fussent toujours appro- 
priés à la circonstance et aux besoins du mo- 
ment, pour atteindre cette perfection, l'objet 
si désiré de ses plus ardents souhaits. 

Parmi ces sermons, il en est deux fort re- 
marquables. Le premier fut une exhortation 
pour une assemblée de Charité ^ en faveur de 
sept villages incendiés dans la Picardie, qu'il 
prononça en 1784. L'effet de ses paroles fut si 
efficace, qu'on recueillit trente-deux mille livres 
d'aumônes. Voilà le triomphe le plus précieux 
à la religion , qui est spécialement la mère des 
malheureux; et c'est aussi le plus cher à uu 
orateur digne d'être son interprète. 

Le second discours que je me plais à citer de 
préférence, fut prêché devant le roi, en 1778. 
Il n'avoit jamais été publié ; mais il en étoit resté 
un si long souvenir, que quand on imprima, 
en i8o5, avant la rentrée du cardinal Maury 
en France, les OEuvres de M. l'abbé de Bois- 
mont, l'éditeur fit une mention spéciale de ce 
discours , et en rapporta même toute la pérorai-* 



JBAN SIFREIN MAURY. 21 

son, en assurant, ce qui est vrai, qu'elle étoit 
telle qu'il l'ofifroit aux lecteurs. 

Jamais on n'avoit plaidé la cause de tous les 
infortunés avec plus de force et d'onction. En 
présence de l'Académie, l'orateur avoit déjà dit 
que \b. Justice est la bienfaisance des rois; ici, 
en présence de Louis XYI , il ne craint pas: de 
paraphraser cette belle maxime , pour pénétrer 
plus avant dans le cœur et dans la conscience 
du monarque (i). « Sire, lui dit*-il,. la grande 
« aumône des rois, ou plutôt le tribut ^e Dieu 
(c leur impose envers les malheureux, c'est la 
w justice d'une seconde Providence. C'est donc 
« le législateur en vous, que nous appelons au 
(( secours des pauvres. Ah ! ne désespérez j^r 
(c mais ni des hommes, ni de vou&^mém^..... 
« C'est dans la jeunesse des rois que doivent 
<t s'opérer les réformes salutaires et les révolu- 
a tiens utiles. Dans le cours d'un long règne, 
(( la sensibilité d'un monarque s'émousse, son 
H caractère perd de sa première énergie , son ao« 
ii tivité s'affoiblit, son âme se fatigue et se re* 
(c bute .Une triste expérience lui apprend à moins 
« estimer les hommes. Il se voit seul et sans se- 

^'^^^^'— ■*— ^— " ■■ ^^^ww^^—i^^ ■■■!■! I ■ ■ ■■■^. ■■■■■■! ■ ■ I ■ ■ ,mm »! I I I I. .fc^. ■■■■ mi^^^m 

\ • 

(i) Paroles du panégyrique de saint Ymcent dé Paul. 



22 YIK DU OARDirrAL 

a cours pour opérer le bien ; cet abandon l'ac- 
(( cable, et, en cessant de croire à la vertu , il 
i( perd insensiblement le courage de la bonté. 
« Il parvient enfin à cet âge d'inaction où les 
'<c infiilmités^ l'approche de la mort, le soin et 
« ramo#r de soi-même rompent tous les autres 
t< liens. Séparé de son peuple , il entre dans la 
<c solitude de la caducité, s'endort d'un som- 
rc meil léthargique, et la nation elle-même, pri- 
« vée .alors du grand ressort de l'espérance, 
"«r semble vieillir avec son souverain (i). » 



• > . ^^ 

(i) La nation semble {vieillir ayec son soui^rain. Tite- 
Xiive applique cette même expression à la cité. Per- 
^stuidë , dit-il , que la cité vieillit dans le repos , senescere 
cMtaiem otio ratus, lib. I. Cette comparaison est juste, 
belle et frappante dans l'historien romain ; mais il me 
s^àaible que dans le françois elle dit encore quelque 
cho^e de plus qui va droit au cceur. C'est ainsi que 
l^faury savoit nourrir et enrichir son style, en puisant 
dans les anciens auteurs dont il aimoit passionnément 
la lecture. Il leur empruntoit sans cesse , souvent même 
sans s'en apercevoir, dans ses heureuses réminiscences; 
mais, qu'il me soit permis de le dire , à moi tout pro- 
fané que je suis, ces auteurs eux-mêmes n'ont jamais 
à rougir de ces glorieux emprunts : Maury rendoit avec 
gënér^ité ce qu'on \m prétoit de confiance. 



3BAN SlFRfilIf MÀURY. 23 

Le cœur sensible du bon Louis XVI fut ému , 
et il versa des larmes quand l'orateur lui adressa 
ces dernières paroles : «Votre auguste père vous 
(t recommande du haut des cieux les établisse- 
« ments publics de votre royaume. Pensez quel- 
ce quefoisy sire^ à ce qu'il auroit fait sur le 
u trône où vous êtes assis : c'est là ce que vous 
« devez faire pour rendre à la France le règne 
« heureux qu'elle attendoit de lui; et si vous 
« exécutez ses projets vertueux sur la terre , 
<T vous partagerez sa couronne immortelle pen- 
(f dant l'éternité. » 

Quel beau ministère , répèterai-je ici avec 
l'éditeur de Boismont ^ que celui dans lequel le 
droit si rare de parler une heure de suite au 
souverain, n'étoit exercé que pour lui faire 
entendre ces vérités importantes I 

Ce fut en 1785 que Maury prononça le pa- 
négyrique de saint Vincent de Paul. Les émi- 
nents services rendus par ce grand bienfai- 
teur de l'humanité étoient presque ignorés, et 
son nom étoit à peine connu sur le principal 
théâtre de ses bonnes œuvres. Il devint aussi- 
tôt l'apôtre de prédilection de la France. Louis 
XVI fit placer sa statue au Louvre, à côté de 
celles de Bossuet et de Fénelon ^ et ordonna à 



24 ^^^ ^^ CARDINAL 

Torateur de venir prêcher son panégyrique dans 
la chapelle de Versailles (i). 

Cette même année , les portes de TAcadémie- 
Françoise furent ouvertes à TabbéMaury. Dans 
son discours de réception , il rajeunit l'éloge 
de Louis XIV, par une idée neuve et impo- 
sante. Il étoit alors , pour ainsi dire , de mode , 
de censurer ce roi trop flatté pendant sa vie ; 
les détracteurs épuîsoient contre ce prince tous 
les sophismes de la malveillance , et croyoient 
prouver que Louis XIV n'avoit pas été grand , 
en démontrant qu'il n'avoit pas été parfait. 
L'orateur le montra environné du cortège au- 
guste des génies immortels qui illustrèrent sa 
nation et son règne, se présentant aux regards 
de la postérité, appuyé sur tous ces grands 

(i) Son nom est maintenant dans toutes les bouches. 
Nos historiens, nos poètes, les étrangers eux-mêmes 
répètent ses louanges à l'envi, et on n'a point oubhé 
son heureux panégyriste. Voyez le nouveau Dictionnaire 
historique, par Chandon et Oelandine; V Histoire de 
France, par Charles Lacretelle; le Cours de littéra- 
ture, par La Harpe; le Poème de l'Imagination, par 
Delillc ; la Biographie ancienne et moderne , par Mi- 
chaud ; les ElogJ di S. Vincenzo de' Paoli, par don 
Evasio Leone, etc. 



JEAN SIFREIN MAURY. ^5 

hommes y qu'il sut mettre et conserver à leur 
place (i). 

Dans sa réponse, le directeur de l'Académie , 
M. le duc de Nivemois , lui dit : « Organe , 
(c aprèsBossuetetFénelon, de la parole sacrée, 
« vous ne lui avez rien laissé perdre de ses 
ce droits; vous nous avez fait voir Elisée portant 
« dignement le manteau de son maître. » 

Sa fortune s'accrut alors considérablement 
par la résignation que lui fit son ami M. l'abbé 
de Boismont, du riche prieuré de Lions en 
Picardie , qui donnoit près de quarante mille 
livres de rente (3) . 

Il n'avoit pas attendu cette époque pour 
répandre ses bienfaits sur sa famille. Dès l'an- 
née 1767 , il avoit fait venir à Paris son frère 
aine , qui suivoit comme lui la carrière ecclé- 
siastique, et il y appela également le plus 
jeune en 1771, pour lui faire continuer le cours 
de ses études. Plus tard, il se fit envoyer les 
deux fils de celui de ses frères qui étoit resté 
à Valréas , et les fit élever au collège , d'où , 

(i) Discours de réception à V Académie^Franqoise ; 
Opinion sur V Hôtel des Invalides. 
(2) Voyez, à la fin de la Vie, la note n° 4- 



20 VIE DU CARDINAL 

pendant les vacances, ils venoient che^ lui , 
accompagnés des plus illustres professeurs de 
l'Université ; et alors , après avoir présidé à 
leurs études, le meilleur des oncles jouoit avec 
des enfants , comme s'il eût été de leur âge. 
Il servoit ainsi de père à toute sa famille , 
possédant au plus haut degré les vertus do- 
mestiques qui sont toujours la preuve d'un bon 
cœur. Quand ensuite des malheurs imprévus 
vinrent fondre sur lui , au lieu de ralentir son 
amour pour les siens , il redoubla de générosité 
pour eux , et sut trouver , dans une sage éco- 
nomie , assez de ressources pour leur continuer 
son appui; se croyant, disoit-il dans son amour, 
plus que jamais en devoir d'en agir de la sorte ^ 
afin de les dédommager, autant qu'il étoit en 
lui , du mal qu'on leur avoit fait , en haine 
principalement de son nom. 

Il m'eût été facile de m'étendre sur les détails 
de cette première partie de sa vie , et peut-être 
aurois-je pu offrir quelque attrait aux lecteurs, 
en le montrant au milieu de ce tourbillon du 
monde , où, sans cesse admis et recherché dans 
les plus hautes réunions de la capitale, il bril- 
loit également par son esprit et par son ama- 
bilité. Mais il ne se croyoit pas assez impor- 



JEAN SIFREIN MAURY. 27 

tant pour occuper le public de ces détails 
personnels ; il éviloit même d'en parler en fa- 
mille f et sa réserve à ce sujet étoit telle que , 
quoiqu'il possédât une facilité rare pour le 
genre épistolaire^ il n'a jamais voulu permettre 
qu'on conservât des copies de ses lettres , ayant 
coutume de dire que si les lettres étoient con- 
fiées au sein de Tamitié , elles n'étoient pas 
assez soignées pour paroitre au grand jour ; de 
même qu'on ne devoit jamais les rendre publi- 
ques, s'il en étoit autrement; sous peine, 
ajoutoit-il , d'être convaincu , par son propre 
fait , d'avoir voulu en imposer à la crédulité 
de ses lecteurs. Cependant les circonstances ne 
lui ont pas toujours permis de suivre cette 
maxime; et , dans quelques occasions majeures, 
il s'en est écarté lui-même; en sorte qu'un jour 
je pourrai faire hommage au public d'une cor- 
respondance qui offrira , ce me semble , un 
double intérêt. 

Mais la discrétion qui m'est commandée ici, 
ne me permet pas de passer sous silence une 
anecdote qui forme un véritable épisode dans 
sa vie. Il alloit fréquemment àBaville, chez 
M. de Lamoignon. Là, dans les longues soirées 
de la campagne , on avoit assez l'habitude de 



28 VIK DU CARDINAL 

faire des lectures de société. Le plus souvent, 
c'étoit l'abbé Maury qui eu étoit chargé, parce 
qu'il avoit un bel organe , et qu'il lisoit admi- 
rablement bien. Cet honneur lui causoit parfois 
de l'ennui. Il eut l'idée, pour se distraire, 
d'essayer, au lieu de suivre le livre qu'il tenoit à 
la main, de parler d'abondance eu composant à 
fur et à mesure divers morceaux sur toute sorte 
de sujets. Cet exercice lui plut , et il en fit 
comme une étude, où il réussit bientôt avec un 
si grand bonheur, qu'on ne s'apercevoit pas de 
cette singulière mystification, et qu'on ne la 
connut que par hasard. Cet innocent artifice lui 
révéla, disoit-il , la conscience de son talent, 
et lui apprit qu'il pouvoit désormais s'y confier 
sans crainte , pour improviser presque à vo- 
lonté. Aussi , ajoutoit-il , cette découverte fut- 
elle la principale cause de mes succès à la tri- 
bune , où je montois habituellement sans la 
moindre préparation. 

Nous voici parvenus au commencement de 
la révolution. Il fut député du clergé aux états- 
généraux, par le bailliage de Péronne, Roye et 
Montdidier. Marmontel atteste , dans ses Mé- 
moires, qu'il n'y apporta que les intentions les 
plus pures , étant fortement résolu à remplir 



JEAN SIFREIN MÂURY. 29 

son mandat, au péril même de 8ia vie (i) ; et, 
à l'appui du témoignage de l'amitié , je crois 
pouvoir citer le sien avec une égale confiance. 
H Lorsque je me dévouai, dit-il, à la défense 
« de tous les intérêts légitimes, le sacrifice de 
« ma vie étoit fait de très - bonne foi , et 
« l'avenir se trouvoit réduit pour moi tout au 
« plus an lendemain (2). )> Mais sa résolution 

(i) Marmontel rend compte d'une conversation de la 
plus haute importance, qu'il eut en 1789, au Louvre , 
avant l'ouverture des états -géne'raux, avec Chamfort 
l'ami et le confident de Mirabeau. « Mon ami , lui dit 
« cet académicien, ni votre vieux r^ime, ni votre 
« culte , ni vos mœurs , ni toutes vos antiquailles de 
M préjugés ne méritent qu'on les ménage... On a toute 
« raison de vouloir faire place nette. . . Le trône et l'au- 
<« tel tomberont ensemble. .. » Marmontel ajoute qu'il fit 
part de cet entretien à l'abbé Maury le soir même. « Il 
« n'est que trop vrai , lui répondit Maury , que dans 
« leurs spéculations ils ne se trompent guère, et que, 
K pour trouver peu d'obstacles , la faction a bien pris 
u son temps. Tai observé les deux partis. Ma résolution 
« est prise de périr sur la brèche; mais je n'en ai pas 
« moins la triste certitude qu'ils prendront la place d'as- 
« saut, et qu'elle sera mise au pillage.» Mém., liv.XIV. 

(2) Lettre à M. le cardinal de Boisgelin, écrite le 
24 octobre 1800. 



50 VIE DU CARDINAL 

n'alla jamais jusqu'à le rendre insensible aux 
réformes utiles. 

Qu'on lise en effet le cahier des doléances du 
clergé de Péronne^ écrit en grande partie sous 
sa dictée y on sera convaincu qu'il appeloitde 
tous SCS vœux les améliorations raisonnables » 
et que les abus de l'ancien régime, contre les- 
quels la voix publique s'est élevée justement, 
s'y trouvent déjà dénoncés à l'avance. 

Il demandoit que les états-généraux fussent 
réunis périodiquement tous les cinq ans; qu'on 
abolit les exemptions et les privilèges en ma- 
tière d'impôts ; qu'on ne pût en percevoir, ni 
ouvrir des emprunts, sans le consentement 
préalable et solennel des états-généraux. Il in- 
diquoit le moyen de combler le déficit des finan- 
ces, et d'en prévenir à jamais le retour. Ses 
vues embrassoient à la fois les administrations 
provinciales, la réforme des lettres de cachet, 
l'admissibilité pour tous aux charges et aux 
emplois publics , les avantages du commerce et 
de l'agriculture, la suppression des aides et des 
traites, la fixation des douanes aux frontières 
du royaume, la libre circulation des grains, 
l'abolition de la vénalité dans la magistrature , 
et des règlements répressifs des abus en ma- 



JEAM SIFRËIN MAURY. Si 

tière de chasse. Ses vues s'élendoient aussi sur 
les collèges et les maisons d'éducalion^ sur les 
hôpitaux^ sur les hospices ^ et sur le9 ateliers 
de charité à établir pour faire disparoitre la 
mendicité de toutes les provinces. En un mot, 
elles n'étoient étrangères à aucune espèce de 
bien à faire. Que de maux on auVoit évités en 
se renfermant dans ces justes limites I D'ailleurs, 
n'est-il pas évident qu'une réforme en nécessite 
bientôt une nouvelle, et que la force irrésisti- 
ble des choses devoit même amener insensible- 
ment et sans secousse, dans notre constitution , 
tous les changements qui s'y sont opérés depuis 
pour l'avantage commun? Lui-même, plus tard, 
écrivoit à Louis XVIII en le félicitant d'avoir 
fait luire le premier sur la France l'aurore du 
gouvernement constitutionnel : « C'est là le dé- 
« nouehient de la révolution. Un beau règne 
K nous fera oublier à tous cette affreuse tem- 
« pète , à côté de laquelle la restauration de la 
« monarchie sous Charles Y et sous Charles VU , 
ce ne paroitra plus qu'un jeu d'enfants dans notre 
(c histoire. Aussi est-ce un génie d'un tout au- 
« tre ordre qui a été appelé à réparer le passé, 
« comme à dominer Vas^enir par une chartre tu- 
(f télaire, non moins précieuse au peuple qu'au 



32 VIE DU GÂRDIRâL 

« monarque y dont elle rend à jamais les droits 
H et les intérêts inséparables. Un si grand mo- 
« nument de sagesse auroit empêché tous nos 
(c désastres y s'il les eût précédés (i). » 

Que si ensuite le député de Péronne com- 
battit quelquefois ces mêmes principes dont il 
se seroit fait si volontiers le champion , il me 
semble qu'on seroit mal fondé à le taxer d'in- 
conséquence. Sa ligne de conduite lui fut alors 
tracée par ceux qui , oubliant que nous n'étions 
pas m repuhlicâPlatoniSy sedinfœceRomuU{pL)y 
affectèrent un luxe d'innovations sans bornes 
et sans mesure aucune, étant eux-mêmes, pour 
la plupart, entraînés , à leur insu, par une triste 
fatalité, à saper tous les fondements de l'édifice 
social , dont un meilleur esprit de prévoyance 
leur eût conseillé de fortifier les frêles et débi- 
les soutiens , au lieu de les affoiblir chaque jour 
davantage, avec l'inévitable perspective de 
n'être bientôt plus environnés que de décom- 
bres. Mais, au milieu des vapeurs enivrantes de 
la liberté, on bravoit inconsidérément tous les 
périls; et, comme si on avoit voulu armer d'à- 

(i) Lettre du «7 décembre i8i5. 

(2) Cicero. Epist. adAuicum, lib. II. 



JEAN SIFREIN MAORY. 35 

vance le& laain8 de ces fanatiques démagogues 
qui renversèrent la constitution: de 1 791 ^ on dis^ 
cuta en public le principe abstrait xles droi^dQ 
l'homme et de la souveraineté du peuple^ en 
livrant aux caprices de la multitude le droit de 
changer arbitrairement le dépositaire de l'au- 
torité légitime. Or, disoit Çurkcj^.à la vue d'^n 
tel danger, «les rois deviçndrppt tyrans paF 
a politique, Iprsque. leurs Sujets seront rebelle» 
M par principes .(i). « La loi est placée en effet 
entre le trône et les sujets pour les protéger' 
également Fun et l-àutre. Si le peuple aVôît' lé 
droit de se soustraire à la soumission qù'ir a 
jurée, en échange de la protection qui lui a 
été promise, les gouvernements ne pous pré-> 
senteroient plus que l'image; 4^IH) grande, et 
continuelle anarchie (2). . 



tr * 



::•' . f; 

f 

•■ ' V* 

. » . k w » '. i 



(i) Réflexions sur la révoliitîiti'ieïVàncd! ' • ' ' '' 
(a) « Ainsi s -établit ce îann^àk^cohiité desréèhdicheà, 
<i ;qiil surpassa bientôt tout éè i<plé i%stôiré hbixs if](^' 
« ^repd de ces odieux tribunaux , fbrmës par deà "àdSipH^ 
tt te^ pour opprimer là liberté et consacrer la tyraxùiîè.': .^ 
« Les autres comités , institués^ la ixtémè époque,' àche- 
« vèretîtde mettre dans la dépendan<^ de l'assemblée 
« les personnes e« les propriétés... Dès ce moment il 

tt n'y eut plus de lîbeité... Le jeune Ba^nate' osa dire à 

3 



54 ▼ÏK DU CARDINÂI. 

Au reste ^ dans toutes les supposi tiens , on 
eoiàviendra du moids que la puissance u'étoit 
pàS'partagéè. Si donc la société fut amenée ittr 






« la tribune : Ce sang estait donc si pur, qu'on doive 

«' iànt regretter de ïe' verser l Et Mirabeau s*écrioit avec 

«i' lin regard féfoee': Il faut des ^^ic tintes aux nations, 

k Fùn doit/êndun^i* à tous tes malheurs particuliers ;ee 

« n'est qu* à ce prix igu'on peut être citoyen! De quel 

^ côté se trou^YOtt donc l'exs^ération , et peut-onblâ-^ 

«. mer les 4é{»utes qui éle voient une voix courageuse 

•t iccmtre âe pareils crimes ; comme 9(1. l'abbe Maury ne 

M craignit pas de dénoncer^ dans son Opinion sur la 

^'constitution civile du c/er^^^ la fameuse circulaire du 

«( côMité ecclésiastique i osez iout contre le clergé, vous 

<f sériez soutenu}^ {mtàoiiKES dû marquis de FisKRiÉREs) ; » 

oomme^ dans la disc^i^ion sur la peine de nlort , il f ermàf 

la bouche à l'odieux Robespierre , en Ini disant d'aller 

prêcher ses maximes dans la foret de Bondj- (L'ami du 

Roi, 2 juin 179;^); de niême aussi que lorsque M. Yoi- 

d^^ président dà. çomit^ des recherchés, proposa de 

faille conduire dap^ V^s pri^Qps de Paris , deux particu- 

hecs arrêtés à jMLâcpn, com^id soupçonnés d'iui projet 

de co^tre-réyolutio^ -,. « j'y consens ^ dit eni^ore M J'abbë 

«, IJI^ury^ mais avec 1^. condition expresse, que si les 

M deux Aççusfss ne sont pas coupables, les membres du 

<c comité des jefjierches. prendront tous leur place dans^ 

^ les prisoi^?,(/i&fcf.,26 octobre ^'j^)^^ . 



J£A.N SIFREIN MàURY. .35 

le penchant dé sa ruine ^ ceux- là doiveot en 
répondre qui eierçoienC alors un s u[^éme pour- 
voir. Ce seroil un système par trop commode^ 
que de rejeter les malheurs sur de fbiUes an- 
tagonistes y auxqu^s il étoit bien permis dé réf 
douter ces terribles bouleversements, et d'user 
d*ùii droit légitime , disons mieux, de remplir 
^ii devoir rigouretuc, en s'efforcant d'enarrôtei' 
lé èoUrs. Il étoit d'ailleurs si facile aux premier^ 
dé résister à cette espèce d'irritation à laquelle 
on suppose qu'ils eurent le malheur de suc^ 
combéri ^t ils avoient une vengeance si belle^ 
si noble à exercer. Que ne créoient-iis un ac^ 
dre de choses, capable sinon de rallier les es^. 
prits à leur cause , du moins de convaincre tous 
les honnêtes gens, que les plaintes partoient 
d'un vil et froid égoisme opposé au bien publia f 
Hélas! malheureusement^ on suivit. une tout 
autre marche. Aussi, après avoir tout nivelé ^ 
arl4l fallu déblayer les ruines, et remettra en 
tmivre une grande partie des m^térîavai: qui 
composaient notre ancien édifice; je ne .dirai 
pas sous l'empire , ni au mrâient de la retfaurar 
iîon, mais avant le consulat lui-^mème^ aussitôt 
s^ëê le règne de la terreur, quand on établit 
le directoire, auc[uel on déféra plus d'autorité.^ 



36 VIE DU CARDINAL 

qu'on n'en avoit laissée à l'infortuné Louis XY I^ 
Gest là une vérité qu'on ne sauroit contester. 
DésH'lors, qu'on juge. et qu'on pronpnce. 
- Mais^' revenant à la conduite politique de 
l'abbé Maury^ pour démontrer quelle fut sa 
mesure et sa modération durant les séances si 
orageuses de la première assemblé^, je me 
borne à une seule réflexion que je livre à l'im- 
partialité des lecteurs. Au milieu de çe.pugi-- 
lat^ où chaque jour il ^se trouvoit aux prises 
avec les Mirabeau, les Chapelier, les Féthion 
et les Bamave ; exposé sans cesse wx . inven- 
tives et aux vociférations des tribunes ., aux- 
quelles on n'imposoit point silence; à peine, eut- 
on l'occasion de le rappeler à l'ordre, ^tandis 
qu'on en voyoit continuellement ses collègues à 
l'aibbaye ; et encore , dans une circonstance 
^mémorable, vint-il à bout de confondre I^s cla- 
meurs, par cette foudroyante apostrophe : «Vous 
«demandez qu'on me rappelle à l'ordre? £h! 
^^ià quel ordre me rappellerez-vous? Je ne m'é- 
^ <îart6 ni de la question, ni de la justice, ni 
u'dtà la décence, ni de la vérité. Les orateurs 
(c- qui m'ont précédée cette tribune, n'ont pas 
((«été rappelés à Tordre, quand ils ont insulté, 
« sa^ pudeur et sans ménagement ,. nos supé- 



JEAN SIFBEIN MAURY. Zj 

m rieurs dans la hiérarchie. Je ne dois donc pas 
«f être rappelé à l'ordre, quand je viens déc^r- 
w ner au corps épiscopal une juste et solennelle 
w réparation (i). » •" 

Qu'il me soit permis de copier^ à la suite de 
cette citation , un autre passage de ses discoure, 
qui ne sera pas déplacé ici. Dans Taffaii'e dés 
assignats : «Ëh! le moyen, disoit-il, desedér 
i< fendre d'une indignation vertueuse contre 
t< de vils agioteurs qui suivent nos séances, 
a comme les corbeaux suivent les armées:, pour 
« dévorer les victimes de nos décrets! ils osent 
<r dénoncer à la multitude , comme de mauvais 
u citoyens , ces mêmes représentants de la na- 
« tion qui s'exposent à la mort, pour défendre 
« l'intérêt public !... Nous braverons avec cour- 
« rage toutes ces qualifications injurieuses, qui 
« deviendront un jour des titres de patriotisme 
(r et de gloire. Que l'on nous dénonce tant 
n qu'on voudra aux ressentiments d'un peuple 
« séduit ; les listes de proscription seront tôt ou 
« tard des sauf- conduits dignes d'envie. Nous 
K n'avons pas paru dans cette tribune, quand 
i< on nous a fait honteusement notre part sur 



(i) Opinion sur la constitution civile du clergé. 



38 TIE DU GAKDINAL 

ti la confiscation de notre revenu ; mais nous 
(c élevons notre voix, quand on veut ruiner le 
H peuple , en Uii promettant de l'enrichir (i)« » 

Et qu'on ne croie pas que ces menaces ne fus-* 
sent suivies d'aucun danger réeL Quand M. de 
Menou ne demandoit plus que la seule ville 
d'Avignon, pour prix de ses veilles à la biblio^ 
thèque du roi : « C'en est assez , dit Tabbé Maur 
(c ry, pour apaiser cette multitude de publicistes 
(c qui entourent l'assemblée, en nous ordon-^ 
(« nant à grands cris , au nom de l'autorité sou^ 
a veraine de je ne sais quels mandataires à 
«c piques, de décréter la réunion d'Avignon à 
fc la France , sous peine de mort. L'argument 
c< est en forme, et j'avoue que la liberté de nos 
cf opinions ne Sauroit être mieux constatée. 
4c Accoutumé à entendre sans émotion de pareils 
t< syllogismes , je vais reprendre la question où 
« je l'avois laissée (2). » 

Ce n'est donc pas lui qu'il faut^accuser d'être 
sorti des bornes de la modération ; on doit plu- 
tôt , ce me semble , convenir à sa louange qu'il 



(i) Opinion sur les assignats-^monnoie, 
(2) Seconde Opinion sur la réunion de la snUe d^A- 
vignon à la France, Voyez la note n° 5. 



JEAN SIFEEIN MADRY. 'ÔQ 

eut Fart de maîtriser sa verve oratoire, Quoi- 
que le plus souvent il fût obligé d'improviser. 
u L'ordre de ses discours, dît Marmontel, 
H faits presqiie tousàTimproviste, reuchaine*- 
« ment de ses idées, la clarté de ses raison- 
« fiements , le choix et l'affluence] de $ùa ex- 
ir pression, juste, correcte, harmonieuse, et 
«€ toujours animée, rendoient comme impossible 
i< de se persuader que son éloquence ne fût 
x< pas étudiée et préméditée; et cependant la 
t( promptitude avec laquelle il s'élançoit à la 
u tribune , et saisissoit l'occasion de parier , 
a forçoit de croire qu'il parloit d'abondance. 
« J'ai moi-même plus d'une fois , ajoute Mar- 
<( montel, été témoin qu'il dictoit de mémoire, 
« le lendemain, ce qu'il avoit prononcé la 
Xi veille , en se plaignant que dans Sje$ 50uve- 
« nirs sa verve étoit affoiblie et sa chaleur 
« éteinte (i). » 



(i) Mémoires de Mannontel, tom. II, liv. XVIII. 

<c Vous étiez bien jeune , m'écrit un ami de mon on-^ 
K cle et son ancien coUègue à l'assemblée , lorsque déjà 
u il remplissoit le monde de ses succès à la tribune , 
« jusque-là inouïs, de son courage, de son impertur-^ 
« bable sang froid à défendre , à attaquer , à terrasser 



4o VIE :nU CARDINAL 

^ 1 

<i L'abbé Maury, dit encore un publiciste 
a fameux , Tabbé Maury déploya une puissance 
u de talent, une force et surtout une prestesse 
« d'éloquence, une force de caractère qu'on 
u n'avoit vues jusqu'à présent dans aucune as- 
a semblée politique, ancienne ou moderne. 
« Démosthéne parloit devant le peuple d'Âthè- 
« nés*, de tous les peuples le plus difficile à 
(f fixer, mais le plus aisé à entraîner ; Cicéron, 



M ses adversaires , et à forcer leur admiration au peint 
(c de les faire quelquefois applaudir et battre des mains 
« malgré eux. La plupart de ses discours étoient cepeit- 
« dant improvises... J'ai eu, pendant plus de quinze 
M mois de suite, le plaisir d'admirer cette étonnante 
«« faculté d'improviser à souhait , en écrivant sous sa 
« dictée ce qu'il avoit prononcé par inspiration à là 
<i tribune. Plusieurs membres royalistes de l'assemblée 
« paroissoient en douter. M. le chevalier de Bouf&ers 
«« entre autres , voulut s'en convaincre par une espèce 
« de défi. D'accord avec lui , il le fit inscrire un jour 
« pour la parole, sans l'en prévenir, et il l'en avertit 
ti au moment qu'il arrivoit à sa place. Votre oncle ac- 
« cep te. Il monte à la tribune , et par une improvisation 
« bien positive , il en reçut de son confrère à l'Acadé- 
« mie , le plus sincère compliment. » Lettre de M. Vabbé 
Mayet. 



JEAN SIFREIN MAURY. 4^ 

<r devant' un sénat grave, instruit, prévenu 
cr presque toujours pour l'orateur ; l'un et l'au- 
a tre n'avoient à parler que sur de grands intë- 
cc rets politiques , ou dans de grandes causes 
«r particulières. Mais raisonner devant des so- 
(c phistes! Avoir des philosophes à émouvoir 
« et des beaux-esprits à persuader ! Parler avec 
H éloquence, avec grâce, sur la vente exclu- 
<c sive du tabac , sur les assignats , sur la cons- 
K titution civile du clergé, sur l'impôt, sur les 
(( successions, etc.; résister pendant deux ans 
(( à des assauts de tous les jours , à des dangers 
c( de tous les instants, à des contradictions de 
c< tous les genres! Surmonter l'insurmontable 
<c dégoût d'une lutte opiniâtre, où la raison et 
w le génie étoient condamnés d'avance, où l'o- 
« rateur persuadoit sans convaincre, touchoit 
c( sans émouvoir, ébranloit sans entraîner ; c'est 
<c ce qu'on n'avoit jamais vu; c'est sans doute 
« ce qu'on ne verra plus (i). » 

A la suite de ces témoignages, qu'il me soit 
permis de transcrire le jugement confiden- 
tiel d'un des plus illustres orateurs du par- 



(i) TTiéorie du pouvoir politique et religieux, dans 
la société civile, par M. de Bonald , tom. I. 



42 VIE DU GARJ)INAXi 

lement britannique, u Je vous dois, écrivoit 
(i M. Burke à un ami» le ii février 1791^ je 
« vous dois beaucoup de remerciements pour 
(c ces excellents discours de M. Tabbé Maury^ 
(c que vous avez eu la bonté de m'envoyer... 
i( J'y vois partout une éloquence fiére , mâle et 
« hardie^ liante et dominatrice , libre et ra- 
i( pide dans ses mouvements , pleine d'autorité , 
(i et abondante dans ses ressources. Mais en 
<( admirant comme je le fais un si beau talent ^ 
i< j'admire encore plus sa persévérance infati- 
« gable , sa constance invincible , son itiébran- 
« lable intrépidité, et son indomptable cou- 
i< rage à bravçr noblement l'aveugle opinion 
a et les clameurs populaires... C'est un preux 
{< chevalier et un vaillant champion de la cause 
« de l'honneur, de la vertu, de tous les senti- 
« ments nobles et généreux , de la cause de son 
c( roi et des lois, de la religion et de la liberté 
(( de son pays (i). » 

Jamais, en effet, l'éloquence ne s'étoit exercée 
sur un plus vaste théâtre. Les travaux de l'as- 
semblée constituante embrassèrent toutes les 



(i) Ployez la note n" 6. 



JBA^ 6IFAEIN MAOEY. 4^ 

j^iranches 4e la l^islatjioa , depi^ la souverain 
Bçté 4vL peuple jusqu'à réUblissement des mur 
nicipalitésp Tout l'ancien édifice devoit être 
déiruit pour en construire un nouveau. L'abbé 
Maury prijt part à toutes les principales disons* 
sions. Un grand noo^bre de ses discours opt été 
imprimés dans le temps , plusieurs même le fu- 
rent par ordre de l'assemblée, h ^n commen- 
ce çant à dicter celui sur le droit de faire la 
« guerre ^ et de conclure les traités de paix , 
« d^alliance et de commerce, dit-il dans une 
ir note y je réponds aux instances qui me sont 
c< adressées de [^usieurs provinces, pour me 
ft presser de livrer à l'impression tout ce que 
«r j'ai improvisé à la tribune. Le temps m'a 
<< toujours manqué pour répéter à un copiste 
M de longs discours qui se suivoient de si près, 
le Dés que nos séances finiront, je tâcherai. de 
<f retrouver dans ma mémoire, et de recueil- 
le lir les résultats de mes anciennes médita- 
<c lions sur les principales questions que j'ai 
<c traitées. » Puis, après en avoir fait une ré- 
capitulation orapide, mais qui effraie par la 
multitude des articles , il ajoute : « La plu» 
(f part de ces opinions avoient plus d'étendue , 
« et ont ét^ accueillies avec plus d'indulgence 



44 VIE' bu CARblHÂL 

(T que celles dont j'ai déjà fait h^anmage au 
a public. » Ofi n'êtoit cépendaMpai encoFe 
arrivé alors méine a la inoitië des travaux dé 
l'assemblée constituante. Dé combien dé vo^ 
lûmes se composerôit la collection entière de 
ses discours, s'il les eût tous i^digés! Mais, 
telle qu'il l'a laissée /elle en fôrméi*à au moins 
six dans sa totalité. J'auroiâ pu l'accrpitre à 
l'aide des journaux qui ont dohi^é des extraits 
et même des fragments de ses ouvrages. Je m'en 
suis abstenu pour n'offrir que ceux qui sont 
véritablement de lui. En effet, ces analyses 
sont en général d'une pâle couleur, souvent 
même elles sont infidèles. On peut en juger 
par la manière dont on n'a pas craint de rendre 
compte^ des discours imprimés. Four se con- 
vaincre de cette vérité par un exemple frap- 
pant, il suffira de lire Y Opinion sur les assi^ 
gnats. Maury avoit proposé à Mirabeau, en 
pleine séance , d'adopter la méthode de discus- 
sion du parlement d'Angleterre. « Je serois 
c< monté à la tribune , dit-il-, pour lui répon- 
« dre, et j'aurois ensuite pris place à mon 
« tour, au. bureau, pour l'attaquer. Mirabeau 
i< s'étoit formellement engagé à ce combat. Je 
« l'ai sommé trois fois de me tenir parole, et 



JEAN SIFREIN MAUnY. ^ 

a il s'y estcoostamment refusé (i). m Or^ d'a- 
près \g Monàçi^r , a paroitpoix ai^. contraire que 
4outrhoaneur fut, pour Mirabeau , auquel son 
riy4^^ eiitièréjp^ent sacrij^i^. Aussi Burke 4é- 
clai*e-t'-il. daixs ç^e^e jùêmf^ Jattre , dont j'ai 
cité un passive , v Qu'avant de recevoir ses .dis** 
fi. cours ^ il n'jBtvok; ei^core rien; vu qui. pû,t lui 
4t donpér. uqe idée ju^te et oompléfte de.s^mar 
tf,nière dje trfttler un. sujet de 4roit public, n 

Uaç simple noûpe historique ne peu^t s'éteqt- 
drejt di^s détf^Us pmcç^ent littér^aires. Ce sçrpif 



« m I * ■ < 



(i) Ce passage se trouve dans une note. Voici les pa- 
rôles mêmes de l'orateur eh commençant Sdfn discotirsi 

«i Je ni'étois prépare' à scmtenir aujourd'hui un'coitï- 
« "bat dans cette. assemblée ^ et non pas â y prononcer 
•tf >|taL discours. M. de, Mirabeau » qui ai!!oit d'jabprd iojarr 
U'Jtfm^ntjcaima^'lfi gapt que je Jiui.^fom^té en .votre 
<r présence , s'est ensuite ref us.é çpnç tamtinent à u^ mçdç 
« .de discussion, qui auroit Résolu tous nos doutes^, et 
« qui auroit dissipé tous les vains prestiges de l'élo- 
« quence. Je regretterai toute nia vie 'ce dialogue iht^ 
« ressaut que tioW avions annonce à l'Europe entière; 
« et mes l'hardi» ' cherchent encoire dans ^te- meiMiit 
« Mr de Mivab^^Uivsui; cette même arâneioù^^au milieu 
/K de tant d'adveriiures.djP i^on opi^ii^, je meyoi^ r^ 
« (d^uitavec douleuj; à la solitude du monolçgue^ » ^ , 



46 VïK DU CARDINAL 

abuser de la pati^ficé des lecteurs^ que de vou- 
lenr même y en' évitant de suivrei^ l'orateur dans 
la haute lice qu'il a parcourue ^ de borner à in- 
dic(uer les traits plus particuliers #éloqfUjeaee 
qui brillent dans Ses haraïigUes. Il n'en tociste 
péttt-^tre pas une seule où il ne s'en rencontre 
de fort rtmarquables. Qui suis^je, d'aiUeurs> 
pofûr oser in'éi'iger en maître? Et puis^ mal^^ 
héuf à tout écrivain qu'on esl réduk à pré*^ 
diehter uniquement par son beau côtël Le vrai 
talent veut être jugé en bloc ^ et dédaigne de 
l'être par parties détachées. Ainsi donc, par 
respect pour le public, et pour ne pa&m'arro- 
ger une attribution qui ne saurolt m'apparte- 
nir sous aucun rapport ; en terminant cet arti- 
cle i sans sortir de mes limites , j^ me borujerai 
è conserver quelques anecdotes curieuses > qm 
isè t'attachent de plus prés au caractère de œ^^ 
fui ^iie je dois faire connottre. 

tJn jour, au sortir dé l'asséinlblée , il travèi*- 
soit les Tuileries, avec un livre à la main. Le 
pei^le se mit à le suivre, en poussant des 
hurlements affreux. Il n'y faisoit d'^b6;!rd au- 
cune attention. Mais, tout à coup.> un honune 
Va^t^aiiôe^ brandissant en l'aîr un couperet 
énoit'më, et il crioit : Où est cet abbé Maury? 



JEAN SIFREIN MÂURY. 47 

je vais V envoyer dire la messe aux enfers. 
Ace cri répété , Maury lève la tète, et voit 
<3et homme presque à ses côtés , dans cette 
attitude menaçante. Aussitôt il laisse tomber 
sa broch'ure, saisit deux pistolets qu'il lui pré- 
sente en disant : Tiens , si tu as du cœur p 
^oiià tes burettes pour là servir. L'assassin 
éperdu prit la fuite , et le peuplé de faire re- 
tentir lès airs de ses applaudissements. 

C'est la seule et unique occasion qu'il ait 
éu recours aux armes qu'il portoit habituelle- 
ment^ pour se défendre dans un cas aussi déses* 
péré ; car, du reste , il étoit convaincu que les 
tirer contre la multitude, c'est un véritable acte 
de démence. C'est pourquoi M. \é vicotntè dé 
Mii^abeatt ^ ayant , en sa (jféséncey mis l'épée 
à la main au milieu d'iin tumulte y il la lui ar- 
racha^ et > l'ayant brîsée > iï en je ta les trônt^ 
^ns à ses piédè. Le peuple , téiâoîn de cette 
scène ^ se mit à crier hfmbf^X. ils ^toent tèu^ 
deux se retirer trftnquilleâiënt. ; 

Uiie àûtré fdis , ôti érîoit itvéc' lùfèur iAlét 
lanterne ! à la lanterne ! Et déjà on préludoit 
aux apprêts du supplice. Eh! si vous me met- 
iiez à là lanterne y. y verriez-vous plus clair /* 
Cette réponse fit rire ces l0rcëâ:és> et sa piré^ 



48 VIE DU CA.RDINAL 

sence d'esprit le sauva du danger le plus im- 
minent. 

M. de Pradt croit (ju'un bon mot valoit à 
Maury un mois de sécurité (i) ; mais les périls 
se renouveloient presque chaque jour. La po- 
pulace le poursuivit encore dans la rue Sainte- 
Anne, et cette fois^elle montroit tant de r^tge 
et d'acharnement, qu'il crut qu'on alloit le 
mettre en pièces. Il marchoit à pas lents, et la 
foule se pressoit derrière lui , lorsqu'un jeune 
enfant, qui étoit sur son passage, saisit un 
caillou et fait mine de le lui lancer. Il prit aus- 
sitôt l'enfant avec une main ; et , tout en ayant 
L'air de lui faire des caresses, continue j lui dit- 
il pour l'effrayer, et je V écrase contre la mu^ 
rqitte. Celui-ci se tut , comme de raison , et la 
populace étonnée s'arrêta. Alors l'abbé Maury, 
se voyant à côté d'une porte cochère qui étoit 
ouverte (2) , profita du répit qu'on lui donnoit 
pour se jeter brusquement dans la maison , et 
referma la porte sifr'liii. La force armée ac^ 
courut bientôt à son secovirs; mais l'attroupe- 



i t M ' t 



(i) Les quatre' coheordàts , tom. II. ' 
. (a)> G'étoit la mrâon nP 18. EUe. étoil habitée par le 
banquier M. FlukhirpxU 



JEAN SIFREIN MAURY. 49 

ment ne s'étoit pas même encore dissipé à ren- 
trée de la nuit y et Toflieier prit le parti de 
faire revêtir l'abbé Maury de l'uniforme d'un 
garde national. Grâce à ce travestissement , il 
eut le bonheur de n'être point reconnu , et de 
pouvoir se soustraire aux poignards des assassins. 
Un autre jour qu'il montoit les escaliers de 
l'assemblée^ en traversant les flots du peuple 
qui assiégeoit les avenues de la salle, on le tira 
violemment par-derrière pour le faire tomber 
à la renverse. C'en étoit fait de lui s'il eût suc- 
combé. Heureusement les cordons de son petit 
manteau cédèrent, et il ne perdit point l'é- 
quilibre. Soudain , il se retourna pour punir 
le traître ; mais* Voyant que c'étoit une femme , 
Oh ! madame , lui dit-il , que vous êtes heu- 



reuse! 



C'est donc à son mépris franc et continu pou^ 
la mort , qu'il fut uniquement redevable de la 
conservation de sa vie (i). u J'ai vu , écrivoit- 



(i) i( Je ne crois pas , dit Lacretelle, dans son Histoire 
« de France, t. VII, je ne crois pas que personne ait 
« poussé plus loin que lui le courage de résister à des 
<( factieux, à des bourreaux. Il traversoit les groupes 
« les plus furieux , d'un pas vif et ferme , répondoit à 

4 



5o VIE DU CARDINAL 

« il à M. le cardinal de Boisgelin, alors ar- 
ec chevéque d'Aix^ j'ai vu la lanterne et les 
«r poignards levés sur moi d'assez près, pour 
n me souvenir encore des plaisanteries et du 
(c sang-froid dont je me servois pour désarmer 
H la multitude. J'étois tout étonné moi-même 
(€ de cette présence d'esprit, qui me venoitdu 
(f parti bien pris et bien arrêté de ne compter 
H ma vie pour rien (i). » 

■ ' ' ■ " »!■■ I -l.l II I I .111. I I ■■ ..1 

« leurs menaces par des saillies pleines d'assurance et 

«I de gaîté , et redoubloit de véhémence à la tribune 

« contre la démagogie triomphante. » Je ne voulois citer 

que ce seul fragment. Qu'on me permette de transcrire 

encore ces quelques lignes. « Une connoissance parfaite 

M de l'histoire , poursuit Lacretelle ; une vivacité' d'es- 

« prit qui lui en faisoit appliquer les résultats avec 

u d'heureux à-propos ; un style constamment soutenu y 

«t fleurî*^' harmonieux; une tnémoire prodigieuse qui 

« donuoit l'éclat de l'improvisation à plusieurs de ses 

« discours écrits ; une prononciation rapide , ferme et 

u habilement accentuée ; le don des reparties ; l'art de 

« prolonger une ironie amère : voilà quels étoient ses 

« avantages à la tribune. — Je n'oublierai jamais, ajoute 

te M. le comité de S^ur, dans ses Souvenirs , l'impres- 

« sion que produisirent sur mon esprit, l'harmonie et 

« la pompe des discours de l'abbé Maury. » 

(i) Lettre du 24 octobre 1801. 



JBAK 3IFR£II< MLAURY. 5l 

Cette même présence d'esprit lui suggérât 
également les réflexions les plus lumineuses et 
If^ moins prévues , comme les reparties les plu^ 
vives et les plus promptes^ au sein de rassemblée, 
et au milieu des discussions les plus orageuses. 

Far exemple^ pendant qu'il péroroit sur 
le. droit de. faire la guerre , et de conclure les 
traités de paix ; dans cette séance mémorable ^ 
où iljiu hmg-temps interrompu par les larmes et 
pçir les témoignages prolongés de P approbation 
unanime de rassemblée nationale; quand , ré- 
clamant une grande pensée pour la gloire de 
Henri, il vengea^ noblement la mémoire du 
meilleur de nos rois, outragée par une accu- 
sation aussi absurde qu'injuste (i) ; tout à 
coup, ayant aperçu M. de Fitz- Herbert dans 

»— i— — — — »— ^»»«— i— Il III I I I ■ — p..»g^w.— — »— ^— ^—a ».— ■ — ^M— 

(i) <^ Janiais son talent ne s'étoit ^Levé ^pssi haut que 
tt dans cette discussion. ]\f . Charles de Lameth avoit 
« prétendu qu'au moment où un exécrable régicide 
H priva la France du meilleur de ses roi$> Henri lY 
« alloit embraser l'Europe pour la possession de la 
« prinogsse de Goiidé. C'est une calomnie! s* çUât écrié 
« Vabhé Manry. M. de Lameth soutint que son assers 
« tion étoit justifiée par les Mémoires de Sully. L'ahbé 
«c Maury dans son c^inion présenta des développements 
« historiques pleins d'une critique judicieuse et pro^^ 



53 VIE DU CARDINAL 

une tribune : « Levez les yeux dans ce moment^ 
. <c s'écrie-t-il , et voyez au milieu de cette en- 
ce ceinte, un ministre anglois qui va négocier 
(Y en Espagne les intérêts de sa nation... C'est 
(€ en présence d'un tel témoin que nous dis- 
(c cutons dans cet instant les droits du trône ! 
« Ce sera bientôt devant les émissaires de toute 
« l'Europe que les François délibéreront dans 
ic cette assemblée, pour leur apprendre qui ils 
« ont à craindre, ou qui ils doivent corrompre. 
« Quel peuple voudra être votre allié , et expo- 
ce ser ainsi ses secrets les plus importants à la 
fc publicité inséparable de nos délibérations? » 
Ainsi, lorsque dans les terribles débats sur 
la constitution civile du clergé ^ ayant rapporté 
fidèlement la pensée et même les expressions 

« fonde... Il fournit un vrai modèle cC éloquence classi- 
« que , quand il repoussa V assertion de M. de Lameth, » 
Ici se trouvent cités avec ce fragment deux autres pas- 
sages du discours, préce'dés par ces re'flexions : » Ce dis- 
« cours me paroît admirable parle judicieux et éloquent 
« emploi des connoissances historiques. » Histoire >de 
France, par Charles Lacretelle, tom. VIII. Or, la ré- 
potnse à M. de Lameth , qu'on cite comme un vrai mo- 
dèle d*éloquence classique, cette réponse fut bien cer- 
tainement improvisée. 



JEAN SIFREIN MATJRY. $^ 

de Mirabeau , et Tayant prié de lui dire êi isâ 
mémoire ne Tavoit point trompé^ Mirabeau 
crut l'embarrasser par cette réponse : w Non , 
i< monsieur, ce n'est point là ce que j'ai dit; 
« Ces ridicules paroles ne sont jamais sorties 
« que de votre bouche. » Avec quelle force de 
logique et de raisonnement ne sut-il pas lui 
démontrer qu'il ne l'avoit pas cité à faux; qu'il 
avoit réellement dit ce qu'il lui avoit attribué; 
et que si sa phrase signiKoit autre chose , elle 
ne pouvoit avoir aucun sens ! Puis , prenant 
acte de son silence ^ « je ne dirai point , pour- 
ce suivit-il / que ces ridicules paroles ne sont 
tf sorties que de votre bouche; mais je dirai , et 
« cette assemblée dira comme moi^ que votre 
w proposition n'a pu sortir que d'une tête ab- 
« surde. » 

Ces citations suffisent pour remplir l'objet 
que je m'étois ici proposé (i). Mais combien 
d'anecdotes piquantes^ combien de reparties 
ingénieuses s'offrent en foule à ma pensée et à 
mes souvenirs ! je les repousse , parce qu'elles 
me méneroient beaucoup trop loin, si je vou-r 
lois tout dire , pour le seul et unique plaisir de 

(i) Voyez, à la fin de la Vie, la note n* 7. 



54 /YiB DU CARDIIVÂL 

raconter (i)« Je m'abstiendrai aussi, par dis- 
crétion f de copier un autre paragraphe , sin- 
gulièrement frappant , de la lettre à M. le car- 
dinal de Boiegelin , qui auroit le mérite de 
conunenter aux lecteurs cette dernière profes-^» 
sion que Maury fit à Marmontel^ au moment 
où ils s'embrassèrent en se disant un éternel 
adieu. (( Mon ami , lui avoit-il dit , j'ai fait ce 
u qtie j'ai pu; j'ai épuisé mes forces, non pas 
a, pour réussir dans une assemblée où j'étois 
K inutilement écouté , mais pour jeter de pro- 
i< fondes idées de justice et de vérité dans les 
u esprits de la nation et de l'Europe en-* 

H »» ■ '■ I ■■ ' ' ■ • ■ ■ ' '■ ■ -■ 

/ 

( I ) Dans la discussion sur les attroupements séditieux , 
qui fut extrêmement orageuse y « pour tout concilier y 
(c dit Tabbé Maury, je demande que les peines pronon- 
ce cées contre les attroupements séditieux qui pourroient 
« euTisonner le corps législatif, ne puissent être appfi* 
« quées qu'à la prochaine législature. » UAmi du roi, 
lo juin i79i> 

Un autre jour qu'il s'étoit élevé un fort tumulte 
dans l'assemblée , et qu'il se trouvoit à la tribune avec 
MAI. Casalës et Mirabeau, chacun d'eux voulait parler 
sans pouvmr sèifaire entendre, il calma les esprits par 
cette plaisanterie : É coûtez '^ nous ^ messieurs , voilà les 
trois ordres à latriiuncJbid, 22 octobre 1790. 



JEAN SIFREIN MAURY. 55 

u tière. » Mémoires de Marmontel ^ liv. XVIII. 

Âa reste , quel que soit le jugement qu'on 
ait pu porter de sa conduite politique , de nom-» 
breux et glorieux suffrages vinrent lui prodi* 
guer la récompense de ses travaux. Le bon et 
infortuné Louis XVI avoit été le premier à les 
reconnoitre , en lui adressant ces belles et tou- 
chantes expressions : u Daignez songer que nous 

a avons besoin de vous Sachez tempori- 

« ser, votre roi vous en conjure; trop heu- 
(c reux s'il peut un jour s'acquitter envers vous, 
c< et vous prouver sa reconnoissance , son es-* 
(c time et son amitié (i) ! » 

Mais aussi (qu'il me soit permis de le dire), 
si Louis XYI daigna montrer à Maury une telle 
bonté et une telle clémence , ce furent peut* 
être moins ses preuves de dévouement à la tri-* 
bune qu'il voulut signaler, que la franchise 
si rare et si priiicieuse à ses yeux , par laquelle 
Maury , interrogé par son roi , avoit su répon- 
dre à sa confiance la plus intime (2). Maury 

(i) Voyez y à la fin de la Vie , la note n® 8. 

(2) Voici un trait de la vie du cardinal Maury, consi* 
gné dans une lettre de M. Tabbé Mayet, et que je croi% 
devoir rapporter ici , afin qu'on ne se méprenne pas sur 
la nature de ces rapports confidentiels. « Le 21 juiny 



56 VIE bV CARDINAL 

s'offre ici sous un nouvel aspect , et je doid 
mettre les lecteurs à portée de l'apprécier sous 
ce rapport. Voici donc les nobles et coura- 
geuses paroles qu'il adressa à Louis XV I , dans 
un mémoire sur les assignats que ce prince lui 
àvoit demandé. « Sire , lui dit-il , après être en- 
H tré dans des développements que les débats de 
w l'assemblée ne pou voient comporter; jamais, 
« non jamais, ma raison n'a obéi à une convic- 
M tion plus profonde. Des cris involontaires et 
H inarticulés échappent, dans ce moment, à 
« mon effroi et à mon amour. Je lève en trem- 
i< blant, vers le ciel, des mains suppliantes. 



I — 



« jour du départ du roi pour Montinédi , j'avois cou- 
ttichéchez monsieur votre oncle, ce qui m'est arrivé 
•« bien des fois, afin d'être debout dès la première heure 
« du jour, pour nous mettre à l'ouvrage à six ou sept 
M L^ures; le fidèle Gervais arrive en hâte dans le cab^ 
« net où.j'écrivois sous la dictée et nous dit : Pendant 
•t que vous êtes ici à composer, il se passe d'étranges 
M choses à Paris : le roi est parti cette nuit avec safa^^ 
«t mille. — Quelle folie! c'est un conte, — C'est si peu 
a un conte que tout Paris est en Vair, et que votre rue 
^«, est encombrée par la foule. Il falloit bien le croire; 
.u car il avoit dit vrai. Après quelques instants arrive 
M UJ^ ami qui confirme la nouvelle. Monsieur votre on- 



JEAN SIFREIN MAURY. Sy 

«pour le conjurer d*ouvrir votre âme à la 
t( lumière et au courage de la vérité. C'est 

« ma conscience qui parle ici à la vôtre Je 

c< supplie en finissant votre majesté de ne 
w pas armer du moins contre elle-même, les 
If derniers restes de son autorité , dans la dé- 
<c termination terrible qu'elle va prendre. Je 
ce viens de lui dire la vérité tout entière, avec la 
w sincérité que ses vertus m'inspirent , et avec 

<c le courage que sa confiance me commande. 

— .^ I *. ■ -. I .1 ...,■■ ■ 

« cle fait aussitôt son porte -feuille, et l'envoie par 
(I Gervais dans un grand sac chez quelqu'un , pour le 
« mettre en sûreté en cas de recherche dans son appar- 
« tement. Eh bien, me dit-il , que fauU-il faire? — J^ous 
« habiller et aller à rassemblée, — yous me confirmez 
« dans ma résolution ; et de suite nous faisons notre toi- 
« letie , et nous partons. La foule e'toit immense dans la 
« rue. Nous marchons lentement, parlant à bâtons rom- 
« pus, pour montrer notre assurance. Les alentours de 
« la salle étoient encombre's par ^es milliers de persou- 
« nés. Je me présente le premier , et avec la main j'ou- 
« vre doucement le chemin. Pas un mot , pas une pa- 
« rôle désobligeante : Oest Vahbé Maury , c'est l'abbé 
« Maury, rien de plus. Son apparition dans la salle 
« pétrifia tout le monde. Ce fut un silence profond d'é- 
«< tonnement et d'admiration ; car ce sentiment accom- 
« pagne toujours un grand courage. » 



58 VIE DU CARDINAL 

(( Je viens de la lui dire avec une franchise qui ^ 
« dans la série des hommages y vaut bien , ou 
ce plutôt est le vrai respect , et avec un zèle 
(( de dévouement qui doit être auprès d'elle 
« mon excuse. Je la lui ai dite sans séparer ja-r 
« mais ses intérêts de ses devoirs , dans ce 
ce mémoire où j'ai examiné l'influence du pa- 
cc pier-monnoie sur l'abolition de la puissance 
« royale; comme je développerai un de ces jours 
« à la tribune, au milieu des poignards, les dé- 
4< sastrës qu'il accumuleroit sur le royaume. 

« Ma tâche envers le trône est remplie : celle 
w du roi qui l'occupe encore va commence^». 
« Le roi connoît à présent la vérité ; mais ce 
i< n'est rien , ou plutôt c'est une insigne dé- 
« loyauté que d'en être instruit, et de n'avoir 
« pas le courage de lui être fidèle. Et voilà 
« pourtant l'inconséquence ordinaire qu'en- 
(c gendre dans l'âme des rois une indolence 
(( timide sous l'ascendant d'autrui, ou une dé- 
« fiance excessive de soi-même ! L'histoire nous 
« montre en effet, à chaque page, qu'il faut 
« bien plus s'inquiéter du défaut d'énergie 
« dans les souverains, que du défaut de lu- 
« mières. Je crois donc, contre la persuasion 
« commune, que les rois savent toujours a^sez 



JEkfH SIPREIN MiUKY. 69 

fr la vérité dans les grandes affaires d'État , où 
(( l'intérêt des parties ne manque jamais de les 
u éclairer. Le malheur est qu'au lieu de la bien 
<t discerner y et surtout de la défendre ^ ils con^ 
ce cluent simplement de ces lumineux débats , 
u dont ils devroient être les arbitres , que tout 
H est autour d'eux contradiction ou incertitude ; 
u qu'il y a toujours deux opinions en vogue sur 
fc la même question , et que dés^-lors^ selon la 
« maxime des cours ^ le sage, c'est-à-dire^ 
c< sans doute le lâche ^ ne doit plus en adopter 
« aucune ; ou bien ils en concluent encore 
ti qu'il existe deux partis acharnés l'un contre 
a l'autre., entre lesquels , au lipu de prononcer 
u en pleine connoissance de cause , flottent 
K dans une égale indécision, et la paresse 
« d'esprit qui ne sait plus ce qu^il faut croire ^ 
« et la foiblesse de caractère qui se laisse en- 
« traîner sans avoir rien osé résoudre (i). » 

Louis XVI ne suivit pas ces conseils , et il 
prononça à jamais sur son sort , en sanctionnant 
le décret du papier-monnoie. Mais si, dans Son 

(ï) Ce mémoire sur les assignats fera partie des dis- 
cours, dont j'aurai l'honneur de faire hommage au 
pubUc très-incessamment. ' 



6o VIE DU CARDINAL 

amour pour son peuple j ce monarque , dont les 
bonnes intentions trompées nous furent si fu- 
nestes , sacrifia sans cesse son autorité à son 
repos et à ses vertus ^ tandis qu'il auroit dû la 
défendre avec une sainte jalousie ^ comme un 
dépôt sacré que le ciel lui avoit confié pour le 
bonheur de tous, et dont il ne lui étoit pas plus 
permis de se dessaisir que d'abuser ; du moins 
ce monarque savoit rendre justice à la droiture 
et à la fidélité. Nous en avons vu la preuve la 
plus touchante dans cette lettre qu'il écrivit 
alors à son principal défenseur. 

Fresque à la même époque que Maury reçut 
ce noble témoignage , qui le payoit et au-delà 
de ses foibles services. Pie VI lui transmet- 
toit ses propres sentiments en ces termes, par 
l'organe de M. le cardinal Zélada, secrétaire 
d'Etat : « Ce que vous avez fait est au-dessus 
« de tout éloge , et vous avez un droit absolu à 
M l'estime de l'Europe entière. Le pape m'a 
(( chargé de vous faire en son nom les plus vifs 
w remercîments , et d'y ajouter tout ce qu'il est 
« possible de dire pour vous rendre bien sûr 
« de son affection et de sa reconnoissance (i). » 

(.i) Lettre du 1 5 juin 1791. 




JEAN SIFREIN MAURY. 6l 

Son émiaence lui écrivoit encore le 28 sep- 
tembre 1791 : « Les efforts que vous avez faits 
4c surpassent tout ce qu'on en pourroit dire, et 
ce tout ce qu'il est possible d'imaginer. Je n'ai 
i< point les mots pour vous donner la plus lé- 
« gère image de l'impression qu'a faite sur le 
« pape votre dévouement héroïque (i). » 

Ce fut peu de jours après la date de cette 
lettre , que M aury termina sa mission politique 
à l'assemblée nationale. Jusqu'au dernier mo- 
ment, il ëtoit demeuré avec intrépidité sur la 
brèche; mais il comprit avec douleur qu'il 
s'exposeroit sans fruit comme sans gloire, si, 
seul et isolé , il eût lutté plus long-temps contre 
une opposition malheureusement insurmon- 
table. Il prit donc la résolution de quitter 
la France. Dès qu'on en fut informé à Rome , 
le souverain pontife lui offrit aussitôt une se- 
conde patrie. « Vos travaux inconcevables, lui 
c< msuidoit alors le secrétaire d'Etat , en par- 
te lant au nom de sa sainteté, vos travaux in- 
« concevables, dirigés toujours par le bien pu- 
ce blic, par la raison, par les lumières les plus 
ce éclatantes , et par les dons les plus heureux 



(i) Voyez , à la fin de la Vie , la note n° 9. 



62 VIE DU CARDINAL 

« de la nature y ont forcé enfin jusqu'aux per- 
« sonnes les plus dépourvues de bon sens ^ les 
« plus vendues à la cabale dominante , à vous 
ce tributer l'hommage qui vous étoit dû. Cela 
H doit vous dédommager de vos peines , comme 
« soulage le saint-père , toujours rempli d'a- 
ce larmes et de sollicitudes paternelles sur votre 
c< sort. Souvenez-vous qu'il brûle d'envie de 
c( vous voir j que sa reconnoissance lui en fait 
ce un besoin , et que vous ne pourrez jamais 
« vous refuser a son impatience , sans faire 
c< semblant, de méconnoltre , je dirai de mépri-^ 
ce ser presque ses bontés. Vos derniers instants 
ce à Paris ont été signalés par les démarches y 
ce par les efForts les plus sublimes ^ par la pas- 
ce sion la plus décidée pour le bien, et la gloire 
« de la France et de la couronne. Que je plains 
<e le monarque qui n'a point eu l'énergie de 
ce suivre les plans que votre main habile lui 
ce traçoit ! Que je hais l'empire des circonstan- 
K ces, qui jetoit un voile épais sur la lumière 
ce que vous faisiez étinceler à ses yeux (i) ! w 

(i) Allusion aux derniers discours sur la souveraineté 
d'Avignon , et à un Mémoire sur la réponse que le roi 
doit faire à l'assemblée nationale lorsqu'elle luiprésen- 



JEAN SIFREIN MAURY. 63 

Quand enfin le secrétaire d'Etat apprit son 
heureuse sortie de France ^ et son arrivée à 
Bruxelles, voici un extrait de la dépêche qu'il 
s'empressa de lui adresser, le 23 novembre 1791 . 
<c De toutes vos lettres, celle que j'ai le bonheur 
u d'avoir entre les mains, celle qui me marque 
tf votre prochaine arrivée , est celle qui m'a fait 
ff le plus véritable et le plus grand plaisir. Le 
u pape a voulu la lire et la relire d'un bout à 
H l'autre. Maintenant, ce seroit vraiment vou- 
« loir perdre le temps , que de vous rendre les 
a sentiments du pape et les miens. Arrivé ici , 
« vous pourrez descendre dans ma propre mai- 
tf son , c'est-à-dire positivement chez vous. La 
« table , les laquais , le carrosse , tout cela vous 
<c embarrassera fort peu. En attendant , je vous 
« en préviens , ne nous parlez point de recon^ 
u naissance ; c^est le moyen de nous mettre 
« dans V impossibilité de payer nos dettes , en 
(c empruntant les mots dont nous devons nous 
« servir , lorsqu'il est question de vous (i). » 

tera la nouvelle constitution. Voyez la note n* 10. 
(i) Je possède les originaux de toutes ces lettres, et 
je garantis la fidélité la, plus scrupuleuse des divers 
extraits qu'on vient de lire. 



64 VIE DU CARDINAL 

Maury obéit à ces pressantes sollicitations. 
Son voyage fut comme un triomphe non in ter*- 
rompu. « Mon illustre ami^ lui écrivoit Mar^ 
« montel dans l'abandon d'une vieille amitié , 
« nullement louangeuse entre deux cœurs qui 
« s'étoient voué une franchise mutuelle ; mon 
« illustre ami , j'ai' joui plus que vous-même 
(c des honneurs qu'on vous a rendus à Tour*- 
« nai , à Bruxelles, à Coblentz, etc. (i). Je 
« prévois ceux qu'on va vous rendre à Rome j 
M et tout le monde ici croit vous en voir roitr' 
i< gir. Dans tous les sens, je le souhaite. C'est 
c( à nous de nous enivrer de votre gloire ; c'est 
<c à vous de la recevoir, comme vous faites , 
« avec une modeste sensibilité. Les foiblesses 
i< de l'amitié sont excusables ; celles de l'amour- 
« propre ne le seroient pas. Mais je ne les crains 
(c pas d'un caractère et d'un esprit dont la trempe 
« est bien éprouvée. Je vous connois une âme 
«. cubique qui, dans tous les mouvements de la 
(c fortune, se tiendra ferme sur sa base (2). » 

Marmontel connoissoit bien le cœur de son 
ami. Il resta le même dans toutes les situations. 

(i) Vojez , à la fin de la Vie , la note n° ii . 
(2) Voyez y à la fin de la Vie, la note n° 12. 



JEAN SIFREIN MADRY. 65 

AU lieu de prendre de l'orgueil de sa nouvelle 
dignité, tout son désir étoit iqu'on ne l'en rehâit 
pas responsable Je ne la doisj disoit-il, qiVàubc 
désastres de ma patrie* (i). Dans son'jpreihier 
entretien avec lui , Pie VI , touché dé sa c(m- 
fusion et de sa reconnoissance , lui rappelaPtfue 
saint Pie V avoit créé cardinal Thotnas SbU- 
cher, abbé de Clairvaux , pour avoir été Tttri 
des plus illustres et des plui utiles ttiéotdgiëte 
du concile de Trente, w Ce qu'il fit ^ui'* irti 
(f François y ajouta Pie VI ^ nous le ferons , à 
(c plus forte raison, pour un sujet de l'Église 
« romaine fs). » 

^ ^ ^ ■ > -. . ■;.■ .::r.^ ::iv i . 

Mais avant de lui donner le chapeau ^ son 
généreux bienfaiteur, qui l'avoit déjà créé car- 
dinal in petto y dans le consistoire tenu le 26 
septembre 1791 , en le désignant par ces mots : 
egregium virum (5) , voulut lui donner utie 



(1) Discours de réception à t Institué.' 

(2) Voyez y à la fin de la Vie i la note n" 1 3. 

(3) « Locum coUegii vestri, 4^1 àdmissâ nutper ,re^ 
« nantiatlone Garolî Stephani de Lomenîe vacat , in- 
« haerendo... ab^qne alla cuhctâtidnê implere volu- 
« inns, ideôque... cteafe înteiidimus in presbyteruin 
«( cardinalem egregium virum quem justis de causis in 

5 



66 ¥|E iDU GAEDINAL 

marque éclab^ntevde la plus haute confiance, 
ïlje jqomma, Je 17 avril 1792 , archevêque de 
Nipéç in paftH}us ^ et nonce extraordinaire à la 
diè|i^ qui :^qU $'a8sembler à Francfort , pour 
l'élçction de l'empereur François IL 
.. . Çettç gr^ce, dont le^ fastes de la cour de 
Rpme ne fourqiAeot aucun exemple , fut 
eifcor^ reh^i^s^^ p9,r des traits d'une bonté sin^ 
gu^èi*^/ 4^ la pf^rt du souverain pontife. D'a- 
\3ffjpa y^ sainteté daigna lui dire^ en lui annon- 



I • < - - 

• ' - 



•■•.■-. 

« pectore reservamus, arbitrio nostro quandocumque 
M evulganduro . » Allocutio PU VI, 

« Je vous dirai, lui écrivit M. le cardinal Zélada, le 28 
« ' Se{>tembre 1 79 1 9 je vous dirai , touchant l'archevêque 
« deSens^ que le pape, dans le consistoire de lundi 26, 
M :aecepta sa démisBÎoii du îchapeau. Vous trouverez ci- 
tt jçint le di$cour$ du pape d^ns cette occasion. Cela 
u me dispense d entrer en de plus longs détails. » 

' Outre les droits que Maury pouvoit s'être acquis par 
ses travaux à l'ass^niiblée^ , il. en avoit un. tout particulier 
à la bienvjeillance de Pie VJ ; e'est que le dernier nouce , 
monseigneur Dugnani^ en quittant .}a Fiance, l'avoit 
prié , au nom de s^ sa^i^teté; de se charger de la corrcâr 
popdance ^vec la çoui: 4^ Romçt, eja.lui dél^gu^nt par 
lâi , en quelque sorte ^ la charge de. ,1e si^pp}ë^r daps $es 
propres fonctions.. ..^., ... . 



JBAN SIFREIH MÀUflY. 6^ 

çant qu'elle le faisoit archevêque : P^i chiediantô 
scuse di levarvi il nome ; tna vélo rehtUtUremo 
presto, a Nous tous demandons excuse de tous 
H ôter votre nom ; mais nous vous le rendrons 
a bientôt. » Et non content de lui avoir an*»- 
ttoncé par ces paroles, sa prochaine promotion 
au cardinalat, Pie VI fit acheter une bagué et 
utie croix enrichies de diamants , qui avoient 
appartenu à M. le cardinal Garampi^ mort 
évéqué de Montéfiascone, et lui dit en lui met- 
tant cet anneau au doigt : P^i diamo Vandlo s 
e vi destiniamo la sposa. a Voici Tannean , et 
« nous VOU8 deslinons l'épouse, n 

Le nouvel archevêque fut sacré à l'autel de 
la chaire de Saint -Pierre, par M. le cardinal 
Zélada , le i" mai 1792. Ce fut un jour de fête 
pour tous les François^ Mesdames Victoire et 
Adélaïde de France honoréfent^a eérénionie 
de lepr auguste présence. 

Où iie ssturoit ajouter rien de pttls houôi^Mcf, 
Êii de plus magnifique aiix terildés qdé <*etifër- 
ment les divers brefs , par lesquels fut àniioncée 
sa mission. Voici ce que contient littéralement 
celui au collège électoral, a La gravité des temps 
u et des circonstanGes dennoit un grand poids 
ce à nos sollicitudes. Mais notre choix n'a pu 



68 VIE DU CARDINAL 

(( être douteux à la vue des mérites éclatants de 
« notre V. frère J. S. Maury , archevêque de 
i< Nicée, que sa vertu, sa doctrine ^ sa foi et 
(c une singulière force d'âme ont rendu si juste- 
ce ment célèbre dans les premières assemblées 
a de la nation françoise, où ni les menaces ni 
i< les périls n'ont pu l'intimider, ni ralentir 
(f son infatigable ardeur à défendre les droits 
K de la religion et du trône (i). » 

Âussi^ jamais nonce ne reçut à Francfort des 
honneurs comparables à ceux qu'on y rendit 
à l'archevêque de Nicée. Malgré sa irès-sincère 
répugnance à parler de lui , il crut qu'il n'a- 
voit pas le droit d'être modeste pour son sou- 

j t 

(i) « Ipsa haec rerum ac temporum, in quibus ver- 
« samur, ratio curas augebat nostras. Yerùm hanc ex 
« animo facile sustulerunt nobis dubitatibneni venera- 
« bilis fratris Joaniiis Sifredi Maury , archiflpiiicopi 
(^ Nicœni, perspecta, ac ubique pervulgata mérita , sua 
« . virtute , doctrinâ , fide , aç singulari fortitudine aniini 
« comparata, cùm in primis illis Gallicae nationis con- 
« ventibus esset, nullisque minis intentatisque vitae 
M^ericulis à sanctissimœ religionis, potestatisque regiae 
M juribus propugnandis unquàm deterreri, dimoveri- 
* ^ue posset. » Bref de Pié VI y donné à Rome le 
17 mai 1792. • • . I. r • 



JEAN SIFREIN MAURY* 6g 

Yerain^ en usant d'une rélicence répréhensi- 
ble ; et sa correspondance officielle a ainsi con- 
servé le détail de ce traitement si extraordi- 
naire. 

(c Monsieur le nonce, lui dit Fempereur à 
a sa première audience, en vous envoyant ici, 
« le pape a continué de prouver l'intérêt qu'il 
« prend à la cause de tous les souverains. Je 
w lui écrirai et je l'en remercierai. » 

Quand il fut ensuite présenté au roi de Prusse, 
u je trouvai, dit-il, quatre cents personnes de 
« la plus haute distinction dans lagalerie de l'ë- 
w lecteur de Mayence , chez qui ce prince étoit 
« logé, et je- recueillis sur mon passage, non 
« pas des compliments, mais des transports 
(( unanimes de bienveillance et de joie. » Ce 
glorieux accueil étoit, en quelque sorte, la ré- 
pétition de la scène qui avoit marqué, l'année 
précédente, son arrivée chez nos princes, à sa 
sortie de France. Six cents gentilshommes de- 
mandèrent alors et obtinrent ^agrément de 
leurs altesses royales pour former une haie, et 
battre des mains à son approche. Dès que le 
roi de Prusse entendit son nom, il vint à lui 
en prenant ses mains avec les tiennes, et il 
daigna lui dire : h Monsieur le nonce, vous 



•yO VIE DU CAUDINAL 

« è^es un homme ^ un brave homme que je 
a Yois $^vec grand plaisir. Personne n'a aussi 
il bien, défendu son terrain que vous. Le pape 
K fait son devoir , et il nous apprend le nôtre à 
u tw», C'^t notre dette qu'il acquitte. Mandez 
« 2^\i saint-père y de ma part^ que je lui sais un 
(c gifé infini de récompenser dans votre per- 
ce ^nne 4q si grands talents et de si grands 
« services. ». 

Four çpmhle d'honneur, au cercle le plus 
G^^mSkbrçUK de la cour, l'empereur le choisit 
ppui^ un de$ convives de sa table particulière , 
qui n'^toU composée que de huit couverts. Il y 
pilait pl^e entre le roi de Prusse et le duc de 
Bipc^^i^s^rick , avec l'impératrice , le prince royal 
4e, Prufise, le landgrave de Hesse d'Armstadt 
et ^élect^^r de Mayence. 

Aitpxifiçuir» depuis le roi Louis XVIII y et ses 
d^eux capitaines des gardes lui écrivirent pen-^ 
dsMftt qu'il étoit à Francfort, pour l'inviter à 
Satire la bénédiction de leurs drapeaux. Il allé-* 
gua, dm prétextes honnêtes pour s'en excuser. 
Le véritable motif de son refus, c'est qu'il étoit 
persuadé qu'un nonce du pape ne devoit pas 
pjreodre un parti si prononcé , de peur d'aigrir 
encore leS) esprits contre la cour de Rome, par 



/ 



JEAll SIFRBIEf MAtlÀY. 7I 

Fapparence d'une guerre de religion. Je dois 
ajouter en même temps que Pie YI , dans sa 
haute sagesse , approuva la conduite de l'arche- 
vêque de Nicée, et qu'il lui fit même desremer* 
ciments d'avoir su si bien deviner ses intentions. 

A la fin de la diète ^ il se rendit à Dresde^ 
pour y remplir une autre mission du pape. 
L'électeur lui prodigua les plus touchants té^ 
moignages de considération^ voulant l'avoii^ 
chaque jour à sa table ^ où il le faisoit placer à 
ses côtés. « On se croit transporté dans un au- 
M Ire 0ionde et dans un siècle meilleur que le 
(f nôtre y dit le nonce en écrivant à sa coiir^ 
« quand on voit de près les éminentes vertus de 
a la maison de Saxe. Il est impossible de rien 
(T imaginer de plus édifiant et de pltiis respec- 
te table « »' 

De retour à Rome^ l'archevê^e de Nicée 
jouit de plus en plus des bonnes grâces du sou-^ 
verain pontife. Pie VI le consultoit fréquem* 
ment sur les plus hautes questions qui pot^^ 
voient intéresser l'Église ou le gouvernement 
de ses États. Dans la conversation , il l'appetoit 
toujours mon cher Maury, et c'est ainsi qu'il 
le nomme dans les billets qu'il lui écrivoit ,■ et 
qu'il ne terminoit jamais sans lui renouveler 



72 VIS DU CARDINAL 

Tassurance de ses sentiments les plus affec- 
tueux (i). Il vouloit être instruit de tout ce 
qui pouvoit intéresser Maury ou sa famille. 
Quand spn frère vint le joindre à Rome, sa 
sainteté voulut le voir aussitôt; et lorsqu'il me 
fit venir à M ontéfiascone , en 1796, nepotes 
suntjilii sacerdotuniy lui écrivit -^elle, pour le 
féliciter d'avoir sauvé un des siens après la ter-* 
reur. Enfin , dans le consistoire tenu le 21. fé-^ 
vrier 1794^ ^H^ le fit tout à la fois cardinal , 
et évéque de Montéfiascone et de Cornèto. 
Mais 9 après avoir ainsi acquitté ses augustes 
promesses j, elle fit encore plus pour lui; elle 
daigna le visiter dans la demeure qu'il devoit 
à sa munificence y dans le palais du cardinal 
Zélada, qui étoit devenu comme le sien pro-^ 
pre; et, lorsque touché et confus de tant de 
bontés, Maury essaya, mais bien vainement, 
de lui exprimer son respect et sa gratitude , le 
pape lui déboutonna son habit, et, lui met-^ 
tant la main sur son cœur, cerchiamo cib ch^è 
nostrOf lui dit -il, « Nous cherchons ce qui 
(c nous appartient (2). » Et certes, il ne se 
I ■ I I I II ■ I ■ Il 

(1) F'oxez, à la fin de la Vie, la note n** 14. 

(2) Vojcz ^ ^ la fin de la Vie, Ifi note n" i5. 



JEAN SIFREIN MAURY. j5 

irompoit pas dans son excessive démence ! Dès 
long-leraps, son protégé lui avoit voué un culte 
filial de dévouement, de vénération et d'a- 
mour, auquel il fut toujours fidèle. Qu'on lise 
le discours de réception qu'il prononça tant 
d'années après à l'Institut. Avec quelle efi*usion 
de cœur, avec quelle religieuse amertume il 
montre « ce vieillard vénérable, l'un des plus 
u grands pontifes de nos siècles modernes, tou- 
rc jours immobile dans ses principes sous le 
« poids de l'adversité , offrant au monde le 
a spectacle touchant et sublime d'une vertu 
(( dont rien ne pouvoit ni ébranler la constance, 
(( ni altérer la tlouceur ! ». 

Le cardinal Maury reçut les félicitations de 
l'Europe entière, au moment où il fut décoré 
de la pourpre romaine. Tous les souverains en 
témoignèrent au pape et au nouveau cardinal 
la plus grande satisfaction. Le roi de Prusse 
en félicita et remercia directement sa sain- 

t 

teté (i). Parmi tant de lettres intéressantes qui 



(j) Cette dépêche est d'autant plus remarquable, 
qu'il n'existoit encore à cette époque aucune correspon- 
dance entre le saint- si(|ge et la cour de Berlin. Rome 
avoit toujours protesté au contraire contre les souve- 



y4 ^lE DU CARDINAL 

acquirent une prompte publicité, on distingua 
principalement celles dea princes de la maison 
de Bourbon, ainsi que les réponses du chef 
suprême de TÉglise. Monsieur lui atteste « sa 
w vive et profonde reconnoissance d'avoir ré- 
(c compensé le mérite du sujet qui s'étoît dé- 
<( voué avec un courage si éclatant à la défense 
H de la foi de Jésu&-Chri9t et du 4rône de saint 
If Louis. * Monseigneur le comte d^Artois s^ex- 
prime en ces termes : cr Le vicaire de Jésus- 
ce Christ sur la terre est le digne ministre de 
w ses volontés , lorsqu'il récompense le vmî cou- 
N rage et le vrai talent. » EnGn le prince de 
Condé dit dans sa lettre : « Il n'est point de 
(f ministres des autels,, de princes sur la terre , 
u de nobles dignes de l'être , de gens honnêtes 
f« de tous tes états, qui ne doivent regarder ce 
i< bienfait de votre sainteté comme leur étant 
w personnel (i). » 

Mais, au milieu d'un si beau triomphe, le 
cardinal Maury ne songeoit à profiter des fa- 

rains^ dfe la Prusse , depuis qu'ils avoient pris le titre de 
roi. La promotion du cardinal Maury ferme donc un 
événement dans tes fastes de la diplomatie, 
(i) Voyez y à la fin de la Vie, la note n* r6. 



JEAM SIFHËJN MAURY. yS 

veurs de Pie VI , que pour aller Tivre dans la 
solitude. C'éloit toute son ambition quand il 
quitta la France (i). Il y persista plus que 
jan^ais dans ces temps de deuil et de larmes ^ 
ou, comme il l'a dit lui -même, « chaque jour 
(c lui apportoit les nouvelles les plus déchiran* 
a tes de son pays. » Deux de ses frères périrent 
sur Féchafaud, et toute sa famille étoit proscrite 
à la fois , par la plus implacable de toutes les 
vengeances. 

Je ne dirai que peu de choses sur son séjour 
à Montéfiaseone. Il y passa plusieurs années 
de suite sans jamais retourner à Rome, quoi- 
qu'il en fût à une fort petite distance. Tout 
entier aux devoirs de son état, il ne voulut, 
en négliger aucun; et, mettant tout amour- 
propre de côté, il n^officioit jamais sans prê- 
cher en italien (2). Mais telle fut toujours. 



■ * i^ ^ ■ I 



(i) Voyez, à la fin de la Vie, la note n° 17. 

(2) Dans la première visite pastorale de son diocèse , 
qu'il fit en 1 796 , à l'entrée de la petite ville de Valen- 
tano, le gouTerneur lui adressa un compliment en 
françois : le cardinal Maury lui répondit en la même 
janguq. Sur le seuil de l'église, l'archiprêtre à la tête 
du clergé le complimenta en italien : il lui répondit en 
italien. Eafin un prêtre monta en chaire , et prononça 



j6 . VIE DU CARDINAL 

même en une langue étrangère , la force et 
Tonction de ses paroles , qu'elles produisoient 
une grande sensation. Je me souviens d'avoir 
entendu les premiers prédicateurs de l'Italie ^ 
Fenaja, Marchetti^ le père Vincent, le père 
Âmédée, qu'il attiroit à Montéfiascone; je me 
souviens , dis-je , de les avoir entendus plu- 
sieurs fois admirer sa facile et persuasive élo* 
quence. Il visitoit souvent les églises et les 
hospices. Il présidoit toujours aux principaux 
exercices du séminaire, prodiguant les récom- 
penses pour encourager les vertus et les talents. 
Dans les années de disette ou de cherté, il 
donnoit à tout son clergé l'exemple des plus 
abondantes largesses (i) ; de même qi|e lorsque, 
dans la détresse de ses finances. Pie YI eut re- 
cours aux dons volontaires de ses sujets, il 
voulut des premiers y contribuer de tous ses 
moyens , en publiant une magnifique lettre pas- 
torale, pour encourager ainsi doublement ses 



un discours en latin : réponse en latin. Ce coup de force 
inattendu suffit dès-lors pour donner à ses diocésains 
la mesure de sou talent et de sa facilité pour parler 
d'abondance. 

(i) Voyez, à la fin de la Vie , la note n* 18. 



JEAN SIFREIN MAURY. 77 

diocésains à répondre à l'appel du chef suprême 
de rÉtat. 

n s'étoit entouré d'une nombreuse colonie 
d'ecclésiastiques François^ parmi lesquels se 
trouvoient plusieurs de ses compatriotes de Val- 
réas, le curé de son abbaye de Lions et son co- 
député de Péronne, M. l'abbé Gosier, un fils 
du malheureux Foulon , M. l'abbé Demcin- 
dolxy depuis évéque d'Amiens^ l'ancien curé 
de Saint*Côme qu'il avoit connu en 1765^ des 
docteurs de Sorbonne , dont il en plaça deux , 
MM. Diéche et Gandolphe^ en qualité de profes- 
seurs dans son séminaire, outre qu'il en nomma 
supérieurs M. l'abbé Piquet, qui avoit été son 
maître à Avignon^ et M. l'abbé Reboul qui 
y est encore vicaire général. Tous les jours il 
8:6 promenoit avec eux en famille, et les avoit 
tour a tour à sa table. Du reste, il n'aban- 
donna jamais l'étude. Elle formoit le principal 

charme de sa solitude. Il y consacroit plusieurs; 

* 

heures de la nuit^ et tous les loisirs que lui 
laissoient le matin sa correspondance et les ^fr 
faires du diocèse. Il avoit pour secrétaire le 
bon et. loyal M. Mayet^ son ancien collègue à 
l'assemblée nationale ^ actuellement chanoine 
de la métropole de Lyon , qu'il a toujours chéri, 



8o VIE DU CARDINAL 

remmèneroit dans sa chaise de poste , en qua- 
lité de domestique. Les passe-ports furent léga- 
lisés par le ministre françois, sans la moindre 
défiance^ et les deux voyageurs partirent pour 
gagner Venise. En traversant la Cisalpine , ils 
eurent le bonheur de n*êtrè pas reconnus, et 
ils arrivèrent heureusement à leur destination. 
Cependant, M. le comte Mocénigo, minis- 
tre de Russie à Florence, avôit instruit sa cour 
de là fuite du cardinal Maury. Paul 1" s'em- 
pressa de lui offrir un asile dans ses États. « Si 
i( je ne consultois que mon cœur et mes inté- 
c< rets, répondit ^it, je partiroisi assurément 
ce pour la Russie; mais j'appartiens à un corps 
(c dont il ne seroit ni noble ni sage de me se- 
« parer dans^des circods|,ances. Utie juste déli- 
ce catessie ne më permet guère d4 quitter l'Italie 

a avant d'avoir acquitté la dette que petit m'im- 

i. * ■ 
l'autre (i). d 

. De son coté, le cardinal Mauiry ayant in- 



» 1 ■ f 



singùlièrei On eut toutes les peioes du. monde à lui 
faire accepter' une légère marque de reconnoissance. 
Il vivoit encore il y a peu de temps, et je me plais à lui 
rendre la jui>tiee qu'il mérite stous tous les rapports, 
(i) Lettre à M. le copite iVIocénigo^ le 2 juillet l'jgSi 



JBàN SIFREIN MÂUliY. &l 

formé Louis XVIII de sa résolution^. ce prince 
daigna lui mander : « L'offre généreuse que 
(( l'empereur vous a faite me cause une grande 
« satisfaction; mais je crois qu'il n'en faut pas 
u profiter en ce moment. Ce n'est pas à jouir 
u tranquillement de votre gloire que voua êtes 
« appelé^ ce bonheur est réservé pour votre 
« vieillesse. L'âge du saint-p^re ,^s infirmitéa, 
u les cruelles épreuves aux quelles il est soumis^ 
u tout annonce que sa carrière ne sera pas jour 
(( gue; et c'est au choix de son successeur que 
K vous devez veiller. » ». ) 

Veut- on savoir maintenant jusqu'où alloit 
l'adorable bonté de Louis XVIII pour le ;carr 
dinal Maury ? Voici les augustes paroles qui 
en sont le véridique et touchant témoignage. 
Il est permis dans le malheur d'avoir un souve- 
nir modeste d'un père , et d'environner son omr 
bre des pâles rayons de sa gloire , quand surliout 
l'inimitié ne cesse de venir la troubler jusque 
dans son tombeau. , . . 

« Je voudrois, ajoute sa majesté, quele fu- 
(( tur chef de l'Eglise fût un homme d'un âge 
« mûr, sans être dans la vieillesse; dont les plus 
i< rudes épreuves eussent fait éclater le courage 
« et les bons principes; qui eût déjà réuni tous 



8^ VIE DU CARDINAL' 

« les sttfFrages dans l'administration d'un dio- 
u cése; dont l'éloquence fût connue de toute 
Yc l'Europe , et dont la santé fut en état de ré- 
t< sister aux fatigues qui plus que jamais seront 
M inséparables de la tiare. Il ne manque à ce 
H tableau que votre nom. C'est donc vous que 
« je désirerois voir élever sur le trône pontifi- 
(i cal^ et ce seroit le plus grand bonheur qui pût 
ic arriver à la France et à l'Église (i). » Et plus 
tard, le 20 octobre 1799, quand Pie VI eut 
succombé à Valence^ au moment même où les 
cardinaux alloient se réunir pour élire son suc- 
cesseur ^ Louis XVIIl écrivoit encore au cardi- 
nal M aury : « Vos lettres font du bien à mon 
H âme. J'y ai reconnu à la fois et l'intrépide 
a défenseur de l'autel et du trône , et le digne 
M panégyriste du plus modeste des saints. Ces 
it lettres ne font que redoubler mes regrets 
w de né pouvoir conserver l'espérance que 
u j'osois à peine concevoir l'année passée... En 
w apprenant la mort de Pie VI , ma nièce s'est 
fc écriée : JYe pourrait ^ ce pas être le cardinal 
cf Maurj qui le remplaçât ! Ainsi vous voyez 

(i) Lettre autographe de Louis XYIII, datée de 
Mittau , le 1 2 août 1 798. 



JEAN SIFREIIf MÀURY. 85 

K que vous aviez les suffrages de Texpérience 
a et de la vertu. » 

Aussi bien , un tel excès de bonté avoit fait 
si peu d'illusion sur le oœur du cardinal Maury ^ 
que sans avoir , disoit-il , même le droit d'être 
modeste en reconnoissant son indignité ^ il s'é- 
toit hâté de mander au roi que les Italiens ne 
se donneroient jamais volontairement un Fran- 
çois pour maître. Il ne s'occupa donc que des 
seuls intérêts de sa majesté. Bientôt le sacré 
collège y suivant l'impulsion de son respectable 
doyen y M. le cardinal Jean-François Albanie 
qui avoit porté de tout temps au cardinal 
Maury la plus vive tendresse^ fit la démarche 
décisive à laquelle le roi attachoit une si haute 
importance; et à peine le nouveau pape fut 
élu y qu'il confirma cet acte solennel de recon- 
noissance auquel il avoit lui-même participé , 
en écrivant à Louis XYIII , de même qu'aux 
Autres souverains catholiques , pour lui annon- 
cer son avènement au pontificat. 

Le cardinal Maury dut être pleinement sa- 
tisfait; et^ ne soupirant plus qu'après sa solitude 
•de Montéfiascone ^ dont la retraite des François 
venoit de lui rouvrir les portes , il se disposoit 
à quitter Venise, quand monseigneur le duc 



84 ^I£ ^^ CARDINAL . 

de Berry et monseigneur le prince de Condé , 
avec monseigneur le duc d'Enghien , y arrivè- 
rent. Il eut rhonneur de les présenter au saint- 
père , par qui ils furent reçus avec les mêmes 
distinctions que si le roi de France eût été sur 
^on trpne. Aussitôt après leur départ , il prit 
congé. de sa sainteté^ et se mit en route pour 
son diocèse. 

Bientôt, après le pape quitta également Ve- 
nise pour retourner à Rome. Le cardinal Mau- 
ry s'y rendit de son côté, pour y assister à son 
entrée : solennelle. Dans l'intervalle , il avoit 
reçu, par un courrier de monseigneur le prince 
de Condé , des dépêches de Mittau. Louis XVIII 
lui témoignoit , par les expressions les plus 
flatteuses, toute sa sensibilité et son approba- 
tion de sa, conduite avant et durant le con- 
clave; puis, il daignoit lui dire : « Le roi mon 
(( frère est mort sans avoir pu reconnoitre le 
(c courage héroïque avec lequel vous avez dé- 
« fendu ses droits. Je n'ai pas plus de puissance 
« qu'il n'en avoit; mais du moins je suis maître 
(c de ma confiance, et je vous la donne (i). » 
Le paquet contenoit en outre la réponse du roi 



(i) Lettre autographe, écrite le 21 avril 1800. 




JBAN SIFREIN MAURY. 85 

« 

au souverain pontife, et des lettres de créance 
pour accréditer le cardinal Maury en qualité de 
son ministre auprès du saint-siége. 

Mais déjà les affaires politiques avotent 
changé de face, et les François se trouvoient 
de nouveau . maîtres de l'Italie. La cour de 
Rome fut à cette même époque agréablement 
prévenue par des propositions concilialoires 
que lui transmit, au nom du premier consul, 
M. le cardinal Martiniana, évêque de Verceil. 
Dés-lors, le pape craignit de Vétre déjà trop 
avancé en écrivant au roi , et la mission du 
cardinal Maury ne fut point admise. Inutile-^ 
ment sa majesté le nomma -t-elle ensuite, 
le 3 juillet 1800, protecteur dès églises de 
France (i), pour masquer, en quelque sorte, 
sa première et principale mission , sous un 
titre plus modeste et plus pacifique ; Rome se 
montra encore plus inflexible; bientôt même 
elle fut amenée par l'empire des circonstances 
qui s'aggravoient chaque jour, à contracter 

(1) Chaque JBtat cathohque avoit à Rome un cai'dLaal 
charge', sous le titre de protecteur de ses églises, de 
faire toutes les demandes nécessaires pour l'expédition 
des bulles et des brefs qu'on pouyoit avoir à ysolUciter. 



86 VIE DU CARDINAL 

avec Bonaparte un traité tout à la fois poUti-* 
que et religieux y et un ambassadeur François 
vint exercer^ dans la capitale de la chrétienté , 
une telle prédomination , que le cardinal Maury^ 
cédant aux prières de Pie YII ^ dut s'abstenir 
d'y paroitre ; trop heureux qu'on daignât en- 
core le laisser comme en exil à Montéfiaa- 
cone (i)! Cependant, de loin comme de prés^ 
il est vrai de dire qu'il fit tout ce qui pouvoit 
être en son pouvoir , pour répondre à la haute 
confiance dont il avoit été honoré, jusqu'au 
moment décisif où le pape s'étant lié d'une ma- 
nière plua irrévocable encore , et toute repré- 
sentation étant désormais superflue , il se vit 
réduit à garder un profond silence. 

Ici, pour la seconde fois, devoit se terminer 
la vie politique du cardinal Maury. Tout son 
désir, toute son ambition se bomoit à vivre loin 

(i) Dans ces temps de persécution, M. le chevalier 
de Yernègue, conseiller de la cour de Russie, mais 
soupçonné d'être un agent de Louis XYIII , fut arrêté 
à Rome, mis au château Saint-Ange , et hvré aux Fran- 
çois qui le renfermèrent dans la citadelle de Turin ^ où 
il souffrit une longue captivité. M. le comte d'Avarai 
auroit eu le même sort ; mais , instruit de Tarrestation 
de M. de Yemègue, il s'arrêta heureusement à Padoue. 



JRAN SIFRBIN MAUBY. hf 

de la scène du monde , entièrement ignoré dans 
sa solitude. Mais telle ne put être sa deatinëe. 
Les cardinaux alloient être contrainte de se 
prononcer, et se trouver tous individuellement 
en rapport avec le premier consul (i). 11 se 
hâta en conséquence de faire part au roi de 
ce cruel incident* Sa majesté lui répondit en 
propres termes par une lettre en chiffres, datée 
du 22 octobre i8o3 : « Le roi voit avec une 
a peine bien vive la position personnelle du 
M cardinal Maury. 11 faudroit être sur les lieux 
u pour bien juger des sacrifices que cette po^ 
ti sition et l'unanimité des démarche» du sacré 
u collège peuvent imposer au eardins^ Maury. 
« Ce qu'il y a de sûr, c^est que le roi n^en sera 
li pas plus scandalisé qu'il ne le fui jadis de 
a lui voir porter un ruJnm tricohrijji). » 

Cette dépêche fut très-long-temps à parvenir 
au cardinal Maury. Qufind/ 1\ la rççtijL pw la 
voie détourûée de Trient? et;d'Apçone, «ee^ col- 
lègues avoioat effectivemept d^ éqnre 4'Nu- 
poléon. Qjp^ f|it grandement ét^wé^ '4 Pads 
comme, à Rome , qu'il a'aût poiAtJBMjti^. leMr 

■ III *\ f . Ilf I ■ ■■! ■ ■■I» I «ll^lIt^W '«II 'J »^ >^ ^) 

(i) Voyez, à la fin de la Vie , la note n* 20» 
(2) Voyez, à la fin de la Vie , la note n? :?|.. \ . 



88 • VIE bu CARDINAL ' 

exemple y et M. le cardinal Gonsalvl lui en fit 
à Civita-^Yecchià lés plas vifs reproches^ au nom 
même de sa ^inteté. 

I Bientôt, les événements les plus ext)raordinai- 
res se succédèrent, et le pape annonça qu^il se 
rèndroit i Paris pour y sacrer l'empereur, en 
même: temps que le sacré collège lui transmit 
ses félicitations. Gett« fois, le cardinal Maury 
ne ' cm I pas pouvoir se dispenser d^écrire au 
nouveau souverain de la France (i). Luinnéme, 
alors, rendit compte à un ami, dans une lettre 
copfidentielle, des motifs qui déterminèrent son 
assentiJnent. Je vais la mettre sous les yeux des 
•lecteurs , afin qu'ils cônnoissent sa pensée tout 
entière.^ 

• > « Depuis Torigine de nos dissensions, dit-il , 
« toutes mes opitiious politiques ont eu la plus 
i<ir» ^ande' ptiblichê et là connëxioti. la plus in- 
»if ^àtjiable. Mais la sphère de mon activité s*est 
-A^'ttûîquèrafélftt cbriceïitrëe à la tribune nàtio- 
-#4ia}e. Mon nôm'tae fut et ne se trouva jamais 
'tt'tnêlé à' aucune espèce d'intrigile. Enfin le 
'^^ gouVé*iiei!iiiétit actuel, que j'ai la consolation 
<t de voir revenir tous les jours à mes anciens 

. (r«J "U ijiUJ /j. . J. f — ■ '* ■ ■ — r • • 

(0 Vofeii à la fin dti la Tie , la note n° aa. 



JEAN SIFREIN M AURY. Sq 

ft priticipes de coDstituiîon , de législation et 
fc d'administration , me fournit la plus authen- 
« tique apologie de ma modération et de ma 
i< doctrine. 

c( Je n'ai jamais voulu me rapprocher , il est 
« vrai y du gouvernement républicain que j ai 
a toujours cru inadmissible ^ précaire et illu- 
(( »Dire dans un pays aussi étendu que la France. 
(( Mais, après quinze années de discordes, mes 
H immuables principes, redeveuùs tout à coup 

V dominants, mont rallié, de corps et d'âme, 

V au. rétablissement de notre monarchie. 

« Là devoit finir, et là aussi a fini pour moi, 
«comme pour l'histoire, la troisième révolu- 
n tion françoise. On a donné toute la publicité 
«possible à la lettre de félicitation que j'ai 
« adressée à l'empereur, après son avènement 
« au trône. C'est pour moi une distinction par- 
ce ticulière dont je suis bien loin de me plaindre, 
^ parce que nia: conscience, qui aime le grand 
(c jour, ne demande et ne veut avoir aucun se- 
(c cret. J*avoia pour garants de ma déclaration 
(c et de . ma loyauté , dans cette mémorable 
(i circonstance , mes principes bien connus de 
« royalisme que je n'ai jamais, cachés à per- 
tf sonne ; Texeiittple instructif de nos deux ré- 



^ 



go VIE DU GAHDINAL 

ir volutions antérieures qui exclurent du trône 
« les descendants des fondateurs de la monar* 
a chie et la postérité de Charlemagne , et dont 
« le terme se trouve marqué dans notre his- 
tf toire , avant l'extinction des deux premières 
i( races de nos rois ; l'engagement public de 
M mon honneur^ qui est pour moi d'un plus 
« haut prix que ma vie ; mon inséparable union 
(c avec le pape et avec l'unanimité du sacré 
u collège, qui, en me traçant ma route, m'a- 
u voient imposé le devoir le plus sacré de les y 
c< suivre; le salut public qui est, en dernier 
u ressort, la suprême loi de l'opinion et des 
u théories; l'assentiment universel des habi- 
« tants du territoire françois dans toute l'é- 
« tendue du globe ; enfin , la reconnoissance 
« préalable et décisive de toutes les puissances 
i( catholiques, et de presque toutes les autres 
i< cours f qui ne semblent revenir ou plutôt s'ar- 
« rèter sur leurs pas, que pour leurs seuls in- 
(c téréts. 

« Tels sont les motifs qui m'ont déterminé, 
(c Quand on approfondit cette question de droit 
c< public , on se voit bientôt forcé de reconnoi- 
w tre qu'il n'y auroit plus aucun gouverne- 
u ment légitime dans le monde , si , en genre 



JEAR SIFREIN MADRT. 9I 

ir de souveraineté, le fait , quand il est cons- 
ce tant et solidement appuyé au dedans comme 
<c au dehors, m devenoit ou n^établissoit pas 
cr le droit ; car l<s origines sont ici connues de 
u tous les côtés p pour le passé comme pour le 
« présent, et il l'existé aucune mooarchie qui 
fc n'ait essuyé dts révolutions politiques , ou 
tf des changemeits de dynastie assez fréquents. 
ce Or, je ne put adopter un système politique 
ce qni boulevereroit l'univers , en dénonçant 
a tous Les souvesdns actuels comme des usur- 
fc pateurs auxquels il ne seroit plus permis d'o- 
« béir. 

« C'est ainsi , tonclut le cardinal Maury dans 
ce cette lettre si brte de choses et de logique , 
ce c'est ainsi que toujours de bonne foi avec 
ce moi-même conme avec tout le monde, j'ai 
fc médité mes de\)irs dans l'ordre social, n Et 
moi, depuis surtoit qu'un eocemple fameux est 
encore venu consicrer et confirmer l'évidence 
tutélaire de ces pincipes nécessaires au salut 
des peuples , je diai après lui , en répétant les 
anciennes paroles pi'il fit entendre à la tri- 
bune de notre prenière assemblée : qu'on dé- 
n<Mice tant qu'on v>udra le cardinal Maury à 
Fanimadversion pudique, les faits parlent ici 



Q2 VIE DU CARDINAL 

plus haut que toutes les calomnies^ et tôt ou 
tard on lui rendra justice. 

Mais peut-être osera-t-on dire qu'en rem- 
plissant un devoir^ il est vrai, il consulta aussi 
son intérêt. Et depuis quand l'est-il donc plus 
permis à l'honnête homme de suivre la droite 
ligne ^ lorsqu'il peut avoir un intérêt à ne point 
en dévier? S'il avoit la foibless de céder à une 
crainte aussi pusillanime^ il nériteroit au con- 
traire les plus graves reprocher Maury songeoit 
si peu à ses avantages personnes^ qu'il s'entoura 
plus que jamais des siens ^ S€ regardant pour 
toujours fixé en Italie. Il plaçî toute sa fortune 
sur la tête de son frère, qui .voit été son ami 
de cœur, son confident le )lus intime , son 
compagnon d'exil , et qu'il at)it rendu de tout 
temps le maître absolu de e qu'il possédoit. 
D'ailleurs , malgré son tem]érament robuste, 
il sentoit qu'il alloit entrer {ans la vieillesse, 
et alors même , pour la prenière fois de sa vie, 
il fut assailli par de longue; infirmités qui lui 
agitèrent les nerfs, au pont qu'il étoit hors 
d'état de tenir la plume. Faut-il ensuite des 
preuves plus palpables é son désintéresse- 
ment ? Il auroit rougi de devoir descendre à 
une pareille justification ; mais je ne dois né- 



JEAN SIFREIN MAURY. qS 

gliger aucua moyen de faire connoitre jusqu'où 
alloit^ sur ce points son ombrageuse délicatesse. 

Déjà, quand il fut envoyé à Francfort, il 
n'avoit voulu se prêter à avoir aucun manie- 
ment des fonds destinés aux dépenses de la non- 
ciature; et Pie VI ^ sur sa demande expresse, 
en confia le soin à un nommé Bartolommeo, 
dont il avoit lui-même éprouvé le zélé et la fi- 
délité dans son voyage à Vienne. 

Déjà> quand il fut fait cardinal, il avoit 
supplié Pie VI de vouloir bien lui permettre de 
faire seul les frais de sa promotion, que ce gé- 
néreux pontife désiroit de mettre entièrement à 
la charge du trésor apostolique. 

Déjà, il avoit, à la même époque, refusé 
5o,ooo francs que M. le cardinal Joseph Al- 
bani , neveu du doyen du sacré collège, lui avoit 
offerts en pur don ; et s'il consentit à accepter une 
somme de 40,000 francs du vénérable marquis 
de Mirepoix, ce fut pour en gratifier aussitôt 
madame de Polastron, sa fille, qui est encore 
vivante, et qui ne démentira pas ce trait si ho- 
norable à la mémoire de son père. 

Toute la conduite du cardinal Maury a été 
en harmonie avec ces sentiments élevés. Moi- 
même, dans les jours de malheurs^ j'ai souvent 



q4 ^^^ I>U CARDIMÀL 

été le distributeur de ses largesses^ qu'/7 regar^ 
doit y disoit-il , comme des restitutions à la Pro^ 
vidence. Voici la copie d'un billet resté entre 
mes mains par hasard. Il est en ce genre un 
monument précieux, ce Je soussigné reconnois 
(( avoir reçu de son éminence M. le cardinal 
(c Maury 600 livres^ comme subside de religion 
« et de charité dans mon état de dix ans d'exil 
(( et de dépouillement : voulant que ce billet soit 
« au moins un témoignage authentique de ma 
<c reconnoissance pour mon illustre bienfaiteur. 
« Signé J.S.-M. Scipion^ évêque de Sénez. » 
Ce digne prélat ne s'offensera point de cette 
publicité à laquelle le cardinal Maury est to- 
talement étranger (i). Je puis encore citer 
M. le cardinal de Clermont-Tonnerre qui , se 
rendant à Rome en i8o5, arriva à Montéfias- 
cône y sans avoir un anneau épiscopal à son 
doigt. Le cardinal Maury lui présenta son écrin 
pour qu'il y prit lui-même la bague qui lui 
plairoit le plus, et l'évéque de Châlons choisit 
une superbe topaze orientale. Tel est le noble 

— ^___^ . . — ^^^.^^ ■ — ^— rtr I -if _ - 

(i) Monseigneur Tancien évé(|ue de Sénez n'est pas 
rentré en France , et il a fixé sa résidence à Yiterbe dans 
les Etats du pape« 



JEAN SIFREIN MAUBY. g5 

usage qu'il fit de sa fortune si légitimement 
acquise; et certes on ne se livre pas à de vils 
calculs d'intérêt, quand on a l'âme si grande 
et si généreuse ! Ainsi , continuons sans crainte 
l'examen de la dernière partie de sa vie sur la- 
quelle sont tournés nos, regards. 

M Je ne doute pas de la sincérité de vos félici- 
K tationsylui répondit l'empereur, et vous pou-^ 
« vez être assuré de l'intérêt que je prendrai 
(( dans tous les temps à votre satisfaction , et 
<r de l'estime particulière que j'ai pour vous(i). » 
€ette lettre étoit plus que suiBsante pour lever 
l'interdit jeté sur sa personne ; mais il ne pa- 
rut point à Rome ; il ne se mit pas sur les rangs 

(i) Lettre écrite A Mayence le i** vendémiaire an XIII. 
M. de Pradt dit en parlant de celle à laquelle elle étoit 
en réponse : « Napoléon la reçut à Aix-la-Chapelle ; il 
« me dit le même jour : J'ai reçu une lettre du cardinal 
« Maury, il me dit les plus belles choses du monde, 
«c mais je sais à quoi m'en tenir. » J'ai l'original même 
de la réponse , et le passage que je cite s'y rapporte mot 
à mot. Ce n'est pas à moi ensuite à expliquer la diffé- 
rence des deux versions. J'ai du , pour la suite de mon 
récit, faire connoitre le document authentique sur le- 
quel repose la vérité du fait tel que je ne crains pas de 
le présenter. 



96 « YIE DU CARDINAL 

pour accompagner Fie VU ; et il ne fit même 
aucune démarche pour obtenir le traitement 
de cardinal françois^ quoique Napoléon lui 
mandât par une seconde lettre plus expressive 
encore que la première : w Vous ne devez pas 
« douter que je ne saisisse toutes les occasions 
(c de vous convaincre du véritable intérêt que je 
« prends a tout ce qui peut faire V objet de vos 
<i désirs, ainsi quede la parfaite. estime que j'ai 
« pour vous (i). » 

Néanmoins , l'année suivante^ Napoléon étant 
venu à Milan , pour se faire couronner roi d'I- 
talie , et étonné peut-être de ne l'avoir pas en- 
core vu à sa cour^ il le prévint gracieusement y 
et le fit inviter^ dans le mois d'avril^ à venir 
assister à cette cérémonie , qui devoit avoir lieu 
le 25 mai ^ ou à se rendre à Gênes si l'avis ne 
lui parvenoit pas à temps. 

Le cardinal Maury partit donc pour Gênes. 
On vouloit de suite le combler de faveurs, et le 
ramener en France; mais la crainte qu'on ne 
l'accusât d'être venu vendre ses principes à la 
fortune, lui fit préférer de retourner dans son 



(1) Lettre écrite à Paris, le 5 ventôse an XIIÏ (24 fé- 
vrier i8o5.) 



JEAK SIFAKIN MÀURY. gy 

humble diocèse. Napoléon , juste apprëdiac^uf 
<les sentimeats généreux, agréa ses extuse^ji 
toutefois, il lui fit promettre un préèhain 
voyage à Paris (i)vll y vint en effet, mais en 
1806 seulement, après avoir séfcmmé uftcPan'- 
née entière à Montéfiascone ; et quoic}ue Mij- 
oœur sentit,, après une si longue absence, le 
besoin de revoir sa patrie, et quelques^ ënbiens 
amis échappés au plus, destructeur dcis âélaiiî , 
une délicatesse mal fondée Fyauroit reteim 
long*lemps./enoQre, si M. Portalis, alors mi- 
nistre des cultes , ne lui eût renouvelé l^rivita- 
tion obligeante de se rendre dans ta ca^itiàlé. 
A cette époque ; de nouvelles difficultés s^é- 
toient déjà'^levées entre la Fraheê et RùmeV^liié 






(ry'Yoici'cétoimént M; âe Biussec'iéhd compte de 
cette entrevue à Gènes '^•dms^ei^J^mûtrf s ÉUr'tùiré^^ 
riew^dupalaiê, qu'il vient^de ptibKerv ti6m.»I', |Mi^é^4^^ ' 
« Je vis sortir du palais un prélat dont le front élevé' , 
« la démarche ferme et la physionomie calme et spiri- 
« tucUe; me .frappèrent. On me dUf que* v*ëtd$t'le cardi- 
« ^nalMàury, qui pendant Le gom^rnemisnt de l^asséin- 
« bUe GCMtitnante ^étqif fiait une i^r^nde» 'réputation,' 
(ciaotabt par .ses taleots^.qne par «on' «beau caractère. 
n J'appris* sdûrs que ieTésultat de sctnaudi^ce étoit son 
« vetourfen/Francejii^ « •' ^* 

7 



gQ yXE. ou CARD'lNAt ■ 

cardybai Maury slabstiot d'aller en personne 
prendfe les ordre^^de PieVll^ de peur q<u'on 
QÔ.eitâl. qu'il ambitiofliDoit uAe Bitôsion spéciale; 
mais^.ftu mûtne»! de son départ^ vivement tou- 
ché, des ^bo&tés^ du sàim^père , il pria Mv lie car^ 
diiial GoQsalyi d'être l'interprète eC le garatit dé 
sa.reQQ»Qolssanoe>^ « Mon zéle^ajouCoit-il àûm 
<f 9a: l^tti^^ d'^ pas heaoÊB d'être exd té. D^aiW 
«l^mfifijit «onnoia i^tre émMience;, je sui^ 
«> e6f tain que» ;e&,<|u'«lleiiè peut pais dbtéhif per- 
ce 8f^n^ ne l'obtieâdrà''^ J'obsenrverai, je M'iti-^ 
(< £(}çw^ra^3i^t^j^)]^r^»d;8 tnon^nieUxpimrser-^ 
((.;iriis.Ropie(ï-)*. n>. : . . '»;> /. ^>:'.;^ - 
j}l a-rriy^ hVwî^ vers la fin^djurotoi^lide mai 
ido6.. Le 20 s^pteipû^Mie ^ il fut fait preisier au^ 
mônier du prince Jérôme^ et au mois d'octo- 
bre, 9n lui donna le tr^it^iï^^n^,dçiÇi?ifd.ipa^ frî^p- 
çoi|^f-|l s'étoittotiJQur$. proposé de retourner a 
cejttainémeépoqui^ en ItaUei(!i)i; On hii dit dV 



li- -, - •' "• 



-.•,.•»> r,. . . : * '\ . \ ■ ' ' ' ■ 

I ■ 

(i). Lettrev^rile à Méntéfia^oiie f le<2f av»il 1806. • 
X?i Telle étoile son i/ofÂnidik bkii:ia«rcl»e* Jfele'sàvois 
ay^ çf^rûtiH^^Ar tj^us mes i^apporite domestii|iiies ; mais 
ei^ -^pieî la preuve •'par* sa correafrafaidaiiee^ ^ G'eiH'la 

« main , à M. Fabbé Mayet, c'est la traisièfiie'foisy Aaon 



JEAN SlFRElIt .MAUBY. QQ 

bord qu'il falloit attendre le printempi, et son 
voyage fut ensuite différé sous divers préteoBteil» 
Le véritaUe molif qui le fit retenir à Parié, ce 
furent les démêlés avee le pape , qui pretidiënt 
chaque jour un caractère si hostile, qiÉéVéo- 
eupation des Etats romains paroiésoit iittâli^ 
nente, et que déjà il étoit quéstiôli d^éftôigfiier 
les cardinaux de la capitale dé 4a èkrél^ëMéJ 
Cependant , les querelles» étdieÉlt jMireinént'tèm- 
porelles, et le fond pi^iticipal de la ûùnttmëtéie 

—- I .■ TTTT 

M cher abbé , que je vous écris 4çpuis le cQittmeiiC4fnf^t 
« de l'automne dernier, sans avoir reçu de vos nouyelUs^ 
« Plus je connois votre amitié et votre exactitude , plus 
« je suis cruellement inquiet de votre silence. Je. pi^rs 
« demain pour me rendre à Paris... Selon mes calculs, 
M je pourrai arriver à Lyon du 12 au 1 5 mai prochain. 
« J'en partirai le lendemain , et metrouvaii^t préside; je 
« me réserverai de {^ir à fond s^tre inèéresstmtéviHe à 
u mon retour^ dans le moi» de s^temktei'J'e dealer à¥^ 
« demment de vous y trouver, et de pouvoir vousiytpW»i 
u ser $ur mon cœur. Je veux garderie {dits sév4ré''^hMr^ 
tt gnitQ. Adieu. Je vouid eiiihrasseet.j|sr tk«88i|ilk- dé jié^ 
« dans l'espérance de vous re,voftv. » fit «me ansiée àptb^ 
soiii arrivée à Paris , il écrivait à Pie VII, l« 9 ïttai^iSto^ t 

J'atiendis m^ec la paix le^relour 4^ l'emp^tffur, pûur 

» • • • 

avoir ma liberté, '* \ . • 



109 ^a£ DO GAROIN4L 

fuit eucore inieux eomprendre quand il loue le 
silence daT^ar^et y if ui depuis.*:. Le premier^ 
U.v^^a des plenrrsurla mort de Malesherbes^ 
qu'il ne craint pas de nommer Pun des mariyrsy 
et d^splus iUastres martyrs de nos fatales dis- 
écries* Qtîe u ensndte il décerna de magnifi- 
qujB$ louanges à Napoléon^ il ne fit qu'exprimer 
<kft sentinaenta çomnniDs alors à tous les Fran- 
ge; .k : Je ne: confond» pas, <lisoit liouis XVIII 
«ilw^noièflQie /je ne cotiTcHids pas M. Bonaparte 
axàveâvceux^qui l'ont précédé; jWime sa va- 
w lèùr^ 3^s jtatents miUtaires; je lui sais gré de 
(T plusieurs actes d'administration ; car le bien 
w qt(ë'l*6rl féira' à mon peuple mô sera toujours 
« cîier ifi). » TVIâis qui eut osé s'écrier avec le car- 
oinal Màùry : Ùest assez de victoirfiSi assez de 

l\f ^Ij.. ..I., '■ '• ^^ 

tri^phes , fissez ^e prodige $ ; la France soupire 
^rèfrMiP^i^ rSiW%' doute > il y avoit quelque 
mfyei^eà bèurter ainsi la passion dominante du 
p/lus 'ardent «les guerriers. Et ce n'étoit pas la 
première fors qu'il adressoit ce langage pacifi- 
q^ë k fefmpereùr;'car , en 1806^ il le lui tint 



O 'î • ■ : . . •- •« 



: . (jf) .^^p^Q^.^e.Xouis XVHI A M. lepcésideot de 
Meyer, faite le 26^^rMr 3t9o3, et pubUée par Mon^ 



\ 



JEAlf SIFBEIN MAO/RY. lo5 

à Géoes , el l'empereur fit alors cette belle ré* 
ponae : (f Quant à moi , je me contente de ne 
(c pas désirer la guerre sans la craindre. C'e«t 
u le momei^t de la force pour la France. C'est 
<( un torrent. Si on n'a pas la sagesse de donner 
« à se^^fiux le temps dé s'écouler^ il renveiv 
« s^ra tout autour de lui. » Napoléon fut heu- 
reux dans $^ preiiiers pronostics; mais le tor* 
l*entliAi-mêine finit par se dessécher et se perdre 
dans «a cojurse trop vagabonde.. 

Qne sQiU auprès de aes grands traits , em- 
preints tmit à la fois d'une sage hardiesse et 
d'un patriotisme éclairé, que sont les misérar 
blés jeux de moti^ par lesquels eerlains esprits 
jaloux et vindicatifs, pas assez francs pour re- 
procher à Maury le seul et véritable grief qu'il 
venoii de commettre , feignirent un apparent 
courroux contre lui , pour n'avoir pas voulu se 
prêter à laifi^er avilir dans sa personne la di- 
gnité de prinoe de l'Église ? Et c'est au cardinal 
Pttbois qu'on osoit le comparer; à]>ubois, ce 
vil ministre, le corrupteur de son auguste élève, 
U boute idu éAevffé fran^oîs ^ et que la seule adu- 
lation avoit pu introduire dans le sanctuaire 
des lettrerl Maury dédaigna de pareils outra- 
ges ; mai^^B^iie ses côliègues s'étaùt ^oublié 



I04 VIE DU CARDINAL 

au point de lui demander un jour en public 
ce qu^ilpensoit donc valoir: -^Très-^peu quand 
je ine considère , reprit-il froidement , mais 
beaucoup quand je me compare. La phrase est 
presque littéralement de Voltaire , qui écrivoit 
à l'abbé d'Olivet : ce Chaque académicien ^ en 
w considérant ses confrères , les trouve très- 
ce petits y pour peu qu'il ait de raison , et se 
(c trouve très-grand , en comparaison, pour peu 
(c qu'il ait d'amour-propre. » Mais si le cardi- 
nal Maury dut sa pensée à Voltaire, on convien- 
dra du moinS' que sa mémoire le servit bien à 
propos (i). ; 

Ce fut à cette même époque qu'il voulut pro- 
fiter des instants de loisir que lui laissoit le sé-^ 
jour de la capitale, pour revoir le Discours sur 
V éloquence de la cfudre, 11 en fît comme un 
ouvrage nouveau qui devint un grand traité 
d'éloquence, quoiqu'il ne le publiât en 1810, 
que sous le titre ^ Essai sur V éloquence de la 
chaire (3). Puis, trouvant que ce même ouvrage 
éfoit susceptible de plus de développements, il 
l'avoit repris en sous-œuvre pour en faire paroi- 

* ' ■ ' ■ ■ I ■ ' ■ « ^ I I ' ■ ' M I ' ' ■■ ■ 

{,^\- Voyez* k la fin de: la: Vie, la note ri*à4- 
(^, . VojrfiZi ^% h ^v^4^ la Vie > la noXfi 11° a5^ 



JEAN SIFREIN MAURY. I05 

tre une troisième édition. II vouloit , en parti- 
culier, consacrer un chapitre entier à notre 
barreau, et il s'étoit en conséquence livré à un 
long travail , pour apprécier le mérite de nos 
plus célèbres avocats et jurisconsultes, savoir : 
d'Âguesseau , Élie de Beaumont , Cochin , Loy- 
seau de Mauléon, Beaumarchais, Bergasse, 
Lalli , Dupaty, et surtout Linguet qu'il auroit , 
ce me semble , traité plus favorablement sous le 
rapport oratoire, si je dois en juger d'apirès ses 
extraits. Je trouve également parmi les nom- 
breux matériaux qu'il avoit préparés, une no- 
tice sur les orateurs chrétiens-allemands dont 
les principaux sont Reinbeck, qui vivoit sous 
Frédéric-Guillaume I"; Mosheim, docteur et 
professeur de théologie à Gottingen ; Jérusalem, 
prédicateur à la cour de Brunswick; Spalding , 
ministre à Berlin; Rosenmûller, à Leipsik; 
Sturm, dont la reine Elisabeth Christine, épouse 
de Frédéric II, a traduit une partie des œuvres 
enfrançois, etc. (i).Mai8 des affaires plus graves 



(i) Quel (|ue soit l'usage que le cardinal Maury dût 
faire de ces- notes sur les prédicateurs allemands , il les 
auroit sans doute jugés avec la plus grande impartialité. 
Un ministre protestant qui réunissoit à beaucoup d'ips- 



.io6 VIE DJU CAôDINAI. 

et bien autrement importantes vinrent l'arm- 
cher à ses études chéries , et absorber toutes ses 

4 

méditations. 

Ici, mes y^ux se mouillent d« larmes, et je 
ne puis continuer ma tache, sans un sentiment 
profond de tristesse et d'amertOme. Je vois ses 
anciens amis s^; séparer de luî^ le$ nouveaux 
Tabandonnent. L'un l'accuse d^ apostasie reli- 
gieuse et civile; cet autre le dénonce comme 
un artisan de trofMes et de discoïde. On dé*- 
naiure, ou envenime toutes ses actions. Tous, 
en un mot, semblent se réunir pour l'accabler, 
à l'envi, d^ leurs coups redoublés^ Et moi, q«i 
suts^je pour repousser ces attaques? Celui qui 
faisoit ma force n'est plus. Qh l s'il avoit dai*- 
çpé lui-même plaider sa cause I ^ Mais il la dé*- 
(( féroit, disoitril; loin du tem{)S présent, à 
$< 4cetie époq\ie où l'on juge les. hommes par l^s 
K choses^ et non pas les choseis par les hommes ; 
M à ee tribunal des morts, où le oalo^ porte l^ 

traction un esprit sage et judicieux, M. Yogel, lui écri- 
vit après avoir lu V Essai sur V éloquence, « qu'il étoit 
« à peu près le seul litte'rateur catholique qui eât parlé 
« 2^vec beaucoup d'éloges, du premier, du plutôt du seul 
« véritable orateur' protestant , de ce Saùrinque La 
<( Harpe né daigna pas même nommer. » 



JEAV SIFREIN MAURY. IO7 

« lumière daw l'âme , parce qu'on y cherche la 
« vérilé^ et non pas la victoire, o L'esprit de 
parti ^est en effet si injuste et si aveugle ! Il ha- 
sarde d'i^bord ses jugements sur parole, et ils 
soat ensuite, le plus souvent, accrédités de 
même par la passion qui ne raisonne pas. Mais, 
si l'amitié se me fait illusion, il ne s'agit pour 
éclairer les esprits, que d'exposer les faits sous 
leur véii^le jour. Et puis , non hoc prœci^ 
puum amieorum munus est, prosequi dejunctum 
ignavo/jpi^tu (i) , me dit un cceur magnanime, 
en relevant ma foiblesse par un illustre exemple; 
laisse là ces pleurs Mériles , songe que tu as un 
grand devoir de piété filiale à remplir, et sans 
plus délibérer, hâte-toi de poursuivre. 

]L»a Aempêite, qui avoit si long-temps menacé 
Home, ayoit enfin éclaté; déjà le souverain 
pontife éloît détenu à Savone , et l'Église de 
France y triste «et délaissée , mais toujours étran- 
gère à ces funestes débats, sur lesquels elle ne 
cessa de gémir , aUoit bientôt se trouver veuve 
d'uu gr^nd : AomI>rç de ses premiers pasteurs. 
« Napoléom ; jEj^loilB r, , S0lo& l'auteur des quatre 
i< Concordats^ Q'<é(eoutpit que sa fougue ou son 

■ » y ■ I Wn i' ■■■>! I l ' i M ' 'l'I V ' ' " *T^ y M ■ * " ' » r ■ I ; ■■!< M l' M ■ h. 

. «•.•'•■ ■ .•.••■• 



I » • 



I08 VIE DU GARDIINAL 

c< imagioaiion^ il marchoit au hasard ^ en obéis- 
u sant tantôt à Tune, tantôt à l'autre , ou bien 
u encore à toutes les deux à la fois. » Ensuite^ 
M. l'archevêque de Malines nous apprend , 
« que les embarras dans lesquels l'empereur 
a s'enfonçoit tous les jours davantage ^ l'ayant 
i< enfin éclairé , il finit par où il auroit dû corn- 
a mencer, c'est-à-dire, par appeler des guides 
u qui le dirigeassent sur cette terre dont il se 
a fatiguoit à parcourir les profondeurs vagues 
c< et inconnues de lui. Tom. II,pag. 44?; 44^ 
« et ^5j. » 

Cette controverse ainsi réduite à sa plus sim- 
ple expression, autant M. de Pradt avoit d'a- 
bord blâmé l'empereur, autant il censure la 
conduite de Pie VII, ce qu'il accuse d'avoir 
K manqué à la justice pour ses intérêts partr- 
« culiers. S'il existoit, pouf*suit-il, un tribunal 
(( auquel une pareille cause pût être portée, 
« le pape y seroit couda mné.P^g'. i52 et i53. » 

Voilà bien l'opinion de M. de Pfadt. Après 
une profession si solennelle, il ëembleroit que 
le cardinal Maury devroit au moins être laissé 
par lui à' l'écart* Coi^mient' donc vient-il l'im- 
pliquer dans ces graves- discussions, et le con- 
damner comme un arfSsawdè' discorde ? La 



JEAM .HIFAElfii MAURT. IO9 

cf science ecclésiastique, dit-il, n'avoit pas foiv 
c< mé le food de ses occupations. Pag. 4^2. ai 
Il auroit dû au moins l'excuser en partie , pour 
cause d'ignorance ; a mais non , ajoute*t-il en 
a nous révélant une mercuriale très-vive qu'il 
« fit à Napoléon , vous ne pouviez vous flatter 
Cf d'un autre résultat , en abandonnant le clergé 
H à l'exemple de l'opposition journalière du 
« cardinal Fesch , à la débilité séculaire du caiv 
ce dinal Dubellpi , au dévergondage du card^ 
u nalMaury. Pag. 498 (i). n 

Ici f je ppurrois répondre à M* Tarctievèque 
de Malines. que nul n'est juge dans #a^ ipropre 
cause y et repousser ses reproches sanglants el 
dénués, de toute preuve , pai: le témoignage 
désintéressé d^ M. le comte de Montbolon « 
qui a£Brme que lorsque M. de Pradt voiJui 
sonder le ccçur de Napoléon y après la dissolu--' 
tiotp^du. concile^ V empereur ne se laissa pas pé-^ 
métrer {j£)\ d.'où il Taudroit xonolune que c'ef4 
uniquement son opinion, que >ce prélat nous. a 
donnée sous cette tournure oratoire; - 

Mais je consens^ à le prendre luiHnémeipour 



i« r i I 



>?>*'* • ' -^'^' 



'.' »• 



' •(*) ^qfva, àlafin-dela Vk, lâhot(Bll"a6.• 
. ■ 42) . Ré^xiçf^ isur les quatre Concordais , pa{;. l'^^A - 



112 VIE DU CARDINAL 

Je m'abstiendrai de presser M. de Pradtpar 
de nouvelles, questions^ quoique je n'eusse peut^ 
être besoin que de le mettre . ainsi en présence 
de lui-mémety pour lui faire orectifier^ par au-' 
tant de désaveux solennels^ la plupart des ju-* 
gements qu'il porte sur le cardinal Maury. 
D'ailleurs 9 un soin plus grave, réclame en ce 
moment toute mon attention. 

Le cardinal lVIa,nry fut nommé archevêque 
de Paris à; Fontainebleau |, Je i4 octobre 1810. 
Iji <iUt à l'empereur qu^il acceptoit cette grâce 
avec, reconnais wnçCf parce qu^iiétoU sûr qu'elle 
ne l^engaçeroit à rien qui pHlJêtre contraire à 
ses devoirs. « Je vous connois^ lui répondit 
(c Napoléon^ soyez parfaitement tranquille >: je 
« fïe veuK rien.qui.ne s(>}t;;Cpn£prme aux lois 

«'di& l'Église-..^) .:• •:;i'.: '. - 

. Le cardinal. Maury reVintife<jour même .à 
Paris. Dès le kndemain , le ehapitne de Notre-* 

de Yerçeil , d'Evreux , et M. VaWé -EWfïj ^^ ^^ B^^*^ 
Fontana. La deuxième fut formée de MM. les cardinaux 
Fesch , Maury et Caselli ; de MM. les archevêques de 
Tours et de Matines; de MM. les ëvêques de Nantes , 
Ae Trèrés, dtB^rsux, et de Mi l'abbe' EiMty. M. le car- 
dinal Fesch fi^tdmt. Lies quatre ConcùràùéSyX^v, 11^ 

pag. 45o*"' ■'.;«.. •;,;-• .'rii. ;^M» '• •».■ 



JEAN SIFREIN MAURY. Il5 

Dame , instruit de sa nomination par le miiiis ^ 
tre des cultes ^ s'assembla , et le nouveau tiiu^ 
laire fut élu, à l'unanimité des suffrages, ad^ 
mirustrateur du diocèse , durant la vacance du 
siège. Tous les vicaires généraux furent pré- 
sents à cette assemblée du chapitre métropoU-r 
tain, et son vœu fut présenté au cardinal Maury 
par une députation solennelle (i). 

Le cardinal Maury accepta ces pouvoirs codt 
formes aux lois de l'Église , et plus particuliè- 
rement aux règles de discipline du clergé de 
France, telles qu'il les avoit adoptées et sui- 
vies dans un cas parfaitement identique , sous 
le règne classique de Louis XIV, de 1681 à 
1693, sans aucune animadversiojD des trois 
papes. Innocent XI, Alexandre VIII et Infio- 
cent XII, qui occupèrent la chaire apostolique 
durant cet intervalle. Dès-lors, cette mesure 
conservatrice, n'étant pas une innovation, mais 
un exercice du droit commun, ne pouvoitji^é- 
riter ni blâme ni censure. Déjà, elle étoit en 
vigueur sur un grand nombre de nos siégQS 
épiscopaux , et le chapitre de Paris y avoit re- 
cours pour la seconde fois. Bien loin de vouloir 

— — — — " —————— V ' 

(i) VoyeZy à la fia de la Vie , la note n® 27. 

8 



It4 ^Ifi 1>U CARDINàL 

s'affranchir du joug des souverains pontifes, en 
instituant ses premiers pastears, notre Église 
nationale reconnoissoit son entière dépendance ; 
et le cardinal Maury en écrivant à Savone dans 
les termes les plus humbles , les plus respec- 
tueux , pour solliciter son institution canoni- 
que^ voulut en<eore accompagner sa démande 
de cette protestation de foi solennelle : « Rien 
tf au monde ^ très-saint père, ne me sera plus 
w sacré fet plus inviolable, que de montrer et 
'«r de professer jusqu'à la mort , que je suis atta- 
tr ^é par le lien le plus étroit de l'obédience 
ti et de la communion, à votre sainteté, le vi- 
^ caîre de Jésu^ Christ sur la terre, le chef 
"ft suprême de l'Église, et à la chaire de saint 
a Fierre , qui est le eentre de l'unité catholi- 
H que. (i). » Enfin , de quelque manière qu'on 
veuille présentement envisager cette grande 
-question, sur laquelle il ne s'éleva alors au- 
cune controverse, et qui eut incontestai^lement 
4e tnérite de pfrévenir le danger presque inévi- 

tabliÈ d'un schisme (2); ce qui fit la matière 

> 

(i j ybjrez , à la fin de la Vie , la note n** 28. 
(2) Plusieurs fois Napoléon , humilié que sa volonté 
rencontrât des obstacles, dit au cardinal Maavy : Lais^ 



JKAN SIFEEIN MAIIRY. I l5 

d'une négociation avec Pie Vil; ce que Pie VII 
avoit concédé à la députation de nos évéques , 
qui allèrent traiter avec lui à Savone (i) , suffit 
pour justifier pleinement le cardinal Maury. 
II resta toujours uni avec ses collègues, suivant 
avec eux une marche toujours égale, ne fai- 
sant jamais rien de son chef, ou en particu- 
lier. Ainsi donc, cessez de le juger à part, 
dirai-je à ses aveuglas détracteurs, surtout à 
ces prétendus historiens (2) qui le stigmatisent 

.■>T ■ I l II . .. I I ■ ■ ■ . ■ ■ ■ ■■ ■ I .1 , . 

sez lace titre d administrateur capituîaire , qui est in^ 
convenant, et gouvernez cotnme archevêque. Le cardi- 
nal Maury eut le bonheur de réussir chaque fois à lui 
faire comprendre qu'il ne le pouvoit sans pre'variquer, 
et Ifapoléon finit toujours par le laisser marcher sur la 
ligne de ses devoirs , dont il ëtoit d'ailleurs incapable de 
jamais s'écarter. 

(i) Le p^pe donna des bulles àAJAf • les jabbe$de Sfiii^t- 
Sauvetir, de Jean, Lejeas et de Jaubert, nommés aux 
évêchés de Poitiers, d'Albi, de Liège et de Saint-Flour. 
liappléon remit k faire usage de c^s bijlle$ , à l'arra^ge- 
inent général qu'il avoit en vue pour les affair^çs Qcçlé- 
^astiques. Les quatre Concordats y tom^ Il y pag. i$o 

eti5ȕ. 

. (2) On lit d&ïÈ^VHistpire 4fi France, {lar 91. Xsà^é 
d^ Monjtgaillard^ tom. |I , pgig. 169, q^ b(io^ { JJabb^ 
Maury apostetsifi ses doctrines politiques et rcdigieuseis. 



1x6 VIE DU CÂKDINÂL 

maintenant avec des épithètes si noires et si 
partiales; oui, imposez une fois silence à la ca- 
lomnie , et respectez la conduite du cardinal 
Maury, puisque vous vous abstenez de juger 
ceux avec lesquels , de votre propre aveu , il a 
toujours fait cause commune. 

Aussi bien, dans le temps, fut-il sans cesse 
environné des suffrages les plus unanimes et 
les plus honorables. Jusque dans Toraison fu- 
nèbre de M. de Juigné , ancien archevêque de 
Paris, M. l'abbé Jalabert, qui est encore vi- 
caire général du diocèse, lui adressoit ces pa- 
roles, du haut de la chaire chrétienne, en pré- 
sence de ses collègues , témoins eux-mêmes de 
sa véracité : « Ancien admirateur des pré- 
ce cieux dons que la Providence a réunis en 
« vous , et du grand et éclatant usage que vous 
ce en avez fait pour la défense de l'autel et du 



Sans m'abaisser à entamer une discussion avec hii, 
après avoir exposé quelle fut la conduite politique et 
religieuse du cardinal Maury , je me bornerai à remar- 
quer simplement, pour montrer jusqu'où la passion 
peut aveugler un écrivain, que M. de Montgaillard n'a 
découvert qu'un seul individu qui ait mérité le titre 
d'apostat; et c'est à Maury qu'il donne la préférence F 



\ 



JEAN SIFREIN MAURY. II7 

cr trône ^ monseigneur de Juigné félicita l'É- 
« glise, lorsque, pour prix des services que 
a vous aviez rendus à la religion , et pour gage 
(c de ceux qu'elle attendoit de vous encore , 
u vous fûtes revêtu de la pourpre romaine. Vous 
ce savez qu'il a emporté avec lui, dans le tom- 
« beau , les vœux ardents qu'il formoit, et qu'il 
« vous offrit à vous-même au milieu de ses ten- 
(c dres embrassements , pour qu'il plût à Dieu , 
« de qui seul vient tout don parfait , d'en ré- 
« pandre de très-abondants sur la personne de 
u votre éminence dans la nouvelle carrière qui 
i< s'ouvre devant vous, et sur cette chère Église 
u qui fut la sienne , et dont le siège vous est 
« destiné (i). » 

Animé du zèle ecclésiastique, le cardinal 
Maury s'efforça de le répandre parmi tous les 
ministres du sanctuaire. Qu'on lise le discours 
qu'il prononça pour le renouvellement des pro-^ 
messes de la cléricature^ dans la chapelle du 
séminaire de Saint-Sulpice , le 21 novembre 
181 2. Avec quelle douce onction, avec quelle 
vive tendresse il parle aux jeunes Lévites pour 

(i) Oraison funhbre , imprimée chez Adrien Leclère , 
Paris, 181 1. 



Il8 VIE DU CARDINAL 

leur inspirer Tamour de la religion et l'attrait 
de Tétude! Il les entretient de la pénurie du 
sacerdoce, des pertes douloureuses qu'a faites 
l'Église de France dans les jours de la persé- 
cution, (c Oui, àitrïl, la palme du martyre a 
(( f éfleuri sur cette terre , si long-temps dessé- 
u chée par le souffle dévorant de l'incrédulité. 
(c Nous comptons nos guides, nos instituteurs^ 
(I nos collègues , nos condisciples, nos amis, nos 
(( fféres, parmi nos protecteurs dans le cieL 
« Nous sommes près ici du plus beau théâtre de 
«leur héroïque dévouement. Le temple où ils 
« furent massacrés est encore debout , et se 
(C trouve en ce moment, pour ainsi dire, sous 
« nos yeux. L'école où la religion forme ses hé- 
« ros , est ainsi placée à côté de l'arène où le 
« ciel les couronne (i). » Mais il faudroit co- 
pier tout ce discours. 11 forme, aveô son Ao- 



(i) Lorsqu'en i8o4 , Pie YII passa à Montéfiascone , 
en venant en France $ le cardinal Maury le sapplia en 
grâce d'aller un matin célébrer une messe dans l'église 
des Carmes. Cette démarche, ajouta-t*il, ne compro- 
mettra nullement votre sainteté , et elle sera tout à la 
fois une très-grande gloire pour elle, et une consolation 
bien douce pour les anctiens ecclésiastiques françois. 



JEAN SIFREIN MAURT. l I9 

mélie sur Venfant prodigue , le contraste le 
plus frappant avec la force et la rigueur ordi* 
paires de son style oratoire. Il produisit sur les 
auditeurs une émotion si vive et si profonde ^ 
qu'ils ne purent contenir leurs sanglots et leurs 
gémissements. 

L'année précédente^ il avoit prêché à Notr^ 
Dame son sermon sur la passioa. C'étoit Un 
nouveau produit de ses veilles. L'ancien dtSr 
cours étoit généralement considéré comme un 
des plus pleins , des plus forts et des plus par 
thétiques qui aient été composés sur oe môme 
sujet. C'est en effet , en quelque sorte , le pror 
ces de Jésus-^Christ revu en dernier ressort. 
u Les Juifs ^ dit^il^ n'ont fait mourir le Christ, 
« que parce qu'il s'étoit déclaré fils de Dieu« 
(f Or^ étoit- il véritablement le fils de Dieu? 
(( Nous voulons l'adorer aujourd'hui comme le 
(( Messie 9 ou le confondre comme un impos*- 
u teur. » Voilà jusqu'où l'orateur pousse la hajv 
diesse ; mais il sentoit sa force , et il la puisdit 



1 1 1 1 > »> I l 



Pie y II remercia le cardinal Maury du conseil , et pro* 
mit de s'en souvenir à Paris. J'ignore quel motif lui fit 
abandonner une résolution qui paroissoit alors soivire 
tant à son cœur. 



•I20 VIE DU CARDINAL 

dans la science la plus approfondie de la reli* 
çion/qull devoit à ses longues études. Cette 
science^ au déclin de l'âge , avoit acquis en lui 
toute sa mstturité. C'est elle qui vint alors fé- 
conder ses pensées ^ agrandir ses preuves , et 
lui inspirer le besoin irrésistible d'entrepren- 
, tire et d'achever un ouvrage calqué sur Tan- 
ii!ien plan qu'il s'étoit d'abord tracé , mais plus 
plein, plus nourri y et qui forme à lui seul, 
dans son vaste ensemble, un véritable traité de 
la religion. 

En arrivant à Paris, sa présence avoit excité 
une vive curiosité. Le peuple se rassembloitpour 
lé'Voir^ et suivoit sa voiture (i). Les invalides 
eux-mêmes, se souvenant qu'il avoit seul sauvé 
leur hôtel de la destruction, voulurent lui en 
témoigner leur gratitude, en lui donnant un 
riepas solennel, où ils burent tous à sa santé. Il 
étoit partout fêté , recherché à l'envi. C'étoit 
la noble récompense de ses travaux à l'assem- 
blée nationale. Là, si souvent, il avoit défendu 
l'opprimé, sans que jamais il y fit de mal à 
personne (2). On lui connoissoit une grande 



• { 



(ï) Je ne fais que copier ici les paroles de M. de Pradt. 
(2) Voyez ; à la fin de la Vie , la note n'î 29. 



JEAN SIFREIN MAURY. 121 

franchise et une probité d'esprit qui le ren- 
doient incapable de feindre. Âussi^ ni alors ni 
depuis y son nom ne fut mêlé en aucun temps 
au milieu des intrigues. 

Bon ami, bon parent, affable avec tous, son 
cœur étoit inaccessible à la haine, et il ne se ven- 
geoitde ses ennemis que par ses bienfaits. Un ec- 
clésiastique, que je m'abstiens de nommer, mais 
qui occupe maintenant une place très-distinguée, 
Tavoit accusé dans une espèce de pamphlet, de 
ne pas savoir le latin. Au lieu de faire attention 
aux injures, il rend justice au talent de l'au- 
teur, le fait inviter à sa table, et, après le dî- 
ner, le prenant par la main , il le conduit dans 
son cabinet , ou il lui remet un papier en di- 
sant : if Monsieur l'abbé, je sais que vous êtes 
a très-fort pour le latin. Ayez la bonté de lire 
« ce que je viens de dicter, vous m'en direz 
« votre avis. » C'étoit un brevet de nomination 
à deux grâces qu'il lui accordoit à la fois. J'ai 
raconté le fait dans toute son ingénuité, sans 
m'informer û cet abbé, depuis , a su conserver 
au moins le souvenir dû bienfait. 

Je ne prétends pas pour cela dire que le car- 
dinal Maury ne paya point sa part du tribut 
commun à l'humanité. Sans doute, il eut ses 



\ 



122 VIE DU CARDINAL 

défauts. (( Tout le monde en a^ disoit-il^ et 
(( moi plus que personne; mais je les connois, 
« je les reconnois , j'avoue mes torts de pre- 
(c mier mouvement , je suis sans rancune d'au- 
(c cune espèce y et je n'ai jamais la moindre 
(( honte de dilnander un pardon que je ne m'ac- 
(( corde pas à moi-même. » Après ce touchant 
aveu y je me hâte d'ajouter qu'il se jugeoit ici 
avec une sévérité excessive; car, disoit-il en- 
core dans ces moments où il aimoit à épan- 
cher son cœur dans le sein d'un ami accoutumé 
dés sa plus tendre enfance à répondre à sa voix 
véridique , oui, disoit-il , les coups de barre ne 
me font rien , les coups d'épingles me mettent 
aux champs : c^est la vérité. Aussi , dans les 
causes les plus majeures, au milieu des discus- 
sions les plus vives , les plus animées , il étoit 
toujours calme et modéré ; ce qui contribua 
principalement au succès de ses harangues. Et 
cependant il eût été excusable, s'il n'eût pas 
toujours conservé son sang-froid, rc Un homme 
ce de génie, irrité par les obstacles*, est emporté 
« par ses idées , par sa conviction, par son zèle, 
ic comme un autre le seroit par ses passions ; et 
ce après avoir conduit la vérité en triomphe, il 
(i va sans le vouloir plus loin qu'elle : tant il est 



JEAN 8IFREIN MÀURY. r25 

(f difficile de savoir s'arrêter avec sa cause (i) ! » 
Cette digression a interrompu mon récit. Mais 
ces détails se rattachent aux derniers jours 
heureux et paisibles qui soient échus en partage 
au cardinal Maury. Je m'y suis arrêté un instant 
pour charmer ma douleur. Bientôt l'adversité 
va s'emparer de lui pour ne plus le quitter. 
Qu'il me soit permis , avant de boire avec lui ce 
calice d'amertume , de dire qu'alors même il do- 
toit ses nièces ; qu'il faisoit de beaux présents 
à Notre-Dame ; qu'il en envoyoit de plus ma- 
gnifiques encore à l'église paroissiale deValréas, 
et qu'il enrichissbît la bibliothèque de son sémi- 
naire à Montéfiascone, d'une nombreuse collec- 
tion de nos meilleurs auteurs. Voilà comment 
il usoit de sa fortune ! 

Le jour qu'il prêcha à Notre - Dame^ dès le 
grand matin l'église fut comme envahie par 
une multitude si immense , que l'ambassadrice 
d'Autriche , madame la princesse de Schwart- 
zemberg , pour fendre la foule , se mit à la 
suite du cardinal Maury, et alla se placer 
sur les marches mêmes de la chaire , sans qu'il 



(i) Éloge de Fénelon, 



Î2^ VIE DU CARDINAL 

r<iperçùt à ses côtés. Son apparition dans ce 
lieu étonna l'auditoire, et excita des murmures 
qui obligèrent aussitôt la princesse de se retir- 
rer. jiprès un silence de tant d'années , V ora- 
teur jit donc entendre une voix que les chaires 
de la capitale ne connoissoient plus. Son dis- 
cours remplit dignement l'attente du public ; 
mais je dois m'abstenir de tout détail pour ne 
pas abuser de la bonté des lecteurs. 

Il continua cependant à gouverner le dio- 
cèse de Paris y en qualité de simple adminis- 
trateur capitulaire durant la vacance du siège. 
Les évéques nommés avoienttous été revêtus 
d'un pareil titre , plusieurs même dont la no- 
mination avoit précédé la sienne l'avoient reçu 
avant lui , et ils exerçoient tous leurs pou- 
voirs , sans aucune espèce de contradiction y 
en vertu d'une loi de discipline pleinement 
en vigueur dans l'Église de France (i). Quand 



(i) Cette règle constante de discipline dans notre 
Eglise nationale, est ici tellement nécessaire à bien e'ta- 
blir , que je veux en donner la démonstration la plus 
invincible. Je la puise dans la G allia christiana , qui 
forme les véritables chartes de notre clergé, sous le 
rapport de la hiérarchie et de la juridiction épiscopale. 



JëAII SIFKEIN MAUHY. 125 

ensuite le souverain pontife fut transféré de 
Savone à Fontainebleau, où il jouissoit au 
moins d'une apparence de liberté , le cardinal 

Je traduis en françois les divers textes latins que je vais 
citer ; mais on les trouvera transcrits exactement dans 
les notes , pour qu'on puisse vérifier aussitôt la ûdélitd 
de la version. 

« Fortin de la Hoguette fut transféré , le 1 3 noveni- 
K bre i685, de l'évêché de Poitiei*s à rarchevêcLé de 
« Sens. Sa nomination ne fut d'abord point admise à 
« Rome; mais le chapitre l'élut vicaire général, et il 
« gouverna le diocèse en cette qualité. Ëufiu le pape le 
« préconisa dans le consistoire , tenu le 1 1 janvier 
« 1692. » Gallia christiana, tom. XII, pag. io5 et 106. 

. « Armand Louis Bouin de Chalucet fut nommé par 
« le roi très-chrétien... Il gouverna l'Église de 'jl^ouion 
« plusieurs années, sans être sacré, à cause des démêlés 
« entre le sacerdoce et T empire, et il le fut le 25 mars 
« 1692. » Jbid. tom. I , pag. 757. 

«c Henri Feydeau de Brou , fut désigné par le roi à 
« l'évêché d'Amiens, le 18 mai 1687. Mais comme il 
« ne put obtenir ses bulles, à cause de quelques démêles 
« ^vec Innocent XI , il gouverna son église en qualité 
4c de vicaire général.,. En 1692, la pacification ayant 
M été faite avec Innocent XII , Henri fut sacré à Paris , 
« le 3i août. » Ibid. tom. X, pag. 121 3. 

« Pierre François de Beau veau du Rivau fut nommé 
« par le roi évéque de Sarlat, le i5 août 1688... Elu 



120 VIE DU CARDINAL 

Maury eut l'honneur de faire fréquemment 8a 
cour à sa sainteté ^ et de Tentretenir plusieurs 
fois des affaires relatives à l'administration du 
diocèse de Paris. Du reste, admirant profondé- 
ment ses hautes vertus et son courage héroïque , 
il s'imposa le silence le plus absolu sur la sus- 
pension de ses bulles, qu'il espéroit obtenir , 
ainsi que ses collègues, lorsque la tempête se 
seroit enfin apaisée. Mais en attendant , son 
zèle pour le bien de l'Eglise ne se ralentit pas. 

« parle chapitre vicaire général du diocèse, il Vadmi^ 
« nistra en cette qualité, et sous le titre dtévéque nommé , 
M durant plusieurs années. Les différends entre Rome et 
« la France s'apaisèrent enfin. On lui expédia ses bulles, 
« et il fut sacré en janvier 1698. >* Ibid» t. II, p. i53o. 

« Claude de Saint-Georges , agent g^éral du clergé 
« de France , fut désigné évéque de Màcon en 1682 , 
« transféré au siège de Clermont en 1 684 9 et nommé 
« ensuite à rarchevêché de Tours , dont il gouverna 
« V Église pendant quelque temps , sans être sacré , 
«( n'ayant pu obtenir ses bulles du souverain pontife , à 
« cause de ces dissensions qui existoient alors entre le 
« saint-père , le roi et le clergé ; dissensions qui ne furent 
« apaisées que quelques années après, et auxquelles 
« Saint-Georges avoit pris part , en sa susdite qualité 
M d'agent du clergé, dans l'assemblée de 1682. Mais 
n quand la concorde fut rétablie , le roi le nomma ar- 



JEAN SIFREIN MAURY. I 27 

Il formott alors un plan pour faire rétablir le« 
hautes études ecclésiastiques de la maison de 
Sorbonne (i)^ auxquelles il attribuoit princi- 
palement la supériorité et la prééminence de 
notre Église sur toutes les autres. En- même 
temps y il songeoit à faire améliorer le sort des 
chanoines de la métropole et des vicaires du 
diocèse y au moyen d'un arrangement facile à 
combiner y et qui n'imposoit aucune charge au 
tuésor public. Ses vceux avoient été pleinement 



<t cheréque de Lyon, et il fut sacré le 28 novembre 
« 1693. » Ibid, tom. IV, pag. 196 et 197. 

Ces exemples péremptoires me dispensent de recourir 

# 

à d'autres documents. C'est dans l'Eglise surtout qu'on 
doit suivre le précepte si connu : antîquo nihil innove^ 
fur, respectons les anciens usages. On devroit au moins 
être à Tabn de tout reproche, quand on est sûr de n'a- 
Toir rieA innové. Aussi le cardinal Maury disoit-il dans 
son mémoire imprimé en i8i4 : « J^e n'ai demanda, et 
<t l'on ne m'a donné aucune dispense pom* administrer 
« l'archevêché de Paris ; je n'en avois pas besoin en me 
« conformant à l'exemple de ce qui s'étoit pratiqué en 
« France avant moi pendant douze années , et à l'invin- 
H cible autorité que les jurisconsultes appeUent du der- 
« nier^iat, » f^ojrez l'original latin, à la note n° 3o. 
(t> yoy^z , à la fin de la Vie , la note n° 3i . 



128 Vl£ DU CARDINAL 

agréés. Les malheurs des temps ^ qui vinrent 
absorber toute Tactivité du chef de l'État^ en 
firent seuls ajourner l'accomplissement à une 
époque plus fortunée. 

Mais bientôt survint la catastrophe de i8i4* 
Il donna le 5 avril , avec le chapitre métropo- 
litain j son adhésion à la déchéance de Napoléon. 
Peu de jours après ^ le chapitre lui-même^ ef- 
frayé par un bref du pape y donné à Savone, le 
5 novembre i8io, et qui fut seulement publié 
à cette époque^ se sépara de lui^ et lui retira 
l'administration du diocèse , qu'on lui faisoit un 
reproche d'avoir acceptée. J'ai exposé quelle fut 
sa conduite dans cette mémorable circonstance. 
De plus^ il fit de suite paroitre un mémoire qui 
contient quelques observations respectueuses 
sur ce bref, ne voulant pas se défendre par de 
simples ^n^ de non-reces^oir. Les lecteurs , s'ils 
jugent à propos de le parcourir, y trouveront 
de plus amples renseignements. Ce que j'ai dit 
plus haut suffit et au-delà , ce me semble, pour 
remplir le but que je me suis proposé. D'ail- 
leurs , la suite de cette narration va jeter un 
nouveau jour sur cette controverse. 

En sortant de l'archevêché, il prit la résolu- 
tion de se rendre aussitôt en Italie. £n vain ses 



JEÂM SIFREIN MAURY. I2g 

amis s'efforcèrent de lui faire sentir les tristes 
conséquences qu'elle pouvoit avoir dans, ces pre- 
miers moments d'irritation où.les. têtes étoientsi 
exaltées. Sourd à toutes les prières , à toutes les 
instances, il répondit noblement , a qu'il n'a voit 
(c jamais craint le danger; que le pape étoit soin 
« supérieur et son juge, et qu'il couroil où le d&r 
u voir l'appeloit. » On a prétendu qu'il avoit été 
mandé à Rome. C'est une fausse supposition, car 
il ne reçut aucune espèce d'intimation à ce sujet, 
et son sacrifice fut pleinement volontaire et 
spontané. Bien plus, pendant qu'il étoit encore 
dans le palais archiépiscopal , l'emptirgur d'Au- 
triche étant venu visiter la métropote^tiemanda 
de ses nouvelles avec le plus vif intérièl^. On alla 
sur-le-champ avertir le cardinal Maury. Ce mo- 
narque lui avoit témoigné une grande bonté à 
Francfort. Quelle belle occasion lui offroit la 
fortune pour se donner un puissant médiateur! 
Mais il dédaigna cette planche de salut au mi* 
lieu du naufrage, et il s'abstint de paroitre de-< 
vaut l'empereur. Un jour, je lui en marquai 
ma surprise, et j'osai lui dire que peut-être il 
avoit eu tort. « Quoi, reprit-il, tu aurois voulu 
(( qu'à mon âge je me fusse déshonoré ! Ma cause 
« est trop belle pour que j'aie jamais besoin 

9 



l30 VIE DU CARDINAL 

u de recourir à la protection de personne. » 
Il partit pour lltalie le 17 mai^ plein de 
force d'esprit^ mais souffrant d'une rétention 
qui le força de voyager à petites journées (i). 
On sut^ par la voie des journaux^ son départ à 
Césène , petite ville de la Romagne ^ où Pie VII 
avoit momentanément fixé sa résidence. Aussi- 
tbi sa sainteté signa una seedola^ une cédule^ 
ou mieux encore^ une simple lettre ^ qui^ motu 
proprioy dérogeant à la fois aux constitutions 
apostoliques et à tous les privilèges même ac- 
cordés aux membres du sacré collège dans les 
eonciles 'généraux^ suspend son citer fils Jean 
Sifrein iitMirf f cardinal ^ prêtre de la sainte 
Eglise romaine , é(^éque de Montéfiascone et 
de Cornéto, de toute juridiction dans ses dio- 
cèses , ainsi que de l'administration de la mense 
épiscopale ^pour investir de ce double exercice^ 
en: qualité d'administrateur^ l'évéque de Cer- 
via, un ancien moine ^ homme d'un cœur sec 
et dur, et qui, par excès de zèle^ ajoutera en- 
core à ces rigueurs y en étendant ses pouvoirs 
jusqu'à séquestrer tout sans exception^ meubles. 



(0 Voyez , à la fin de la Vie , la note n** 32. 



JBia SIPASm MAOAT. iSl 

iÎTKS, paiMen , etc. , qu'il troaven lot appar- 
tenir (i). 



(i) « Plus PP. vn. 

« Pcmr des causes très-çraTes , nous suspendons , de 
notre pivpie mourement , de science certaine , après 
mmt mûre dâibération , par la plénitode de la puis- 
sanee apostolique, notre dier fils Jean Sfran 
Blanry, du titre de la très -sainte Trinité au Mont- 
Pincius, cardinal^prétre de la sainte Église romaine, 
éréciue de Montéfiascone et de Gométo , de tout exer- 
cice de juridiction épiscopale dans ses ^^Uses et dio- 
cèseSy ainsi que de l'administration des revenus et 
des biens qui apparûennent aux menses des susdites 
^^lises. Pour pourvoir ensuite an gouvernement de 
ces mêmes diocèses, nous députons notre vénérable 
frère Bonaventure , évèque de Gervia, en qualité d'ad-* 
ministrateur apostolique de ces églises, lui ord<m^ 
nant de partir aussitôt d'auprès de nous pour s'y 
« transporter, et d'en prendre la pleine et libre admi-* 
« nistration , conjointement à celle des revenus et des 
« biens qui relèvent de leurs menses. Nous comman<- 
u dons et ordonnons au chapitre et aux chancMues, au 
u clergé et au peuple des deux diocèses, en vertu de 
u notre même autorité, de reconnoitre le susdit é^éque 
<«. de Cervia pour administrateur apostolique , de lui ^ 
« prêter respect et obéissance en tout ; et ce , nonobs- 
« tant les constitutions et ordonnances apostoliques, 



l32 VIE DU CARDINAL 

Le cardinal Maury connut ces dispositions à 
Radicofani, dernière ville de la Toscane, située 

« malgré même les privilèges accordés aux cardinaux 
« de la sainte Eglise romaine, dans les conciles gêné- 
u raux j et malgré tout ce qui pourroit y être de quel- 
le que obstacle; sans qu'il soit nécessaire pour y.déro- 
« ger, d'en faire une mention spéciale et particulière. 
M Donné à Césène, le 3 mai 18149 et de notre pon- 
te tificat l'an quinzième. 

« Plus PP. VII. » 



« Cëséne, 3 mai i8i4« >> 

« Illustrissime et révéeendissime seigneur , 

M Notre très -saint -père ayant pris la détermination 
41 de suspendre M. le cardinal Maury de toute juridic- 
« tion dans les deux diotèses réunis de Montéfiascone 
« et de Cornéto , ainsi que de l'administration des re- 
« venus de la mense épiscopale de ces deux églises, et 
« d'y députer pour administrateur apostolique la per- 
u sonne de votre seigneurie illustrissime et révérendissi- 
« me , je vous transmets, en vertu des ordres souverains, 
« une cédule signée de la propre main de sa sainteté , 
u par laquelle votre seigneurie illustrissime est autori- 
« sée à prendre la susdite administration. 

n J'en inclus la copie signée par le saint-père dans 
<t une lettre que j'adresse d'office à son éminence, et 
a - que vous lui présenterez en arrivant à Montéfiascone, 
c< si vous l'y trouvez déjà établie. Dans le cas que M. le 



JEAN SIFREIN MAURY. l53 

sur la frontière des États r(»nains. Cette noUr 

velle auroit dû le constcrtf^i' , et tout âuti»é 

■ I ■ 

« cardinal n'y soit pas encore renda ,: votre seignfeuiié 
« illustrissime fera en sorte des^'info^miçr 4^;VVppq<i^ 
« de son arrivée , et du lieu pif il s'est arrêté^ afin de 
M lui expédier la lettre , par une occasion sûre , poui: 
« avoir la certitude qu'elle soit remise en ses propreii 
a mains , et que son éminence la reçoive avant d'én- 
M trer dans le diocèse. ' ^ 

« Sa sainteté se croit assurée que tous les individus, 
« tant ecclésiastiques que séculiers, qui habitent ces 
tt deux diocèses, se soumettront sans la moindre bé« 
u sitation, à ces dispositions pontificales : différeiii— 
« ment le saint-père feroit procéder en toute rigueur 
« contre ceux qui oseroient apporter le moindre obsta- 
« ' cle à l'exécution de ses ordres. ' 

« L'intention de sa sainteté est que vous vous mettiez 
M immédiatement en route pour Montéfiascone , et elle 
« vous accompagne avec sa bénédiction apostolique: 

tt Après avoir exécuté les birdres du saint-père, je vous 
« prie d'agréer les sentimens de l'estimé respectueuse 
« avec laquelle je serai toujours , 

« Le ti*ès-dévoué et très- obligé serviteur, 

« De votre seigneurie illustrissime et *évérendissimc, 

« François , 

H Archevêque d'Ëdesse , aumônier de notre seigneur. » 
Le paquet qui contenoit les deux lettres pour le car- 



|94 ^*^ ^^ CARDINAL 

peut-être sç seroit arrêté^ il en étoit temps 
epc^re; mai^, 3sui3:pl]ua songer à sa santé ^ il 
oublia ses maux pour recueillir sea forces^ et 
soudain il poursuivit sa route en la combinant 
de manière à traverser son diocèse de nuit. 

Il arriva à Rome le 19 juin. Aussitôt M. le 
èiu*dinal Pacca^ qui remplissoit par intérim les 
(onctions de secrétaire d'État^ lui adressa un 
précepte conçu en forme de billet sans signa- 
ture, pour lui interdire l'entrée d^ Monté-Ca- 
vallo et de la chapelle papale. Il répondit à son 
éidinence qu'il se conformeroit aux ordres du 
saint-père, mais qu'il supplioit sa sainteté de 



dinal Maury , ne lui firent remises qu'à Y tterbe , au<<lelà 
4q MontéfiascoQç , sur U routje de la Toscane , en allant 
à, llpme. («es ordr^ du pape ne furent donc pas exécu- 
tés , cqmine ils aucoient pu l'être aisément, si on eût eu 
au moins l'attention si simple d'adresser les dépêches 
au gouverneur d'Açqua- Pendante, avec ordi*e de les 
lui consigner avant qu'il n'entrât dans son diocèse ; mais 
ce reste d'égard importoit fort peu à l'administrateur. 
Heureusement le cardinal Maury sut à Radicofani les 
étranges déterminations prises à Césène , et il put ainsi 
>eviter l'éclat d'un affront pubUc quil'attendoitàMonté- 
fiascone. Voyez ^ les originaux des deux lettres en ita- 
lien et en latin , à la note n° 33* 






JB41I SIFRBIN MAURY. l35 

lui faire connoitre quels étoient les griefs qu'on 
avoit contre lui^ afin qu'il pût s'en justifier ^ ou 
s'en avouer humblement coupable. La réponse 
ne se fit pas attendre. Elle disoiten termes plus 
laconiques encore que le premier billet^ qub 
ses torts étoient graves et évidents, et qu'iis 
alloientlui être communiqués. 

Quinze jours se passèrent en attente inutile. -^ / 
Le cardinal Maury renouvela donc sa prière, 
en écrivant au secrétaire d'État que les cardi-^ 
naux étant solidaires de l'honneur du sacré 
collège, il espéroit que cette haute considéra^ 
tion rendroit les bons offices de son éminetice 
plus efficaces en sa faveur. 

Dans l'intervalle, on avoit eu connoîssance 
du mémoire qu'il avoit fait imprimer en quit-^ 
tant Paris. Les moyens sur lesquels il fondoit 
Mn apologie , avoient tout à coup changé l'état 
de la question. De suite , on s'étpit empressé de 
le soumettre aux plus savants théologiens et ca- 
nonistes de Rome; mais ceux-ci, surpris et stu- 
péfaits de cette série d'autorités qui leur étoient 
inconnues, et sentant la force des arguments 
dont on n'indiquoit néanmoins encore que les 
prémisses, se trou voient dans les plus grandes 
perplexités , et commençoient à redouter un 



i56 VIE DU CABDINAL 

ooinbat qui s'annonçoit pour eux sous de si si- 
nistres auspices. Aussi la réponse au second 
billet^ bien }orh d'être menaçante/ ne fut que 
pour excuser un délai provenant uniquement^ 
disoit-on, des graves affaires de sa sainteté; 
et cette fois, M. le cardinal Pacca se souvint 
qu'il écrivoit à un collègue , il signa sa réponse. 
• Moi-même, après avoir pris lecture de ce 
miémoire, j'avois bien prévu que telle en seroit 
la conséquence; au lieu que s'il fût arrivé sans 
avertir la sécurité de ses foibles adversaires de 
se tenir en réserve, ils l'auroient provoqué in- 
failliblement, et seroient venus tomber sous sa 
puissante main. (( C'est bien vrai, me dit-il, 
>if mais je préféroisla paix à la victoire. J'ai voulu 
cf faire tout ce qui étoit en mon pouvoir pour 
ié éviter un grand scandale. IXaillcurs, on avoit 
<t avancé lès suppositions les plus erronées, et 
u les faits s'étant passés à Paris, c'étoit à Paris 
(i seulement que je pou vois et que je devois, 
(H soùs les yeux des témoins, assurer ma ban- 
«* nière. L'fcônneujp avant tout ! Telle est ma 
(i devise, (i); » 

Après un iautre intervalle de quinze jours, 

I ■ ■i f Wl H »! I l ll|l>|I J I !■! III ■■ Il I ■ ■ » 

(i) F'oj^ez, à la On de la Vie, la note ii° 34» 



JEAN SIFREIN MAURY. I Sy 

le cardinal Maury écrivit encore à M. le cardi- 
nal.Facca pour le même objet. Toujours même 
réponse dilatoire. Excusez-nous^ répétoit son 
éminence ; ayez encore un peu de patience , 
les occupations^ dusaint-pére ne lui laissent pas 
un instant de liberté. 

Le cardinal Maury adressa successivement , 
de quinze jours en quinze jours ^ deux nou- 
veaux bilieCs au secrétaire d'État pour deman- 
der avec instance qu'on prit enfin sa cause 
en considération; et voyant par les réponses 
toujours de plus en pli^ évasives , une répu- 
gnance marquée à en entreprendre l'examen , 
il finit par déclarer formellement à son émi- 
nence qu'il s'abstiendroit d'insister davantage > 
mais qu'il la prévenoit qu'un refus ultérieur, et 
qui seroit odieux envers le dernier des accusés, 
deviendroit pour lui la plus triomphante de 
toutes les apologies. Cette déclaration si posi- 
tive fut également éludée par des excuses tout 
aussi frivoles que les précédentes, et par quel- 
ques mots d'honnêteté insignifiants. 

Depuis que Maury avoit quitté Rome, en 
1794, il y avoit perdu ses meilleurs amis, le 
cardinal d'York , le doyen Albani , le cardinal 
Zélada^de même que les cardinaux Honorati, 



l38 VIE DU GÂRDIlfAL 

Gerdil^ Bellisomi, AntonelU et Borgia. Le car- 
dinal Consalvî étoit absent. Tous ceux avec 
lesquels il avoit été le plus lié^ le cardinal 
Fabrizio Ruffo ^ le cardinal Joseph Albani , les 
deux cardinaux Doria^ le cardinal Dugna- 
ni 9 etc., s'étant, pour la plupart , compromis à 
l'époque du mariage de Marie-Louise , qui éta- 
blit une funeste scission dans le sacré collège , 
étoient eux-mêmes, plus ou moins, sous le 
coup d'œil de la disgrâce. Les autres cardinaux 
étoient une génération d'hommes nouveaux qui 
l'avoient à peine entrevu , et qui , tous imbus 
des idées ultramontaines de la puissance absolue 
des papes, détestoient les principes de l'Église 
gallicane, et vouloient user pleinement de la 
victoire qui mettoit un ennemi à leur discré- 
tion. Ainsi nul n'éleva la voix pour le cardinal 
Maury , nul ne sentit la honte de ce prétendu 
abaissement qui alloit rejaillir sur eux tous, 
s'ils s'obstinoient à garder un trop modeste 
silence après tant de fierté , et à reculer visi- 
blement devant lui, malgré ses provocations 
réitérées. 

Maury ne crut pas alors que sa dignité lui 
permit de continuer ce rôle de suppliant , et il 
profita du silence de sa retraite pour reprendre 



JEAN SIFREIN MAURY. I Sq 

ces occupations littéraires qui lui avoient été 
toujours chères au milieu des grandeurs , et 
qui ne l'abandonnèrent pas au sein de lad- 
versité : à quitus deleciationem modo petebat , 
nunc "vero etiam scdutem (i). 

Il regrettoit depuis long-temps d'avoir perdu 
une grande partie des sermons qu'il avoit com- 
posés dans sa jeunesse. Laissés en France^ 
quand il vint pour la première fois en Italie , 
où il ne- prévoyoit pas qu'ils lui devinssent ja- 
mais nécessaires^ on les lui avoit enlevés à 
Paris, au moment qu'on lui confisqua ses biens. 
Sa mémoire féconde vint bientôt à son secours, 
et sous sa dictée il transcrivit plusieurs de ces 
discours dont je vais faire hommage au public , 
en les réunissant à ceux qu'il avoit heureuse- 
ment conservés. 

Les événements politiques qui changèrent 
en i8i5 la face de l'Italie, le surprirent au mi- 
lieu de ces pacifiques études. Le pape alloit fuir 
à l'approche des Napolitains qui s'avançoient 
vers Rome, et le sacré collège devoit partir avec 
lui. Le cardinal Maury s'empressa de demander 
les ordres de sa sainteté. On lui répondit qu'on 

(i) Cicero. Epist, adfamiliaresj lib. IX. 



l4o VIE DU CARDINAL 

ne lui en donnoit aucun. Il crut donc devoir 
rester à son poste , ne pouvant pas se mettre 
sans caractère à la suite du cortège ; d'autant 
plus que Fie YII laissoit à Rome une junte su- 
prême pour gouverner ses États durant son 
absence. 

Peu de temps après, quoiqu'il n'eût rien 
changé à sa méthode de vivre, sous prétexte 
qu'il vouloit retourner en France , on vint, le 
12 mai, avec un grand appareil militaire, 
l'arrêter brusquement au milieu de la nuit, et 
on le conduisit au château Saint-Ange. 

Ici , faisons taire notre indignation , abste- 
nons-nous même de demander s'il n'y aVoit pas 
de mesure plus décente à prendre pour s'assu- 
rer de la personne d'un prince de l'Église. Si 
ses ennemis eussent été capables de la moindre 
réflexion , si la haine ou la passion ne les eus- 
sent totalement aveuglés, un triste retour sur 
eux-mêmes leur auroit dit combien il est odieux 
de se livrer, sur un simple soupçon, aux abus 
de la force ; ils auroient compris alors que si 
ce vieillard , tant persécuté par eux , mais qui 
étoit venu volontairement affronter la tem- 
pête, se lassant une fois d'être le jouel de leur 
ignorance et de leurs caprices, eût voulu se 



JEAN SIFREIN MAURY. l4l 

soustraire à leur pouvoir, rien ne l'eût retenu 
dès long-temps au pied d'un tribunal, où nul 
juge n'osoit s'asseoir pour reviser une sentence 
lancée en contumace, motuproprioj et pour- 
tant, disoit-on, ex certâ scientiâ. Il auroit pu 
quitter Rome, quand M. le cardinal Fesch 
partit pour retourner en France; car, en ap- 
parence du moins, il étoit aussi libre que lui, 
sortant chaque jour pour aller se promener au 
loin dans les déserts qui environnent la ville. 
La pourpre dont il étoit revêtu le dispensoit 
de solliciter une, permission qui lui. étoit par- 
faitement inutile, les routes lui étant toutes 
ouvertes; et puis, à tout hasard, celui qui en 
1798 avoit su braver les périls de la Cisalpine^ 
ne se seroit pas arrêté ici devant une crainte 
pusillanime. Mais, que dis-je? On savoit qu'il 
employoit une grande partie de son temps à 
écrire , et on ne cherchait qu'un prétexte pour 
saisir ses papiers , ne s'imaginant pas qu'un 
homme eût assez de caractère pour être capa- 
ble d'oublier ses maux, au point d'y devenir 
comme insensible, et de se dévouer tout entier 
à des occupations purement littéraires. 

On ne lui fit pas même trouver au châ- 
teau Saint-Ânge un grabat pour y reposer sa 



l4^ VIE DU GARDINàL 

tête; tellement qu'un malheureux prisonnier 
(c'étoit un neveu de M. le cardinal Borgia)^ tou<^ 
ché de compassion , lui fit porter son propre lit. 

La captivité ne brisa point les ressorts de 
son âme. Il comprit seulement alors jusqu'où 
alloit l'acharnement de ses ennemis; et^ ne 
voulant plus leur confier sa mémoire ^ il com- 
posa dans sa tête l'écrit qui un jour formera 
son plus étonnant ouvrage p par la science qui 
y règne , et surtout par ce ton de douceur et 
de dignité qui le distingue éminemment. Du 
reste, calme et résigné, il endura ses souf- 
frances sans exhaler une plainte, un seul re- 
proche; et, chose incroyable! on ne se crut 
pas même obligé de venir l'entendre une seule 
fois. 

Mais son courage , sa résignation , ne purent 
le préserver de la contagion de l'air insalubre 
qu'il respiroit dans sa prison , et tout son corps 
se couvrit comme d'une espèce de lèpre. Heu- 
reusement le pape étoit revenu dans sa capi- 
tale, et le secrétaire d'État y retourna égale- 
ment, après avoir rempli sa mission de Vienne. 
M. le cardinal Consalvi , navré au récit de ses 
maux, lui qui avoit été son ami de tout temps, 
jet qui dans son cœur sensible et généreux dé- 



JEAN SIFREIN MAURY. l^S 

plora toujours ces viles et cruelles persécu- 
tions^ qu'on n'eût jamais osé se permettre en 
sa présence , le cardinal Consalvi , dis-je , sol- 
licita et obtint^ le 26 août, sa translation im- 
médiate au couvent de Saint-Sylvestre , situé à 
Monté-Cavallo ^ dans le quartier le plus sain de 
la ville. Ce changement lui fut salutaire^ et sa 
constitution sembla reprendre le dessus. Mais 
les humeurs étoient passées dans le sang, et 
bientôt^ hélas! un scorbut terrible alloit plon- 
ger ses amis et sa famille dans la désolation^ eu 
comblant les vœux de la haine et de la jalousie. 
Lui-même sembloit prévoir sa fin prochaine, 
et toute son inquiétude désormais étoit de ne 
pouvoir achever l'ouvrage qu'il avoit médité 
au château Saint-Ange. 

M. le cardinal Consalvi lui faisoit de fré- 
quentes visites pour lui apporter les consola- 
lions de l'amitié. Il lui disoit/il lui répétoit 
sans cesse qu'il étoit plus que temps de faire 
finir cette triste querelle, et il le conjuroit, 
lui qui avoit tant d'esprit , de venir à son aide , 
et d'imaginer un moyen prompt et également 
honorable pour tous , de sortir de ce labyrin- 
the. Un jour enfin , il vint une pensée lumi- 
neuse au cardinal Maury. « Je suis, lui dit-^il, 



l44 ^^^^ ^^ CARDINAL 

« toujours tendrement dévoué au saint- père, 
(( et je le plains sincèrement d'avoir avec sa 
(c belle âme cédé aux conseils d'une troupe 
K d'insensés. On a osé dire et laisser imprimer 
« à Rome qu'en acceptant l'administration ca- 
w pitulaire de l'archevêché de Paris, je m'é- 
« tois moi-même déchu, ipso facto, de mon 
« siège de Montéfiascone. J'offre la démission 
w libre et spontanée de cet évêché. Qu^on tac-- 
w cepte purement et simplement , je n^en de^ 
« mande pas davantage. » Le cardinal Consalvi 
courut au palais Quirinal, Pie VII souscrivit à 
l'instant même à la proposition; et quoique 
Maury eût eu la délicatesse de laisser tout inté- 
rêt pécuniaire à l'écart , sa sainteté lui assigna 
immédiatement sur la chambre apostolique, 
une dotation de quatre mille piastres qui for- 
ment le traitement fixe et annuel des cardi- 
naux statistes , quand ils ne sont pas pourvus 
en bénéfices ecclésiastiques (i). 



(i) <€ Du PÀLÀI8 QuiRiNÀL y le 35 mars 1816. » 

« Le cardinal secrétaire d'État , dans son audience de 
« ce matin , a présenté à la sainteté de notre seigneur le 
« papier par lequel votre éminence se démet , entre les 



JEAN SI'FRKIN MArVf^Y. 1^45 

Arrêtons -> nous un momebipbiiPL/jetisif M 
dernier coup d'œil: sur o^ur f déjflldrable^iiis^ 
toire^ que je viens de reirîicer a^recun profond 
sentiment d'amertume />îmftîs tn m'efKir^nt 
néanmoins toujours» d'énidimini^çr lia trlsHissci ; 

« mains de sa sainteté de 1 évecmé de. JVIontenascoue et 

' * * » ■ 

« de Cométo , en le priant "d'èh accepter là déniîssibn .* ' ' 
« Le sainfr-père a ordonne au MvlSkï^tié de ftîrc sarvôit 
« à votre émînence qu'il accepte sa Henottctaîtidn',' ^ de 
« liû participer en mésne temps qu'à l'effet de pournoiv 
« à son décent. entretien / il lui a accordé • ^i^ijiprj^.çhi^i^-^ 
« bre Camérale, une assignation de quatre inijlle ,ççus 
«< romains payables de mois en mois , à partir du i*'*' jan- 
*« vier, et libres de tout droit,. de toute charge pour le 






« présent comme pour l'avenir. 

(t Le soussigné a^ant également soumis à sa 'saifitb^^ 
^ le désir qu'à votre éminence de se prostéWiér ? ùa <se$ 
«( pieds, le saint-père a répondu qu'il la recevra deniMii 
« au soir, à une heure de nuit. : , . . . • . . . 

tt Le cardinal secrétaire d'État, en donnant G.eadçtails 
« a votre éminence, lui renouvelle les sentiments dés 
« profonds hommages avec lesquels il lui baise très- 
« humblement les mains. --• • • . . : 

I 9 

«* Son très-humble, très-dévoué et vrai serviteur. 

<( Le cardinal Gonsalvi . » 

( f^qxez rorigiual en italien , à la note n« 35, ) 

ro 



9ÊÊi H«uideielai|eirciiM^àiraccroiire. Voilà donc 
l^idai^itial IVI^ryvje ue-dimtpas réhabiitté, 
mftiin ep . pleme -j^mmanoè de '9e»' honnevkt» , 
donifîD va/ jouir de.plein.dnoili^f^hs Nfu'oo ail 
ei}i««àine )ja'pienléa{qii'ît pou«(bit èU*e néceer 
sjajre de lui ea^ÈLire la restituûon! Lisez en 
effet cet acte du, pape : ,you8 n'y trouverez pas 
un mot qui ait traij; îi. î'iarGhevêché de Paris. 
OjT, c'était, 1^ 4ç.ul gri^,, qu'on eût articulé 
oDatre: lui |'>et..oii ii'enffait lauUe mefi^tion , il est 
ebiDin«!nbil «veh'u I Çîen plus^ il s'agit ici de 
lu 'dëtriîssîon d-tth sîége ^pi^copal ; et c'est par 
ï^ôVgànè iiisotîte dti secrétaire, dti ittinîstre 
d,es affaires temporelles, et non pas par Tîh- 
termédiaire du cardinal dataire , ou du secré- 

# 

t,^jf:^,.^es Brefs ^ que 3a sainteté approuve et 
«anctioQiie la demaiide ! Oo ue pavle pas de ces 
bi41«ts fulminants de la secrétairerie d'État qui 
accueillirent le retour du cardinal Maury. 
(lû^^Ht'k lai mesure violente de son emprison- 
nçD^eht , Pie VII y fut étranger ; et y eût-il 
participé , là auroit dû commencer au moins 
l'instruction de la cause. Cependant elle s'ar- 
rête tout à coup. On avoit saisi tous les papiers 
de la victime , sans daigner ni les examiner , 
ni les sceller soi^ ses, yeux ^ V^l^V: ^^ ^^^ régies 



JEAN SIFREIN MAURY. \/^'J 

de la plus simple justice fussent toutes ainsi 
violées à la fois. Qu'avoit-on trouvé parmi ces 
papiers dépositaires des pensées les plus secrè- 
tes? JNul n'élève ici la moindre accusation 
contre le cardinal Matiry ! Son juge lui-même 
ne Ta point entendu, il ne prononce aucune 
sentence, et le pix)cès finit, saas avoir été 
entamé , par laisser chacun dans son premier 
état. Voilà , en peu de mots , à quoi en défi- 
nitif se réduit cette grande controverse. . Mais 
il fallut au cardinal Maury toute sa constance 
pour qu'elle se terminât delà sorte. Ne^ lui eiH 
vie3 pas son triomphe , il la acheté par d'assez 
cruels sacrifices ! 

M. le cardinal Consalvi vonJul avoir le plakif 
4e le conduire à l'audience du pape. Sa sainteté 
ne put le voir sans la plus vive émotion. £lle dai- 
gna lui dire les choses les plus tendres , les phis 
affectueuses ^ lui témoignant ses regrets c\fdA 
ne Veut point suivie à Gênes, l'assurant aussi 
du plein retour de ses honnes grâces, et lui re^- 
commandant de hien soigner sa santé, à kf* 
quelle elle prenoit un intérêt ton^t pardculier. 
Le cardinal Maury aiitoitet.vëaéroit ce poiltife 
diigne de tous les hpmuiages paiP sa bonté, sa 
douCiQur, et s^uquel o» etiitdéâirése%»leine«t un 



l^S VIE DU CARDINAL 

peu plus de force dans le caractère ^ pour ne 
pas se laisser influencer par ses alentours, 
quoique d'ailleurs il ait déployé un courage 
admirable 9 pour supporter personnellement les 
coups de l'adversité. Maury ne put donc le 
voir sans être aussi profondément attendri , et 
il lui exprima les sentiments de son cœur dans 
les termes les plus forts et les plus pathétiques. 

De retour à Saint -Sylvestre, le cardinal 
Maury, au lieu de se rendre aussitôt dans sa 
propre demeure , prit la détermination de ne 
sortir du couvent qu'après avoir terminé l'ou- 
vrage qu'il avoit entrepris. Se renfermant donc 
plus que jamais dans son intérieur, il ne le 
perdit pas un instant de vue , et bientôt la co- 
pie en fut achevée. Le changement de sa posi- 
tion n'en apporta aucun à son plan primitif. Il 
ne fut pas même dans le cas d'y mettre plus de 
modération. Au moment de l'holocauste , l'a- 
gneau faisoit à peine entendre un léger fré- 
missement. On peut bien reconnoitre l'auteur 
à son style , mais rien n'annonce le rôle qu'il a 
joué sur la scène. 

Dès que le cardinal Maury fut au bout de 
son travail, il rentra chez lui, et continuant 
à se refuser presque toute distraction, il trans** 



JEAN SlFRfilH HAURT. l49 

crivii une seconde fois son ouvrage en entier , 
pour y réunir et y fondre les autorités et les 
documents qui dévoient prêter leur appui à 
ses propositions^ et en former le complément 
nécessaire. Grâce à son ardeur sans pareille ^ 
il réussit à remplir cette pénible tâche. Il 
voulut alors s'en imposer une troisième, et 
commencer à revoir ses écriu^ sous le rapport 
du style , en même temps qu'il comptoit en- 
chaîner encore mieux ses idées , en leur don* 
nant^ s'il é toit possible^ plus de force et plus 
de liaison entre elles. Mais l'excès de la fatigue 
cl des veilles avoit achevé d'épuiser ses forces. Il 
s'aperçut qu'elles déclinoient sensiblement (i). 
Dès-lors y renonçant à son projet^ il mit ses 
papiers en sûreté , en les confiant à une main 

(#) Dans une de ses dernières sorties , il alla prendre 
le père Anfossi , maître du sacre palais , et le père Sisti, 
pravincial des Cordelievs, et ils allèrent ensemble se 
promener vers le Colysée. Là, tout en marchant, il eut 
avec eux une conversation des plus graves. « Voyez, 
•« leur dit-il , combien il faut de temps pour former un 
« homme! Notre vie n'est presque qu'une enfance pro- 
« longée; et dès que notre éducation se termine, quand 
« nous pourrions être quelque chose , la mort arrive 
« tout à, coup. » 



l5o VIE DU CARDINAL 

amie. Peu de jours après ^ le mal dont il avoit 
contracté le germe au château Saint-Ange , «e 
déclara d'une manière affreuse. Son grand ca- 
ractère ne se démentit pas dans ses derniers 
moments. Il voulut d'abord recevoir tous les 
secours de la religion , et puis il vit approcher 
sa fin avec un calme et une tranquillité éton- 
nante. Ce fut dans la nuit du lo au 1 1 mai 
1817 qu'il rendit son dernier soupir. Durant 
sa maladie , le pape daigna envoyer plusieurs 
fois savoir de ses nouvelles ; tout le sacré col- 
lège, la prélature et les princes romains imi- 
tèrent son exemple, et M. le cardinal Con-^ 
salvi , de même que M. le cardinal Dugnani , 
souô-doyen des cardinaux, s'empressèrent de 
lui prodiguer toutes tes consolations de l'ami- 
tié. Après sa mort, il fut embaumé. On lui 
trouva dans la vessie une pierre qui pesoit une 
de0ii*K>nce, et l'on connut ainsi la cause des 
fréquentes rétentions qu'il avoit souffertes de- 
puis quelques années. Il avoit de plus deux 
lésions assez fortes dans la région du cœur. Le 
volume de sa cervelle étoit du double plus gros 
qu*il ne l'est ordinairement. 

Ainsi finit à.soixante-onze ans pas encore ré- 
volus, cet homme dont la jeunesse fui si précoce 



JEAN 81FRKI(N MAURY. l5v 

el si fertile, l'âge mûr siradieim , et qui, presque 
arrivé au terme de ees jours^ aut, au milieu des 
jdus forte» tempêtes, retremper son mâlejgënie 
pour enfanter des chefs^'œuvre. 11 sera dono éga- 
lement Gélébre par sa vie et par sa morty morAsi 
œquè ac vitâ eelebris (i). 11 ne jouira points 
il est vrai , de ces honneurs^ académiques qu'il 
avoit certes bien mérités par une double vie* 
toire ; mais l'injustice accroîtra enoôre sa re^ 
nommée, negatis post mortem honoribtùs y /2»* 
mâ celebratior (2). Peut - être rinimittë vou- 
dra-t-elle encore repousser ses cendres de la 
dernière demeure où il étoit attendii, 6n lui 
fermant l'entrée du temple qui leur devoit un 
asile. Mais alors deux grands hommes viendront 
aussitôt lui offrir de partager leur tombeau. 
Pie Vil, qui naguère avoit mêlé ses larmes 
avec les siennes, et qu'indigne un outrage fait 
à sa propre dignité, plus qu'à Maury lui-même, 
s'empressera d'accueillir une offre si généreuse, 
en ordonnant qu'après lui avoir rendu les pieux 
devoirs de la religion dans la chapelle pontifi- 
cale , ses précieux restes soient ensevelis entre 

(1) Tacit. Annal, lib. tll. 

(2) Ibid, .,..:■'.. 



l52 VIE BU <lÀRDIIfA,L 

Baron îus et^ Tarugi •: hunctwnuli socium ha^ 
b&iu meiimagm jBaronius et Tarugius (i). Trop 
heiii*^ur;de<pouY<^ consoler ma douleur par 
cet hommage du souverain pontife , décerné à 
la mémoire d'un oncle qui m'est cher à tant 
dé titres , je m'en empare aussitôt et j'implore 
la plume du célèbre Morcelli ^ pour le retracer 
dans une itiscription solennelle. Voici l'épita-^ 
phe que Morcelli a composée , en me servant 
même au-delà de mes désirs (2). Elle orne déjà 
la riche ieoUection de ses œuvres , et elle fut 
son ^dernier adieu aux muses latines qu'il a 
tant illustrées. 

QUIETÏ. ET. BCEMOAIiE. 

JOAN. SiFREDI. MaURY. GARD. 

PONT^FICIS. FALVCODUU. ET. CORNETAN^ 

SUBIMIS. MUNERIBUS. £7. HONORIBCS. 

AD. OMNEM. OIGNITATEM. EVECTI. 

' QUEM. DOCTRItVA. ET. ELOQUENTIA. INSIGNEM. 

SQUALES. EJUS. MIRATI. SUNT. 

* ADVERSOE. RfES. VIRTUTE. COIfSTANTEM. 

MAGNANIMUMQUE. PROBAVERE. 

Plus. VIXIT. ANN.LXX.M.X.D.XVII. 

ornosus, nuicquam. consiuo. sapientia. 



(i) Vojrez, à la fin de l|i Yie^ila note n» 36. 
(a) Voyez, à la fin de la Vie, la note n*» 37, 

f 



JEAN SIFREIN MAURY. l53 

LABOEIBUS. DOHI. FOAISQUE. CLARUS. 

D£C£SS. R0M£. V. IDUS. MAIAS. Alf. M.DCCC.XVil. 

LUDOV, SlFREDUS. ET. MaRU. MoDESTA. FRATRIS. FILII. 

PATRUO. SANCTISSIMO. BENEMERENTI. 

HUPÎC. TUMULl. SOCIUM. HABENT. 

VIRI. MAGNI. BaROPTIUS. ET. TaRUGIUS. 

M Au repos et à la mémoire du cardinal Jean Sifrein 
« Maury, ëvêque de Montéfiascone et de Cornéto, par- 
« venu au faîte des grandeurs , par la carrière la plus 
« distinguée et la plus honorable. Ses contemporains ad- 
« mirèrent sa doctrine et son éloquence. Sa vertu , sa 
« constance, sa magnanimité , furent éprouvées dans 
« l'adversité. Il vécut soixante-dix ans, dix mois et dix- 
« sept jours, toujours pieux, jamais oisif, aussi illustre 
« par la sagesse de ses conseils , que par ses travaux 
K privés et publics. Il mourut à Rome , le 1 1 mai i8i 7. 

M Louis Sifrein et Marie-Modeste Maury , à un oncle 
« qu'ils vénèrent à tant de titres. 

tt Deux grands hommes , Baronius et Tarugi , parta- 
« gent avec lui leur tombeau. » 



/ 



Et moi y en mettant fin à ces tristes récits que 
je recommande à la bonté indulgente des lec- 
teurs ; s'il existoit des hommes assez malheu* 
reux pour envier cette consolation à la piété 
filiale^ cessez y leur dirai*-je, de poursuivre le 
caLrdinal Maury de vos vaines clameurs et de 
vos cris impuissants ; vous ne pouvez plus rien 



l54 VIE DU CÂBDINAL JEAM SIFREIH MAURY. 

lui ôter ; car ses écrits subsistent , sa vie est à 
présent connue , et son nom passera malgré 
vous à la postérité : posteritati narratus et ira- 
ditus y superstes erit (i). 

( I ) Tacit . viia Agric. 



NOTES 



ET 



PIÈCES JUSTIFICATIVES. 



NOTES» l57 



NOTE N^ I, page 5. 

Ayant d'entrer au séminaire de Saint-Charles, tenu 
par messieurs les sulpiciens, Maury passa une an- 
née dans le petit séminaire qu'avoient à Avignon les 
messieurs de la congrégation de Sainte-Garde , et aussi- 
tôt qu^l eut achevé son cours de théologie , en 1 766, il 
se mit en route pour Paris. 

M. de Pradt dit dans les quatre Concordats , que 
Maury « se proposoit d'entrer aux jésuites au sortir de 
. ««études, <iu'ila,cùtfaitesdWauuùè.ebriUante. 
« et que la suppression de la société s'opposa à l'accom- 
« plissement de ce dessein. » La chose est assez indtfft^ 
rente, et peu importe de savoir quelle^ pouyoient être 
les velléités d'un jeune homme. Mais le fait est que si 
Maury avoit eu la pensée de s'enrôler parmi les jésuites , 
il auroit eu tout le temps de suivre c^tte vocation ; car 
leur institut , qui avoit été supprimé en France , par un 
arrêt du 6 août 1 762 (i) , ne fut aboli par Xîlément XIV 
que le 21 juillet 1 778 (2) , et subsista encore une année 
à Avignon. Maury va bientôt nous apprendre lui-même 
de quelle noble ambition il étoit animé , quand il quitta 
ie séminaire. 

«>l l*i IIMII II. 

(i) Histoire de France ^ par An t. Fantin Desodoards; règne 
âe Louis XV, chap. 7. 
(«) Ibid, chap. 10. 



l58 NOTES. 



\ tVU 



NOTE N" 2, p. il 

Voici tm passage de la Correspondance littéraire » 
pdT le baron de (rrîinm, année 1772 , deuxième partie , 
iom. n : « L'Académie* Françoise célèbre tous les ans 
« la fête du roî, dans la cbapelle du Louvre, par une 
<c messe en musique , pendant laquelle le panégyrique 
« de saint Louis est prononcé. Le lendemain le pré-* 
« 'dicateur et son ^i^rttion sont oubliées. Cette année, le 
t<^ panégyrique de saint Louis a eu un succès marqué. 
« Il a été prononcé par M. l'abbé Mauj^. // a été reçu 
« avec apptdtkdUsseinent , c* est-^^dire , ^u^on a claqué 
« des marris dans ta chapelle , et cfe succès ne s'est pas 
« démefùti à l'iitnprei^ion. L'Académre s'est même crue 
ce obligée , pour constater un succès si extraordinaire , 
« d'écrire à M. le cardinal de LaRoche-Aymon , cbargé 
« de la feuille des bénéfices , pour lui recommander 
« rorateui^fiiçrié ; et ce prélat, ayant égard à la lettre de 
* l'AcadénSie , vient de donner une abbaye à M. l'abbé 
« Maury. Son Panégyrique de saint Louis est un mor- 
« ce^au bien écrit. L'orateur a du style , de la facilité , 
tt de la noblesse. » 

Dans la soixante - septième lettre de sa Correspond 
dance littéraire, La Harpe dit aussi que ce panégyrique 
Alt « un des meilleurs qu'on eut encore faits, et c[ue 
« l'orateur en fut récompensé par une abbaye ; y mais 



NOTES* 169 

se rappelant peut - être im peu trop que Maury avoit , 

m 

Tannée précédente , été son compétiteur pour l'Eloge 
de Fénelon , il lui prête seize ans de plus que son âge , 
afin d'ajouter apparemment à la gloire de son propre 
triomphe ; car il est bien difficile de croire que son er- 
reur ne fût pa^ volontaire (i). 

Dans ce même article , La Harpe ajoute que Maury , 
« après avoir travaillé jusqu'à Tâge de quarante ans , 
u dans l'obscurité et dans la pauvreté, sans pouvoir 
« vaincre ni l'une ni l'autre , fut admis dans la société 
« des principaux gens de lettres ; que son goût se forma 
« par leur commerce, et que l'encouragement qu'il 
« avoit reçu donna du ressort à son talent. /•» 

A l'âge de vingt -six ans, on peut dire que la fortune 
de Maury étoit faite, puisqu'il étoit devenu chanoine, 
vicaire général , abbé commendataire et prédicateur du 
roi. Dès son arrivée à Paris , en 1 765 , M. Le Beau 
l'avoit distingué et admis dans sa société , qui lui fit 
bientôt connoître les principaux littérateurs , BufFon , 
Thomas, Marmontel, l'abbé Garnier, l'abbé de Bois- 
mont, etc. En 1769, M. le cardinal de Luynes l'hono- 
roit déjà de ses bontés. Presque à la même époque, il 
fut introduit chez M. de Beaumont, archevêque de 
Paris , par MM. de Montagii et de Malaret , l'un doyen 
et l'autre chanoine officiai de Notre-Dame. En 1772 
enfin , M. de Montazet , archevêque dé Lyon , se déclara 



(1) La Harpe ëtoit ne en 1789, et avoit sepÉ ans de plus que le 
cardinal Maury. 



l6o NOTES« 

hautement son ami , et M. le cardinal de La Roclie- 
Aymon devint son plus grand protecteur. Mais voilà 
comment on écrit l'histoire , quand on oublie la belle 
profession de foi faite par Tacite en tête de ses annales , 
mihi Galba , etc. 



NOTES. l6l 



NOTE N*> 5, p. i8. 

Nous avons vu que Grimm a raconte cette circons^ 
tance, en rendant compte du panégyrique de saint 
Louis. Je me conforme à mes traditions domestiques , 
sans prétendre infirmer en aucune manière son récit. 

Dans V Essai sur V Éloquence de la Chaire , on cite 
divers exemples d'une émotion extraordinaire produite 
en'chaire par nos grands prédicateurs. Rien n'est certes 
plus éloigné de ma pensée, que de vouloir établir ici 
la moindre comparaison. Mais je crois pouvoir me per- 
mettre de faire observer que dans les panégyriques de 
saint Louis et de saint Augustin, aucun intérêt personnel 
n'agit sur l'auditoire, et qu'il fut transporté par la force 
seule de l'éloquence. Dans la péroraison de. l'éloge du 
grand Gondé, on obéit à un sentiment profond de triis- 
tesse ; de même que dansl'oraison funèbre delà duchesse 
d'Orléans , Bossuet , en rendant la mort de cette prin- 
cesse toujours présente à ses auditeurs, leur fit partager 
l'étonnant effet qu'elle avoit produit sur lui-même. Ce 
fut en présence du catafalque de Louis XI V, queMassil- 
lon s'écria : Dieu seul est grand, mes frères! Et quand 

r 

il fut interrompu par des gémissements et par des san- 
glots, la commotion générale avoit été excitée par les 
terribles images du jugement dernier et du petit nom- 
bre des élus. 



Il 



l6a NOTES. 



NOTE N*> 4, p. îi5. 

Rulhière remplaça M. l'abbé de Boismont à TAca- 
démte-'Françoise , et il y fit son éloge le jour de sou 
entrée; Dans ce discours , il parle de Maury en ces ter-^ 
mes : u La mort de M. l'abbé de Boismont nous enle- 
« voit un orateur justement célèbre, mais vouspossé- 
« die& parmi tous son émule en éloquence , le rival de 
« ses succès, que cette rivalité même lui a fait chérir 
« et véritablement adopter : sentiment rare , et qu'on 
K croiroit presque étranger au cœur humain ; dernière 
M action de sa vie, mais qui l'honore tout entière (i). m 

M. de Chastellux rendit ensuite ce beau témoignage 
Il I ■ I I I p 1 1 . ■ I . ' ■ ^ 

(i) Dans I21 notice historique mise par M. L. S. Auger , en tête 
des Oraisons Junèbres , Panégyrique et Sermon de M. Tabbé 
de Boismont, il est dit : « Trpp souvent, on le sait, les hom- 
(c mes que les lettres ou les arts ont illustres , conçoivent , dan» 
a leur vieillesse , un dëpit jaloux qu^ils ne savent pas toujours 
<c dissimoler contre les jeunes talents qui s^ëlèvent et menacent 
<c ^e leà surpasser an jour. M. de Boisïnont resta étranger à ce 
« ptfaible sentiment. Il fut le premier à applaudir aux dëbut» 
c (grillants de M. Pabbë Maùry , aigourd'hui cardinal. Il ne vit 
ff point en lui un rival qui devoit éclipser sa gloire , mais un suc- 
,<c cesseur qui devoit en bériter. Il adopta le jeune orateur, tra- 
« vailla à son avancement, et lui résigna même un de ses bénéfi- 
(c ces ; il semblôit se complaire dans IVspoir d^étre remplacé par 
« lui ii TAcadémie-Francoise. » 



. 1 



MOT£S. 1^5 

à Maury, daus sa répouse au récipieadaire ; u Gomineiit 
H douter de l'attachement de M. l'abbé de Boismont 
M pour la mâle et noble éloquence, lorsqu'on le re* 
« trouve dans les plus chères affections de son cœur? 
« C'est elle qui lui présente un disciple dans son nyal;^ 
u un àmi dans son successeur; car il fut le premieii'à 
« le proclamer. L'Académie prévint âes vœux.; «Ue.ne 
« permit pas que celui qui partageoit déjà sa gloite , 
M n'en fut regardé que comme l'héritier. Mais M. l'âbbé 
« de Boismont, à qui le ciel se hâtoit de prodiguer les 
u plus douces jouissances de la vie, avant de l'en pr»^ 
« ver, voulut exercer tous les droits de l'adoption; il 
« fut assez heureux pour pouvoir disposer en faveur 
« du talent, d'une fortune acquise par le talent; am 
M moment lui suffit pour satisfaire sou cœur, tandis 
M que le cœur de >son ami demandait , et regrette encore 
tf de longues années qu*il avait consacrées à la recon- 
« naissance. » En effet, Mâury avoit prodigué à son 
bienfaiteur les soins les plus teiidres et les plus affieo- 
tueux durant le cours d'une longue maladie ; il vouliÀt 
même l'accompagner à Bourbonne, pendant toute unis 
saison des bains. C'est ainsi que plus tard , en 1 790 , je 
l'ai vu venir passer plusieurs nuits de suite au chevet du 
lit de M. l'abbé de Malaret , qui avoit eu une attaque 
de paralysie; et c'étoit à l'époque même de ses plms 
grandes occupations, lorsqu'il s'étoit réduit à ne pren<^ 
dre que quelques instants de repos, étendu sur un solà, 
sans se déshabiller le plus souvent. 

M. deMontgaillard, Histoire de France^ tom. H, au 



l64 NOTES. 

lieu de s'imposer silence sur la fortune de Maury , ou de 
rendre justice à la manière si légitime dont il l'avoit 
acquise , et qui est tellement connue , que son heureux 
biographe en trouve ( ce qui est si rare pour un simple 
particulier ) tous les détails dans des monuments pu- 
blics , M. de Montgaillard s'exprime sur ce sujet en ces 
termes : « L'abbé Maury jouissoit de plusieurs béné- 
«< fices , et le décret prononcé contre les propriétés du 
« clergé dépouilloit Fabbé mondain de 28 à 3o miUe 
•I livres de rente qu'il étoit pan^enu à se faire adjuger 
M par r administration des économats. » 

Maury dut , en 1 77 1 , le commencement de sa fortune 
à M. l'évêque de Lombez ; la recommandation de l'A- 
cadémie lui procura l'abbaye de la Frénade en '77a 9 
et il fut nommé , comme nous venons de le voir , 
au riche prieuré de Lions , par son ami M* l'abbé de 
Boismont. Voilà quels étoient tous ses revenus avant la 
révolution ; mais M. de Montgaillard confond et déna^ 
ture les faits , pour dénigrer sa mémoire , ou plutôt , 
dirai-je, pour déshonorer sa propre histoire, par une 
partialité indécente , ne voulant pas me servir du mot 
propre qu'il faudroit employer. 

Puisque je suis sur ce chapitre , pour n'être pas obligé 
d'y revenir plus tard , qu'il me soit permis de rappor- 
ter ici un article que j'ai inséré dans une des notes de 
l'éloge de Fénelon , en réponse à une autre accusatioH 
du même M. de Montgaillard. 

« Ce champion de l'ancien régime , avoit-il dit , 
«( reçut en divers paiements la somme de 25o ntille 



NOTES. 



65 



« francs, partie avant la révolution, partie en i';88 
« et 1 789 , en attendant qu'il Mt pouvu d'un évéché , 
« à condition qu'il combattroit les projets de l'assem-* 
« blée nationale, et qu'il n'abandonneroit point le 
« parti de Malouet, de Mounier, du saint archevêque 
«• de Paris ^ et du fidèle cardinal de La Rochefoucauld. » 

Voici maintenant ma réponse : « Je déclare d'abord 
M que j.e me crois assuré de la fausseté de cette asser— 
« tion ^ car le fameux livre rouge, dont on invoque ici 
« le témoignage, fut lu, commenté et imprimé pen-* 
u dant la session de la première assemblée , et jainài» 
u semblable reproche ne fut , ni alors ni depuis , jusqu*à 
<( ce jour, imputé à l'orateur du côté droit , que certes 
« on n'épargnoit gtière , pour le rabaisser autant cfu'il 
« se pouvoit. Je ferai observer ensuite que le fait en lui* 
« mémeparoit plus qu'invraisemblable^ je dirai njLème 
« qu'il sembla avoir été inventé à plaisir, pendant la 
« durée de nqs ^roubles politiques, et par. des motifs 
« qu'il est facile de deviner. Tous très iKNPàs mis sur>la 
« même ligne , à côté les uni des autres , doivent , en 
« effet, être bien étonnés de se trouver eiisemble , et il 
« suffiroit d'uo pareil rapprochement pour démentir 
u l'accusation,. 

«.Mais, sans entrer dans une discussion qui n'offiri^ 
« roit qu'un très-mince intérêt , je dir^i ^ux personnes 
^ justes , impai'tiales : ce fait seroit-il constant , ce n'est 
« pas moi qui devrois en rougir pour la mémoire du 
« cardinal Maury ; et je m'enorgueillirois au contraire 
« qu'au moment où il disoit à Marmonteri m^z résolu^ 



l6fi NOTES. 

<r tian est prise de périr sur la brèche ; je nen ai pas 
(c moins la triste certitude que la place sera prise das- 
H saut, %t qu'elle sera lii^rée au pillage (i) ; qu'au mo- 
M . ment où il perdoit sa fortune si légitimement acquise , 
V soioL souverain, auquel il avoit consacré et sa vie et 
u tous les foibles talents qu'il avoit reçus de la nature , 
<< eut daigné subvenir à ses besoins , en lui donnant des 
<« marques de sa munificence. J'ajouterai avec une no- 
« ble franchise : oui , l'abbé Maury a reçu des présents 
« de son roi. Voulez -vous les connoitre? Louis XVl 
«lui donna, en 1790, une boîte avec un portrait en 
« ' émaU , de Henri lY , peint par Petiteau , en l'accom- 
« pagnant d*ime lettre tout écrite de soiï auguste main, 
«et conçue en ces termes : Henri JV est le père des 
M Bourbons, et vtous en êtes le plus éloquent , leplu^ in-- 
ii'trJpide défenseur. Je vous ensnn^ son portrait : porte z- 
é le par ifénératiofi pour sa mémoire, et par amitié 
« pour moi, Cçtte boîte fut malheureusement volée au 
a 'cardinal Mamy y an' milieu deis désastres qui tant de 
« fois'vinrent fondre sur lui. Mais je conserve , comme 
«: le plttd précieux de tous les bijoux, une autre boite en 
(( écaille, qui est pour moi .tm Souvenir précieux, et 
H pour lui une marque de la plus glorieuse estime. 
«< Unrsqu'il se reikdoit à Rome , en 1 791 j il eut l'hon- 
te neur de voir , en passant, Louis XYIII , connu alors 
« sous le nom de comte de Provence. Son altesse royale 
«' daigna lui dire qm'eUe regrettoit de n'avoir rien à lui 



{jy-Méntoires ,' livl KIV. 



« offrir. Eh bien, monseigneur ^ répœidit-il, je vous 
« supplie de me donner votre portrait sur une tabatière 
« ordinaire. C'est ce portrait que j'ai. Le roi est peint 
« en uniforme de coloiïeV de' cai'afcihîéts. 

« Madame Victoire de France , qui honora toujours 
« le cardinal Maui7 d'onelKmté, Je dîrois pt«es^ue 
•c d'ttii« amitié si te^drà ) q«'ayant ^té admis pav^Us) à 
« lui faite ma cour à Triestey peu de joiiM'«|^ati^- sa 
M mort , elle lae présenta son ati(piste Maiii à baiiet*^ et 
« puis elle Toulut m'embrasBer elle -^ même , «tf |ftie di^ 
H sant: Ceci est pour mon bon tardiniiJ^,^t^oU9Ïui'àirez 
M que je ne\f-m p^t ixiidiM^ y' cette inébërable pvi|iée$se 
« . donna ^ «gaiement son portrait au ear^^l M^mry** 
« Jlâi \e txMiKéuV de \p posséder , snfisi'qû'tm i^élii({aéire 
^ qu'elle :avoi« •tenu da«s -sâS' tâainsi déflâillëMe^/'^ 
M qu^elle Itii-fit irè|vieti^ef|i^Tèmi9e i pèi^'madàiliela^dMt^ 
«I tesse de Ch|LsiteUii]C,i'sa.p»^et«i«^ damft idlliè^^ 
« qui (utsotna^îe etsa^Bdèlëcottipàgëp pendant fdiltie 
• l'émigratî^mi' *•'•»• • '» i .»-"»•.•.- .(«rjfih 



j • 




«s-- ; >,/:-• •" .;t<: ..' - . Il , ,r'- ;•;! %:' ;:!? 

«>• .,,1 . »• •• « jy'îiiî 



•• I 



Ii68 NOTES. 



■f ; »" ( 



r 1 



r. Il 



■ »• i > V \ V •■•■<• ' . <. K 



N.OTJE N» 5, p. 38. 



'. »• 



'H V^uteur.des quatre Càncordàts dit dan$ le deuxième 
^otume : «• Louis XV fitfsaisir Avignon. Le réquisitoire 
m: quejniblia alors M. de Gàstillon; avocat général, du 
ni parlénletit .'d'Aix,:ne le cède en virulence à rien de 
^:fc«r qu'a dit Napoléon sur la même cour. On disoit 
.«'vdm^.lftvtâfiip^ que'cV/£7it r ouvrage de VaJbbé Maury , 
^'yQk4^Hlh'^apait'été:$iiavianteri l'j^ pour défendre le 
f^rp^9f^ >9U€^.paiP ceqU* il a%H>it appris en i'j'jopourl'at- 
^!i74^f?r» n Cfc^stisans doute une plaisanteirie que M. de 
P,ra4t4nV0ulu faijrf9»r Pour démentir cett»' singulière as- 
sj^tîonl, il m^ suffira dô ratppeler que Maury n'avoit 
^(^i^iAiiJl^ Tiingl^r-lfcrois.an»; qu'il n'étoît plus à Avignon 
d^puif. 1^.965; qu'ilpe.sttitoii; point à.Paris la carrière 
du barreau; qu'il ne s'étoit encore rendu reicominanda'^ 
ble par aucun ouvrage , et qu'ainsi il est tout aussi im- 
possible qu'un pareil bruit eût couru dans le temps y 
qu'il est contre la vraisemblance qu'un avocat général 
du parlement d'Aix eût été chercher k Paris un jeune 
ecclésiastique , pour se faire suppléer par lui dans son 
travail. Cet argument acquiert encore une nouvelle 
force par une inadvertance que commet M. de Pradt, 
Ce ne fut pas en 1770, mais en 1768 que Louis XV 
s'empara d'Avignon. ^ 



Notes. 169 



NOTE N° 6, p. 42. 



LETTRE 

DE M. BURKE A If. WOODTORD, AIDE-MAJOR DBS GARDES 

f 

DE SA MAJESTÉ BRITAimiQUE. 



. ; Londres, ce II fiérrier 1791. 

« Je commence par vous prier , monsieur y de ne 
pas me croire coupable de négligence envers vous par 
mon long silence. Des affaires qui m'ont occupé tout 
entier, ne m'ont pas permis de m'acquitter plus tôt de 
tout ce que je vous dois , surtout pour la complaisance 
que vous avez eue de me communiquer les différentes 
opinions de M. l'abbé Maury , et pour la forme aussi 
polie qu'obligeante que vous avez prise pour me les 
procurer. 

<c Je vous dois beaucoup de remerciments pour ces 
excellents discours de M. l'abbé Maury , quje vous avez 
eu la bonté de na'envoyer. Je ne les conuoissois point 
avapt de liçs recevoir de vous. Je n'a vois encore rien 
vu qui pût me donner une idée juste et complète de 
sa manière de traiter un sujet de droit public. Je n'a- 
vois lu que des parties détachées de ses ouvrages , ou 
des extraits que j'ai pu soupçonner quelquefois d'être 



lyo NOTES. 

afterés par ses eHneiiiis. J'y avois cependant toujours 
reconnu les talents d'un esprit supe'rieur. Les ouvrages 
que vous m'envoyez , me donnent de lui une bien plus 
haute idée, que celle que j'en avois d'après les analyses 
de ses écrits et sa grande réputation. 

« J'y vois partout une éloquence fière, mâle et hardie» 
haute et dominatrice , libre et rapide dans ses mouve- 
ments, pleine d^autorité, et aboiidante dans ses res- 
sources. Mais en admirant , comme je le fais , un si 
beau talent, j'admire plus encore sa persévérance in- 
fatigable, sa constance invincible, son inébranlable 
intrépidité, et son indomptable courage à braver no- 
blement l'aveugle opinion et les clameurs populaires. 
Cci sont là y monsieur, de solides fondements d^une 
grande gloire. Dites - lui , de ma part, que lorsqu'il 
pourra se soustraire aux dangers dont son inviolabilité 
l'environné, et qu^il voudra prendre quelque repos, 
et trouver quelque délassement dans 'la libre commu- 
liîcation d'un commerce intime, je le prie de venir 
Jouir de sa reiiommée dans ce pays d'esclavage , où il 
n'aura rien à redouter d'un comité des recherches ', ni 
deTéxcellenté loi contré les crimes de lèse-nation. Je 
}dî donneï*&i d^in cœur franc et siiicère l'accoïade 
chevaleresque qu'il véiït bien rê<iéVoîr de moi ; car je 
vois efi lui un preux ' chevalier ,' éï un vaillant cfi'am- 
plèn'de là causé delliônneur , de la vertu, dé tous 
I^s sentimehs nobles et généreux , dé là cause de *soh 
roi et des' îôis", dé la religion et de la liberté de son 
pays. ' ' 



NOTES. 171 

« J^yez là1)onté, monsieur^ de lui exprimer seulement 
la peine que je ressens' de ce que la naédiocrite' de ma 
fortone, et le peu d'habittule que jW de parler fran- 
çois 9 ne me permettront pas de lé traitier arec toute 
la distinction t^Hi<péritèVmais j'y fpfai de mon mieux. 

« A la vérité, j^i reçu autrefois At. lé eémte de Mi-* 
rabeau dans ma tiMôson ; et M. Tabbë Ma«i7 diuglieray 
t«il entrer so«s le même toit qu'il a faaÉ>itë? Avant tle 
l'y receieoir, j'aurai soin qu'elle expie la pr^ence de 
M. de Mirabeau. Je la ferai donc purifier, et j'y emr4 
ploierai toutes^ leé dérëmonies expiatoires , • counuéé 
depuis Hbmire jusqu'à nos jours. Je ne veux en négli^ 
ger aucune, et je n'excepterai /que Vkommagede cet 
espagnol qui '■ bràla sa maison , iparcé que ' le tifaitre 
comptable de iftourbôri y avoit log^. A ce sacrifice près ,- 
qui seroit un peu trop coûteqx pour l'état de nies finan^- 
ces, je me soumettrai à tout pour purifier mon faabi-» 
talion ; car' jè^' 9uis extrêmement iduperstitieûx , et je 
pense qu'en eiitraht dans ma maiso», M. de Mirabeau 
y apportoit avec lui un augure plus funeste que tous 
le^ cof beaux 'que M. l'abbé Maury Verra voltiger 'sans 
cesse autour de toà^demeure. Le séjour de M. de Mi^ 
rabeau^ dans * plusieurs maisons de force a enttaîiié la 
ruiiiè'détôûtéâ è^Ilè^ qui existoiènt en France. L'àssem^ 
Méfe ; nàtiôMlë^dbht il est membre , doit craindre ' le 
même effet de sa présence , et se mettre en garde contre 
ce danger dont elle est menacée. 

«t Un de mes amis, arrivé nôuvèllcmeiit de* Paris, m'a 
dit qu'il étèit' ptéSent à Fasserhbléè , lorsque le comte 



17? WOTKSi 

de Mirabeau (je lui demande pardon) , M. Riquetti 
voulut bien l'égayer en manifestant l'oipinion cpi'il a 
de- moi. Je ne lui ferai point d'autre re'ponse,. qu-en lui 
opposant si^ttplenient Vopinion qu'a de lui l'Europe 
çntièriç , et siir laquelle je m'en rapporte à lni-méme& 
Jfai U. bonbeur de j^'avoir jamais démérité de mon 
souy^erain x.^.pui^ btaver l'indignation de Riquetti> 
priemier du, n<uu(, qui est le roi des-Prançois. Je suis 
sous la protection des loiâ angloises* . Je ne veux m'ex* 
pofer.ni à son comité d'inquisition, ni surtout à sa 
lai^terne , qui me paroit infiniment plus dangereuse àite 
honnêtes gen^, que la fiastille ne l'a jamais été. Slj'a^ 
voisà vivre en France , j'aimerois infiniment mieux le 
go^yçrnenlent de Louis XYI, çt je k.crOitCHis beaucoup 
p][i9f'fa,vorable 4 ma liberté ^ que eeiluide Riquetti I*"^.. 
Jç;. trouve poi||*t|i<i^ qu'après avoir été sujet si peu 
fidèle, il vient d^:Se montrer envers moi un monarque 
t^ès-gi*acie.ux, lorsqu'en disant tant de niai de moi, i) 
^n a parlé de la seule manière qui pût contribuer à nui 

A 

satisfaction et à naa réputation. EtT;^ en même temps 
Vpbjet dçe[ invectives de.M. Riquetti ^,^t de l'approba-* 
tion de M. l'abbé Maury, c'est u^ doi|14ç hopneur 
auquel il est di;ffiiçile de rien ajouter. Alirabiçaui^à Bi- 
cétre m'insp^rerqit;4^J& piUé. Qlirabea^ ^ijur son tràneiy 
si^r ce trônç que les. jeu^ de la /ortunçf dffStinent queir 
quefois pour récompense à certaines ^rCti/on^ qui conr 
duisent communément à un autre ,te|*me qu^ je ne; 
veux pas'nommier,'n'e^t,pl,uf.po^i: j^oi.qufun objet 
de mépris; car le yi^e^^'est-jams^is plu;s odieux , et ne 



NOTES. Ij5 

se montre jamais plus vil aux yeux de la raison , que 
lorsqu'il usurpe et souille la place naturelle de la vertu : 
comme la vertu n'est jamais plus aimable pour ceux 
qui ont un sentiment vrai de sa beauté , que lorsqu'elle 
est nue et dépouillée de tous les ornements que pour- 
roit lui prêter la fortune. M. Cazalès et M. l'abbé 
Maury ont tiré pour leur gloire, de leurs malheurs 
mêmes, des avantages que ^.es événements les plus 
proqpères et les succès les plus éclatants n'auroient 
pas pu leur procurer. Le succès viendra pourtant un 
jour : je le désire , et je l'espère , moins encore . par 
amour pour eux , que pour le bonheur du genre hu- 
main. 

« J'ai l'honneur d'être, etc. 

u Signé Edmond Burke. >» 



174 NOTES. 



NOTE N° 7, p. 53. 

M. l'abbé de Montgaillaini , voulant faire con- 
noitre l'origine du mot sans^^ulotltt , raconte, His~ 
toire de France^ tom. III , qu'à une des séances de 
l'assemblée , pendant que M aury étoit à la tribune , 
deux danies quiaroient un patriotisme exalté, témoin 
gnoient hautement leur improbation , et que Maury, 
impatienté de leurs criailleries et de leurs gestes, s*é^ 
cria en les désignant de la main : Monsieur le prési^ 
dent, faites taire ces deux sans-culottes. 

Le fait est vrai. Mais M. de Montgaillard ne nomme 
qu'une de ces dames. J'ignore le motif de cette offi- 
cieuse discrétion, qui ne correspond pas à cette K^éracité 
dont il aime à se parer habituellement, et je serai plus 
réservé que lui. 

Tout autre que M. de Montgaillard n'auroit peut- 
être vu ici qu'un bon mot pour repousser des criail- 
leries et des gestes, que le président auroit du faire 
cesser , au moins par respect pour l'assemblée (i). 



(i) Voici une autre plaisanterie du même genre, qui, heureu- 
sement, n'est pas venue à la connoissance de M. deMongaillard. 
Un jour que Maury e'toit à la tribune , le pre'sident Pinterrom- 
poil A chaque mot en agitant sa sonnette. Monsieur le président, 
mettez-vous la au cou , )ui cria*t-il , et ces seuls mots suffirent 



NOTK-S. 175 

M. de MoutgaiUard, dont la plume est si chaste et si 
réservée , qu'on ne sauroit l'accuser d'avoir jamais 
offensé la gravité et la décence qui forment le beau 
caractère de l'historien, M. de Montgaillard , dis-je, 
est bien autrement austère. « Le mot, poursuit-il en 
K rigide censeur, le mot étoit peu convenable, surtout 
« dans la bouche d'un ecclésiastique. » Il ajoute en- 
suite : R Ce mot fit fortune , et fut appliqué depuis aux 
« révolutionnaires les plus outrés. Maury se félicitoit 
« d'avoir enrichi la langue françoise de cette dén;omi- 
« nation; on l'a entendu dans les pays étrangers en 
« réclamer la paternité. » 

A la fia, je respire : je craignois que M. de Mont- 
gaillard n'en vînt à faire à Maury le reproche d'avoir 
été le père des brigands sans-culottes, au lieu d'avoir 
simplement appris à les désigner par leur nom. Mais^ 
j'en demande pardon à l'historien généalogiste . sa 
science est ici en défaut. Un censeur, témoin oculaire, 
La Harpe , va le lui démontrer en professant la véri- 
table étymologie des mots révolutionnaires. » Dès que 
« l'on s'aperçut, dit-il, que pour être patriote , il suf- 
« fisoit de répéter à tout propos , avec l'accent et le 
« geste de la frénésie, une vingtaine de mots convenus 
« et de phrases faites, tous ceux qui ne pouvoient 



pour lui procurer du silence. Je conyiens qu'il est triste d'en 
être rëduit- à se faire ainsi justice soi-même; mais on se défend 
comme on peut , quand on est le plus foible , et que ceux. ifn\ 
commandent ne sasfent pas se respectei^. 



176 NOTES. 

«{ avoir une autre manière d'être patiîotes , se retiré^ 
«< rent des assemblées des sections , pour former les 
« socie'tés populaires. C'est là que commença de se 
« montrer sans pudeur, et de se déployer sans con- 
« trainte la doctrine révolutionnaire , dont les profes- 
«( seurs étoient à la Montagne et aux Jacobins, et dont 
« les missionnaires propagèrent avec tant de succès ce 
«t qu'on a nommé le pur sans^culotisme , ou la dynastie 
« des sans^culottes, h 

Au reste , je le répète , M aury eût-il été le premier 
à prononcer le mot de sans-culottes, que faudroit-il 
en conclure? rien sinon que les brigands s'étoient déjà 
montrés avec leurs hideux haillons. Mais alors, il y 
auroit eu du courage à lui à les dénoncer ; comme il 
fit connoitre à la France étonnée « cet exécrable Jour- 
«< dan, surnommé le coupe^téte , monstre nourri de 
« sang, couvert de forfaits, régicide en espérance, 
<c que l'échafaud, disoit-il , redemande à Paris, et que 
u le ministre d'un roi que ce scélérat voulut égorger, 
«^ le 6 octobre 1789, laisse à la tête d'une armée qui 
u a inscrit sur ses drapeaux : braves brigands de Far'- 
u mée de Vaucluse, » Dire ensuite que Maury seféli" 
ci toit dans les pajrs étrangers d' avoir enrichi la langue 
franqoise de celte dénomination, et qu'il en réclamoit 
la paternité : oh ! M. de Montgaillard , vous oubliez 
qu'on étoit alors en proie à la terreur , et que ce n'étoit 
plus le temps de rire et de vouloir plaisanter! 



NOTi^S... 177 



f m •W*-' «Ail ' 



. t J A * f> ■ - ■ 



NOTE N» 8,,n. .55u 



.1 



LETTRE 

iU>RESSÉ£ PAR LOUIS XVI A If. l'aBBÉ BIAURT. 

3 fënier 179T. 

« M. l'abbë , vous avez le courage des Ambroise , l'é- 
loquence des Ghrysostôme. La haine de bien des gens 
vous environne. Comme un autre Bossuet , il vous est 
impossible de transiger avec Terreur; et vous êtes, 
comme le savant e'vêque de Meaux , en butte à la calom- 
nie. Rien ne m'étonne de votre part. Vous avez le zèle 
d'un véritable ministre des auteb, et le cœur d'un 
François de la vieille monarchie. Vous excitez mon ad- 
miration; mais je redoute pour vous la haine de nos 
ennemis communs ; ib attaquent à la fois le trône et 
l'autel, et vous les défendez l'un et l'autre. Il y a quel- 
ques jours, sans votre imperturbable sang -froid, sans 
vos ingénieuses reparties , je perdois un François tota- 
lement dévoué à la cause de son roi , et l'Eglise un de 
ses défenseurs les plus éloquents. Daignez songer que 
nous avons besoin de vous ; que vous nous êtes néces- 
saire, et qu'il n'est pas toujours utile et toujours bien 
de s'exposer inutilement à des périk certains. Usez avec 
modération de ces talents, de ces connoissaiices, de ce 




courage, dont vos amis et moi tirons vanité'. Sachez 
temporiser; la prudence est ici bien nécessaire : votre 
roi vous en conjure; trop heureux s'il peut un jour 
s'acquitter envers vous ^ et vbus prouver sa reconnois- 
sance , son estime et son amitié, 

■ M Louis. »» 



.à. I 






• /■.. 



I 

• • < I 



■ i . '.' * 



. ■ • I 



'\ 



I . 

•à . 



;■•.• ;. . ;r. 



.-,. 'f > ' 



I, !• 1 ■ . 



: . . • c : ' 



/l ■•<... 



; 



;•> , '■ ■ 



Kt 



NOTES. 



»79 



B(B 



NOTE N» 9, p. 6i. 

En parlant du dévouement héroïque de l'abbé Maury^ 
M. le cardinal Zëlada Tèut dësi^poiier ici les derniers 
efforts qu'il fit pour défendre les droits dit saint-siége 
sur ÀTignon. M. Charles Lacretelle dit y m$lçir<^ de 
France f t. VIII , que jamais son éloquence n!a\»çit été 
plut adroite et plus mesurée. Jamais pourtant , cp me 
semble y il n'avoit montré plus dé vigueur oratoire. 
Pour le prouver y il me siuffira d'une seule citation pp?ise 
dans l'exorde même du discours (|u'il prononça le 24 
mai 1791* « Messieurs, dit-il, iilterrogés sur cette ({uesr 
« -tion : Avignon et le comtat sont 'ils 9 ou ne sont-ils 

* point partie intégrante de V empire françois ? Vous 
« avea r^oliï la question ainsi posée ^ en vous décidanjt: 

« à une très-grande majorité pour la n^ative You^ 

« dites non : Eh bien! je vais vous répondre en trois 
« lettres , en disant oui. C'est s'avouer vaincu. que d'o- 
«c ser nier l'évidence... Le décret que vous ave? rendu 
«* a été consigné dans deux cetts journaux qui sont au- 
^ tant de témoins que vous ne pouvez ni récusée ^ ni 

* «iontvedire, sans vous dénoncer à la France entière , 
«I cQuuné H»e troupe d'insensés. .. , 

!« Dès qcie la minorité eut aihsi succombé , elle s'as* 
«^ sembla- •itHméd^tement après la séanee ^au club des 
n> ijaceftins^ et là on imagiika: d'iyMMiler le décret, ^n le 



l8o NOTES. 

» faisant réformer le iendemaln matin à la lecture du 
M procès-verbal. 

«. Le rendez -vous fut donne à tous les membres de 
« cette minorité y qui composent ordinairement ici la 
M majorité. On arrêta le plan d'attaque , et on distribua 
M les râles. M. . . . . auquel il faut décerner toute la gloire 
« de cette incroyablç^ commission , dont il eut l'humi- 
« lité de se charger; M..... qui avoit été la veille de 
« nôtre avis^ et qui avoit acquis sans doute de grandes 
« lumières sur le fond de la cause , en apprenant le 
« soir que le souverain , qu'on appeloit autrefois sim- 
M plement le peuple, avoit poursuivi jusque dans leurs 
« maisons , les défenseurs de la souveraineté du pape 
M sur Avignon , en demandant leur tête à grands cris; 
H' M...'.. , fidèle sujet de ce nouveau souverain , auquel 
« je vous prie, Monsieur le président , d'imposer silence 
« dans ce moment , ^ ses huées, que je ne prendrai ja- 
M mais pour des lois, continuent à m'interrompre; 
« M..... ouvrit l'avis de déclarer que nous n'avions 
'« rien décidé, et d'anéantir ainsi notre décret, à la 
(c lecture du procès-verbal. 

« On veut donc vous forcer. Messieurs, par des 
~« moyens ténébreux et lâches , d'infirmer le vteu de la 
« ihajoritë ; vœu auquel tious nous sommes soumis dans 
M des occasion^ beaucoup plus importantes ; vœu dont 
u le peuple lui-même a si bien senti toute la force et 
<i toute l'évidence ,' qu'il a voulu nous punir de inort , 
«« uoiïs qu'il en regatdoit coinme les véritables moteurs ; 
« Vœu que cette ndtfltitudiâ: Im déliré à légaUsé aux 



NOTES. 



l8l 



u yeux de l'Eui'ope entière , par Tatrocité de ses me- 
« naces, qui en ont du moins atteste' le vrai sens; vœu 
a enfin que vos tribunes elles-mêmes n'oseront pas mé- 
« connoitre , puisqu'elles ont voulu le sceller de notre 
.M sang y et que des hommes lil^res et justes ne peuvent 
« ni le de'savouer ni le combattre ! 

M Puis -je espérer enfin , après trois victoires si ré- 
« centes et si décisives, que ce quatrième combat sera 
« le dernier? — ' Oui, oui, répondez - vous , parce que 
H VOUS vous flattez d'avoir assez travaillé les esprits 
(1 hors de l'assemblée , pour conquérir la majorité des 
« voix , que vous n'avez jamais pu obtenir jusqu'à ce 
» jour. Je prends acte de ce vœu unanime qui appelle 
•c un décret définitif; et que personne ne cherche plus 
« à gagner demain sa cause , après l'avoir perdue au- 
^a jourd'hui à la tribune. »» 

Or , dans cette même séance , le décret rendu par 
l'assemblée nationale, à la suite d'un appel nominal, 
prononça solennellement « que la pétition de la mu- 
H nicip alité et des habitants d'Ax^ignon ne servit' pas 
a admise; qu'en conséquence cette ville ne serait pas 
M réunie à la France; et l'article proposé par les comi" 
«« tés, pour opérer cette réunion , fut rejeté. »» 

Voilà certes un assez beau triomphe ! C'est en ce 
genre un des plus extraordinaires que l'on puisse citer. 
Ainsi donc, d'après le jugement porté par M. Lacre- 
iclle sur ce même discours , d'après ce jugement, dis-je , 
que l'assemblée tout entière ratifia par ses glorieux 
suffrages, ne suis- je point autorise à conclure que la 



l82 NOTES. 

véhémence et l'énergie n'excluent pas la modération ; 
bien plus, qu'elles en deviennent les compagnes fidèles 
toutes les fois qu'un orateur est assez habile pour savoir 
les employer avec discernement, pour entraîner les 
esprits qui veulent être eliranlés par de fortes secousses, 
après que la froide raison a opéré tranquillement son 
œuvre ? Maury en a fait souvent l'expérience ; mais , 
disoit-il, c'est là le secret du métier» 

Cependant ce décret si solennel ne termina pas la 
question. Vers la fin des séances de l'assemblée cons- 
tituante, on eut recours à de nouveaux subterfuges 
pour la remettre sur le tapis. Maury redoubla d'efforts 
afin de repousser ces attaques , et il soutint , le 12 et le 
i3 septembre 1791 , deux combats plus acharnés encore 
que les précédents. Peut-être eii seroit-il sorti à son 
avantage, la victoire du moins demeuroit indécise, 
quand les chefs du parti qui vouloit , à quelque prix 
que ce fût , envahir Avignon et le comtat , ayant appris 
que le roi viendroit le lendemain prêter serment à la 
constitution, et que le côté droit n'assisteroit pas à cette 
séance royale , profitèrent de la circonstance pour exé- 
cuter leur projet sans aucune discussion. 



NOTSS. itS5 



NOTE No 10, p- 63. 

Cette lettre de M. le cardinal Zélada fut écrite 
le 26 octobre i^gi.Dtos: son diseourà à l^nsâtut, 
Maury l'avoit sans doutft présente à sa pensée, qtuUiâ 
il s'exprima en ces termes au sujet de 0a proïndtfoh 
au cardinalat. « Je n'a vois plus de poste à rèltt|)lir. 
« Rome y SQUS la domination de laquelle J'étbië né , 
« m'ojffroit uœ seconde patrie. Déjà , Foi^àge çrondbit 
M sur la tête de son souverain qui m^appeloit, mie ré^ 
« clamoit, et dont il étoît de mon detoîr d'aller ps^ 
u tager les périls. L'immortel Pie VI m'y prod^foa 
« aussitôt toutes les dignités de moiji état : objétë d'allé 
« bition d'autant moins désirables , qu'elles' n^itti- 
« roient siir nous que la prévention et la haine ; qà'aU 
« lieu de promettre un refuge, elles (lévouoient à la 
« proscription , mais qu'il edi été tâche de refidsér à 
« utie époque où elles ne pouvoient tenter que la fidé- 
<c lité , le zèle et le courage. » 



i84 Net ES. 



mssBaeats 



NOTE N» 11, p". 64. 



' i\ • • ■ ) ! 



,'Ohl Fab/bé, lui dit monseigneur le comte d'Artois , 
i^iyplird'hui Charles X, comme vous êtes grossi! Et 
tmpi, monseigneur, ref vit l'abbé Maury, je w)us trouve 
IfieOf grandi. 

JEn Ilalie, M. le cardinal Archetti, légat, et M. le 
cardinal JoaiUietti y archevêque de Bologne , allèrent à 
sa rencontre. Son. logement lui avoit été préparé chez 
.M. le comte Gnudi, qui avoit été spécialement chargé 
,jpar*le secfétaii*e d'Etat de. prendre ses ordres, pour 
.disposer, son. voyage, jusqu'à Aome. 

Tous les évêques des villes qu'il dut traverser sur 
>an passage, spécialement M. le cardinal Ghiaramonti , 
alors 4vêque.d'Iuu>)a, M. le cardinal Calcagnini^ évê- 
q^e. ■ d'Qsimo , M* lie cardinal Bellisomi-yiévéque de 
Gésène > ^t J\I. le x:^rdinal Honorati , évéque de Sini- 
gaglia, lui rendirent les mêmes honneurâi qu'il avoit 
reçus à Bologne , et plusieurs se lièrent dès-lors avec 
lui d'une manière particulière, entre autres MM. les 
cardinaux Bellisomi et Honorati, pour ne pas mettre 
du nombre Pie YII , à cause de sa haute dignité. M. le 
cardinal Bellisomi, au conclave de Venise, fut lui-^ 
même sur le point de parvenir à la papauté, dont il étoit 
digue par sa sagesse et par ses vertus. M. le cardinal 



NOTES. l85 

Honorati étoit justement regardé comme un des mem- 
bres les plus distingués et les plus savants du sacré 
collée. Yoilà sous quels auspices Pie YI annonçoit 
aux Romains leur nouveau cardinal ! 



r 



86 NOTES. 



NOTÉ N^ 12, p. 64. 

LETTRE 

DE MORMON TEL A l'aBBÉ MAURY. 

Paris, ce 6 décembre 1791. 

M Quoique pour vous atteindre , mon illustre ami y 
la poste n'eût qu'à suivre les traces de la renommée , et 
le brillant sillon de votre gloire, j'ai voulu cependant 
que cette lettre vous parvint par la plus droite ligne y 
et surtout par la plus sûre voie. J'ai lu avec ravissement 
celles qu'a bien voulu me communiquer monsieur votre 
frère; et j'ai joui plus que vous-même des honneurs 
qu'on vous a rendus à Tournai , à Bruxelles , à Co-. 
blentz , etc. Je prévois ceux qu'on va vous rendre à 
Rome ; et tout le monde ici croit vous en voir rougir. 
Dans tous les sens je le souhaite. C'est à nous de nous 
enivrer de votre gloire; c'est à vous de la recevoir, 
comme vous faites , avec une modeste sensibilité. Les 
foiblesses de l'amitié sont excusables ; celles de l'amour- 
propre ne le seroient pas. Mais je ne les crains pas d'un 
caractère et d'un esprit dont la trempe est bien éprou- 
vée. Je vous counois une âme cubique , qui , dans tous 
les mouvements de la fortune , se tiendra ferme sur sa 
base. 



NOTES. 187 

« Ce qui me touche encore plus sensiblement que 
votre triomphe y c'est le spectacle de tant de millions 
d'hommes justes , réunis pour tous l'accorder. A Pai*is 
même 9 dans ce Paris si corrompu, si dépravé, je ne 
connois personne qui trouve exagérée la haute es^ 
time qu'on vous témoigne. Yos ennemis sont réduits à 
se taire , ou contraints d'avouer que ces hommages vous 
sont dus. On sera moins surpris du chapeau que Pie YI 
va vous donner , qu'on ne le fut autrefois des agnus 
dont Benoit XIY gratifia madame du Bocage. Â votre 
égard , l'expression la plus forte de la haine ou de l'en- 
vie n'est plus que le silence ou la confusion. Puissiez 
vous , mon illustre ami , profiter de vos avantages pour 
hâter le salut de notre malheureuse patrie ! Peut-on 
voir froidement et avec indolence l'état où nous som- 
mées réduits ? Ce qui se passe aujourd'hui au manège est 
plus infâme et plus atroce que tout ce que vous y avez 
vu. C'est une bande de cartouchiens qui eu protège des 
millions d'autres, et à qui leur brevet d'inviolables fait 
tout oser. Saint-Lambert, en parlant des deux assem-> 
blées nationales , dit que nous avons passé de Charenton 
à Bicétre. Charenton ne dit pas assez. Bicêtre est plus 
juste, mais trop noble encore. Ceux de vos anciens 
démocrates auxquels il reste quelque sentiment d'hu-^^ 
manité, frémissent des excès où ceux-ci s'abandonnent 
ou menacent de se porter. Ah ! que cet hiver sera long ! 
Ces brigands titrés ont pour eux la populace , et ils Tau < 
ront toujours. La licence et l'impunité ont pour elle un 
attrait qui , loin de s'afibiblir, prend de nouvelles for- 



l88 NOTES. 

ces. Dans ce moment, tout le royaume est inondé de 
Toleurs -assassins qu'on n'ose pas même arrêter, ou 
qu'on relâche après les avoir pris. On ne retient plus 
dans les fers que des innocents. Mais la saine partie de 
la nation , la classe des propriétaires , des cultivateurs , 
des citoyens laborieux, regarde vers le nord. Non, 
mon ami , rien ne peut nous sauver que la confédéra- 
tion des couronnes et la garantie réciproque du repos 
intérieur de leurs Etats, avec l'engagement formel de 
réunir toutes leurs forces contre les factions qui pour- 

roient s'élever Vous concevez, mon bon ami, 

quelle est l'inquiétude de ma femme dans un hameau 
autour duquel il se commet tous les jours quelque vol 
ou quelque meurtre. Elle est au milieu de ses enfants 
comme l'oiseau frissonnant dans son nid. Elle demande 
à s'en aller; et si j'ai l'air d'émigrer, je me ruine. Et 
puis , quel temps pour traverser le royaume avec nos 
enfants ! Où aller ? Quel sera notre asile ? Leur bonne 
mère est dans des transes qui me navrent le cœur. 
Nous sommes sur nos gardes; tout notre monde est 
bien armé ; mais ces précautions mêmes sont alarmantes 
pour elle. Vous connoissez l'amour qu'ielle a pour ses 
enfants : c'est des âmes comme lasienne que l'on peut 
dire : Quœjinxere tintent. 

« Les seuls moments heureux qu'elle ait connus depuis 
long -temps, ont été ceux où elle a reçu des nouvelles 
de vos triomphes. Elle en a été dans un ravissement 
inexprimable. 11 y a plus d'un mois qu'elle vous a écrit. 
Un officier qui alloit passer dans le pays où vous étiez 



NOTES. 189 

encoi'e , s'étoit chargé de sa lettre. Mais vous ne Tavez 
pas reçue , puisque vous n'y avez pas répondu. Elle se 
joint à moi pour vous dire combien tout ce qui vous 
honore nous intéresse et nous enchante , et que jamais 
vous n'aurez d'amis plus vrais, plus tendres, plus 
fidèles que nous. Adieu, mon illustre ami. Tout le petit 
ménage de Grignon, mère, père, enfants, vous em- 
brassent de tout leur cœur. 

« Mabmontel. 

« P. S. Votre graveur m'a fait présent d'un exem- 
plaire de votre portrait , tiré avant la lettre. J'ai éi4 
tenté de n'y écrire que votre nom , avec ces mots : 

« YlE EGREGIUS. 

ce VerbaPan. 

« Ensuite, m'est venue l'envie d'y ajouter quelques 
vers de ma façon. Mais j'attends pour cela votre appror 
bation. Les voici : 

« PoDtIfe y souverains , il défendit vos droits j 

« Et FEarope nous dit que là pom^re romaine, 

«t Maigre tout son ëclat , ponrroit pa jrer à peine 

« Ce qu'il fit pour l'autel et la pourpre des rois. 9 . . - , . 



••>.•?! 



• . * 



iga NOTES. 

M qnants de Home , et il se lia sartout de l'amitié la 
<i plus intime avec monseigneur Gonsalvi y qui n'étoit 
« encore qu'auditeur de Rote. Ce prélat étoit fort ré— 
H pandu. Les cardinaux, les princesses romaines s'a-« 
tt ' dressoient à lui pour avoir l'abbé Maury dans leurs 
a assemblées. Il devint ainsi comme son introducteur 
<t dans toutes les principales maisons, où l'on se près* 
« soit à l'envi pour le voir et pour l'entendf e. Dans les 
« premiers temps , on épioit sa sortie, et il y avoit par- 
« tout foule sur son passage. Une fois par semaine , il 
<» . étoit obligé d'aller à Frescati chez son altesse royale 
«le cardinal d'York qui y faisoit sa résidence, et 
« quaqd M. le cardinal Albani se trouvoit dans son 
àij diocèse d'Ostie, où il passoit presque tous les hivers , 
i(''MatU'y-, qu'il a£Rectionnoit'Singidièrement , avoit du , 
et 4 sa; prière , lui donner égdteiaent un jour de la se- 
«c maine. • • • ; . 

k Voilà* ce don,t j'ai été moirmême .tân6in. Jamais 
« peut-être pareille chose, ne ^étoit vtie à Rome pour 
tt un simple particulier. Mais Maury avoit fatigué toU- 
« tes les bottcl)és de la renommée, et ce n'étoit pas 
« de lui qu'on pouvoit dire : Crescit à ïànginquo reife-^ 
tt rentia. Il sut toujours se tenir à une juste mesure, 
« ' étonnant également par son esprit^ par ses connois- 
«'sances, par son amabilité, et par une réserve mo*- 
« deste qui ^loignoit jusqu'ait soupçon qu'il voulut af*^ 
tt fecter un air de morgue ou de supériorité avec qui 
« que ce fût. A^wsi conserva*t-«il ses premiers amis , en 
« ^s'ien faisant chaque jour des nouveaux. Tout le monde 



NOTES. igS 

« applaudit à sa promotion , et on le vit avec regret 
« prendre le sage parti de se dérober aux honneurs de 
« la capitale , pour aller vivre dans son diocèse de Mon- 
M téfiascone. » 



i3 



194 NOTES* 



NOTE N» 14, p. 72. 

Voici la traduction d'une de ces lettres de PieYI. Elle 
fut adressée au cardinal Maury, peu de jours avant son 
départ pour Montéfiascone , et c'étoit même en partie 
pour prendre son audience de congé , qu'il avoit écrit à 
sa sainteté. 

« Du Vatican , 4 '''^i ^794* 

« Mon cher Maurt , 

« En outre de la lettre autographe que vous avez 
M reçue du roi de Prusse , il nous en a écrit une , de la 
« main d'un secrétaire, pour le même objet. Elles nous 
« ont fait toutes deux beaucoup de plaisir , et nous 
« avons déjà ordonné à monseigneur Stay de faire en 
« réponse un bref épistolaire , dont nous lui avo ns 
« nous^même suggéré les idées. En attendant , nous 
«« nous empressons de vous renvoyer votre susdite lettre 
«< ci-incluse, et nous vous en faisons notre compli- 
M ment. 

(K M. de Breteuil â mandé au cardinal de Bernis que 
« ce roi a résolu de joindre quatre - vingt mille hom- 
M mes de ses troupes à celles des alliés. Un pareil ren- 
« fort devroit rendre les forces de la coalition supé- 
« rieures aux républicains françois. 



NOTES. igS 

« Puisque vous voulez venir jeudi prochain dans la 
n matinée , à Saint-Pierre, nous vous y reverrons très- 
« volontiers ; et en attendant , par anticipation , nous 
M vous embrassons en esprit, et nous vous donnons no- 
te tre paternelle et apostolique bénédiction : •< Ed in- 
« tanto anticipiamo ad abbracciarla in spirito, ed in- 
« sieme le diamo la paterna apostolica benedizione. » 

Yoilà comment Pie YI écrivoit au cardinal Maury , 
près de deux ans après son arrivée à Rome, au moment 
où il alloit te voir pour la dernière fois. Peu de jours 
auparavant , il lui avoit adres^ un autre billet qui se 
termine ainsi : £t en finissant, nous %h>u8 donnons affeC" 
tueusemeni notre bénédiction paternelle apostolique t 
« Restiamo dandovi affettupsamente la paterna apos« 
« tolica benedizione* » 

Certes ^ il y a loin de ces expressions si douces^ si bien- 
veillantes, à l'étiquette austère du protocole des souve- 
rains pontifes dans leurs correspondances , même avec 
les cardinaux. 



/ 



ig6 MOTES. 



NOTE N« 15, p. 72. 

Après les distinctions si marquées et si éclatantes jcpie 
l'archevêque de Nicée avoit reçues à Francfort ; après 
tant de témoignages de la bonté et de la clémence de 
Pie YI envers le cardinal Maury, qui ne se démen- 
tirent jamais , puisqu'il eut la sagesse ou le bonheur de 
quitter Rome aussitôt yrès sa promotion , on est tout 
surpris de lire cette phrase dans les quatre Concordats , 
tom. II : u Pie YI le fit archevêque de Nicée, et l'en- 
M voya comme nonce au couronnement de l'empereur 
« à Francfort. // rCj- eut pas de succès : il ne réussit 
tt pas davantage à Rome, » Si M. de Pradt ignoroit 
les faits , il n'auroit pas dû , ce me semble y s'en faire 
l'historien. S'il les connoissoit , il est donc bien difficile ! 
Maury , au contraire, étoit confus, il s'humilioit, et il 
écrivoit à sa cour : « Je me sauvai comme je pus dans 
M la foule , au milieu des applaudissements que l'on me 
« prodiguoit de tous les côtés. » 



NOTES. 197 



NOTE NM6, p. 74. 
LETTRE 

DE S. A. R. MONSIEUR A N. S, P. LE PAPE PIE \I. 

« Turin , ce 19 février 1794* 
« Très-saint-père , 

« M. le cardinal de Bernis s'est acq)uittë de la com- 
mission dont votre sainteté a bien voulu l'honorer , 
en m'aononçant de sa part qu'elle est dans l'intention 
d'élever à la dignité de cardinal M. l'archevêque de 
Nicée/pour lequel j'ai osé solliciter cette grâce. Péné- 
tré de rcconnoissance pour cette nouvelle marque de 
l'amour paternel de votre béatitude, qu'il me soit 
permis de joindre à mes remercîments, un compli- 
ment de félicitation sur cette grâce même qui prouve 
combien votre sainteté sait récompenser le mérite de 
ceux, qui y comme M. l'archevêque de Nicée, se sont 
dévoués avec un courage si éclatant à la défense de 
la foi de Jésus-Christ et du trône de saint Louis. Je 
me suis empressé d'annoncer cette heureuse nouvelle 
à mon frère , et je supplie votre béatitude de me per- 
mettre d'être ici l'interprète de sa vive et profonde re- 
eonnoissance.. L'évêché. de Montéfiascone, que votre 



ig8 NOTES. 

sainteté daigne joindre à la pourpre romaine en faveur 
de M. l'archevêque de Nicée , est pour nous un nou— 
veau motif de gratitude. 

M Enfin les expressions touchantes de bonté dont 
votre béatitude s'est servie en parlant de ma famille et 
de moi y et que je mérite peut - être par ma sincère 
dévotion envers le saint-siége, ajouteroient encore, s'il 
étoit possible, à ma profonde vénération et à mon 
amour fiUal pour la personne sacrée de votre sainteté. 

«c Je suis j 

« Très-saint-père, 

« Votre très-dévot fils 

M LoUIS-STANlSLAS-XAVlBa. » 



LETTRE 

DE S. A. A. MONSIEUR A M. LE CABEHNAL MAUat* 

u A Turin, ee 19 fëTrier 1794* 

« J'espère , monsieur, que M. le cardinal de Bemis 
vous aura dit de ma part avec quelle joie j'ai appris 
votre élévation à la dignité de cardinal , et je ne dois 
pas vous dissimuler que dans la lettre que j'ai écrite 
à sa sainteté pour la remercier , j'ai pris la liberté de 
la féliciter de cette grâce qui honore autant le souve- 
rain qui l'accorde , que le sujet qui la reçoit. Je l'ai 
demandée an pape pour vous ^ il est vrai ; mais vous ne 



NOTES. igg 

me la devez pas pour cela ; vous la devez à l'intrépidité 
avec laquelle vous avez défendu l'autel et le trône 
contre les sacrilèges destructeurs de l'un et de l'autre. 
Yous êtes maintenant à portée de servir notre patrie (car 
tout né sujet de sa sainteté que vous êtes , la France 
vous revendiquera toujours) d'une manière peut-être 
moins brillante pour vous, parce qu'elle sera moins 
dangereuse , mais non moins utile pour elle , et je suis 
sûr que vous continuerez à lui consacrer les grands ta- 
lents que Dieu vous a donnés. Ils lui sont plus néces- 
saii^es que jamais , et l'Eglise de Montcfiascone ne doit 
pas seule vous occuper en entier. 

« L'empressëiftent de jouir d^une chose si désirée 
m'avoit fait penser à adresser cette lettre à mon cousin, 
M, le cardinal Maury , et à l'écrire en conséquence ; 
mais la date nit'en a empêché, et quoique je sache bien 
qu'elle sera reçue par M. le cardinal Maury , c'est en- 
core à M. l'archevêque de Nicée qu'elle doit être 
adressée. 

M Recevez de nouveau, nionsieur, mes très-sincères 
félicitations, et l'assurance de tous mes sentiments 

pour vous. 

« Louis-Stanislas-Xayier. » 



2^0 NOT£S. 



DILECTISSIMO Ilf CBRISTO FILIO IfOSTRO LUDOVIGO-STANISLAO- 

XAVERIOy COMITT PROVINCIiE. 

Plus PP. VI. 

« Dilectissiine. Pergratum nobis est , dilectissime in 
« Christo fili noster, quôd quas officii partes tecum. 
M nostro nomine peiegit venerabilis frater noster 
« S. R. E. cardinalis de Bemis , tibi peracceptae fue- 
« rint , hujusque voluDtatis, unàque tuae in nospietatis 
M testes esse volueris bumanissimas litteras tuas. 

« Munerare qùidem voluimus prseclara ventrabilis 
M fra^is archiepiscopi Nicsni mérita, qui incredibili 
u animi studio ac fortitudine in sumin^ se discrimina 
<c conjecerat , ac penè devoverat , ut Jesus^bristi reli- 
« gionem, sanctique Ludpvici solium in Borbonicâ 
M yestrà domo constitutum , necnon et apostolicae sedis 
M jura contra impiorum , perûdoruinque hominum fu- 
H rorem defenderet ; eumque proptereà et cardinalatu , 
« et episcopatu Montis-Falisci dignum existimavimus, 
<c ac jam in utrumque hune Ecclesiae gradum die 21 fe- 
« bruarii eveximus. Qoc tantô ei jam libentiùs j^cimus , 
« qu6d id ipsum tibi tuoque germano fratri peraccep- 
« tum futurum judicaremus. 

« Maximum igitur facti hujus nostri fructum jam 
M consecuti videmur ex tam cumulatâ grati in nos animi 
tt vestri significatione , neque non in posterum magnum 



NOTES. 201 

fi iiein exstiturum sperainus ex egregîâ tantorum inu- 
« neram perfanctione ab hoc novo cardinali et epis- 
« copo prsestandâ, qualem certè ab ejus singulari in- 
« genio, perspectâque Toluntate expectamus. Nihil hic 
« necesse est , dilectîssime in Chiisto fili noster , ut 
« tibi confirmemus , quanto animi ardore inflammati 
« simus ad fundendas quotidiè Deo preces , ut aliquem 
« tandem finem tantis aerumnis et cahunitatibus ves- 
« tris imponat, utque conversis rebos, revocatisque 
« ab insanià ad sanitatem in^Gallià mentibus, vos in 
« vestram domnni , vestrumque regnum unà cum Jesu- 
M Christi fide ejusque ministris , omnibus plaudentibus 
« ac gratulantibus regibus ac populis, pro sua misera- 
« tione tandem reducat. Hsec assidua vota nostra sunt , 
M hâc spe in maximis horum temporum angustiis sus- 
« tentamur. Nos ipsi tune in Tobis y quos summo pa- 
« terno amore Anplectimm*, et in vestro per vos re- 
« cepto dignitatis, potestatisque gradu triumphare 
«< quodammodô unà cum universâ Ecclesià yidebi- 
tt mur. Intérim apostolicam tibi benedictionem , di- 
« lectissime iu Christo fili noster, in caelestium mu- 
« nerum auspicium , ex - intimo corde depromptam 
u amantissimè imper^imur. 

u Datum Romœ die 26 februarii i794> pontificatûs 
M nostri anuo vigesimo. » 



. ■ '■ 



"n 



202 



NOTES. 



À NOTAE TEES-CBER TILS EN J]^3llSrCHRIST L0UIS-STANI5LAS- 

^VIEil, COlfTE lUS PAOYEirCE. 



PIE TI, PAPE. 

« Notre très -cher fils, nous avons été charmé que 
la participation officieuse qui vous avoit été donnée en 
notre nom , par notre vénérable frère de Bernis , cardi- 
nal àe la saiiite Église romaine , vous ait été agréa- 
ble , et que vous ayez bien voulu nous l'attester vous* 
même par une lettre remplie de bienveillance et de dé- 
votion pour notre personne. 

<c Nous avions voulu, il est vrai , récompenser les 
mérite» signalés de notre vénérable frère l'archevêque 
de Nicée, qui avoit affronté les plus grands périls , et 
s'étoit dévoué tout etitier , avec une ardeur et un cou- 
rage incroyables, pour défendre coilre la fureur des 
impies -et des perfides, la religion de Jésus-Christ, le 
trône de saint Louis transnûs à votre famille des Bour- 
bons^ ainsi que les droits du siège iqK>stolique; et c'est 
pourquoi , le jugeant digne du cardinalat et de l'évêché 
de Montéfiascone, nous l'avions élevé le 21 février à 
ces deux dignités de l'£glise. Mais cette détermination , 
nous l'avions prise d'autant plus volontiers , que nous 
savions qu'elle vous seroit agréable , à vous et à votre 
frère. 

M Ainsi nous croyons en avoir déjà recueilli un très- 
grand fruit, dans les magnifiques témoignages de 
votre gratitude , et nous espérons également beau- 



NOT£5. 205 

coup dans la suite , du génie extraordinaire et du zèle 
à toute épreuve de ce nouveau cardinal -evéque qui 
saura pleinement correspondre à notre attente , dans 
l'exercice de ses hautes fonctions. 

•c II est inutile , notre très-cher fik^ de veu« coAÛr* 
mer avec quelle ferveur nous offrons chaque jour à 
Dieu nos prières , pour qu'il mette enfin un terme à vos 
afflictions et à vos malheurs , et que par un heureux 
changement, faisant succe'der en France la raison à la 
folie , il daigne dans sa miséricorde vous re'tablir dans 
vbs anciennes demeures et dans votre royaume j avec la 
foi et les ministres de Je'sus-Christ , au milieu d^un çon- 
cert de joie et de félicitations des roiis et des peuples. 
Tels sont nos vœux de tous les moments, telle est l^és- 
pérance qui nous soutient dans ces temps des pliis ter- 
rîbles calamités. Nous -même, lorsque vous irecouV^re- 
tefL votre dignité et votre puissance, nous croirons, en 
quelque sorte , triompher avec toute l'Église , de inème 
qu'avec vous que nous embrassons de l'àmour le plus 
paternel. En attendant, notre très -cher fils en Jésus- 
Christ , nous vous donnons du fond de notre cœur , la 
bénédiction apostolique , comme un présage des bien- 
faits célestes. 

« Donné à Rome, le 26 février 1794 7 1^ vingtième 
année de notre pontificat. » 



204 NOTES. 



LETTRE 



DE HONiEIGirEVR LE COBfTE d'aRTOIS A IVOTRE SAINT- PERE 

LE PAPE. 



M Hamm, ce 36 février 1794* 
« Trés-saint-père, 

H Je prie votre sainteté de recevoir tous mes remer- 
ciments les plus sincères sur le chapeau de cardinal 
qu'elle a bien voulu accorder à M. l'abbé Maury. Cette 
distinction honorable dont elle a daigné revêtir cet élo- 
<pient et courageux défenseur de Vautel et du trône, 
exige toute la reconnoissance de ceux qui sont forte- 
ment attachés à notre sainte religion et à leur légitime 
souverain. 

« A ce double titre recevez, très-saint-père , l'hom- 
mage de mon respect filial, de ma profonde vénération 
pour votre béatitude , ainsi que de ma dévotion envers 
le saint-siége. 

« Je suis, 

« Très-saint-père, 

« Votre très-affectionné et très-dévot fils 

« Charles-Philippe. ^ 



NOTES. 2o5 



LETTRE 

DE MONSEIGNEUR LE COMTE d'aRTOIS A SON ÉMINENCE 

LE CARDINAL MAURY. 

« Hamnoy ce a5 fôyrier 1794* 

« Mon cousin , je ne veux pas perdre un instant pour 
vous faire tous mes compliments y et pour tous témoi- 
gner ma vive satisfaction sur la grâce que sa sainteté 
yient de vous accorder. 

<c Le vicaire de Jésus-Christ sur la terre est le digne 
ministre de ses volontés , lorsqu'il récompense le vrai 
courage autant que le vrai talent. Cet événement est un 
augure favorable pour le succès de la cause de Tautel , 
du trône et de l'humanité. Ce motif seroit suffisant 
pour me faire jouir de votre bonheur ; mais ma joie est 
augmentée par les sentiments d'estime et d'amitié que 
je vous ai voués pour la vie. 

M Je suis, mon cousin , 

« Votre affectionné cousin 

« Charles-Philipfe. » 



206 NOTES. 



IP LETTRE 

0B M05SEI6NEI7E LE COMTE d'aRTOIS. 

<c Hamm , ce 35 fëmer 1794. 

« Je viens de tous écrire en cérémonie , mon cher 
cardinal, pour vous faire mon cpmpliment sur la di- 
gnité que vous avez si bien acquise. Mais comme je me 
flatte bien que nous aurons par la suite quelques affaires 
à traiter ensemble , je veu^ reprendre tout de suite 
avec vous la manière que je ne quitterai pas. 

« Vous avez reçu une récompense bi^n méritée. A 
pvësent vous trouyerez encore plus de plaisir à rendre 
de nouveaux services à la cause que vous avez si bien 
déSog^w^ Je n'ai pas dans ce moment de grandes oc^ 
ca^ion^ à vous offrir , mais yotre zèle en fera naître y et 
croy^ qu'il s'en pr^nteri^, et que dans toutes les oc^ 
<^QIK^iA compterai sur vqus, comme sur un. de muea 
an[ii# fidèles* 

<c Plaignez-moi tant que je resterai dans la. cruelle 
inaction où je gémis encore , mais bénissez Dieu le jour 
où vous saurez que je suis en activité. C'est à quoi je 
travaille de tout ce que j'ai d'âme et de forces , et si je 
ne m'aveugle pas, Thorizon commence un peu à s'é- 
claircir. 

« Adieu , mon cher cardinal , ne doutez jamais de 
tous les sentiments que vous m'avez si bien inspirés. 

« Charles-Philippe. » 



NOTES. 207 



DILECTISSIHO IN ClfRISTO FILIO NOSTRO CAKOLO - PHILIPPO 

COMITl ARÎlESliE. 

Plus PP. VI. 

' K Dilectissime. Ad officiuni nuper nobiscum perac- 
« tu m à germano fratre tuo dilectissimo in Ghristo filio 
« nostro Ludovico-Stanislao-Xaverio Provinciae co- 
« mite , quôd ad cardinalitiam dignitatem evexerimus 
<c dilectum filium nostrum Joannem Sifredum Maury , 
« ipse nunc aliud pro tuâ parte adjungis itidem nobis 
« jucundissimum , ac ob noyum hoc grati in nos animi 
« testimonium multô adhuc magis id factum nostrum 
« nobis ipsis placet , ac probatur. Plurimùm illi à no- 
« bis deberi censuimps , quôd singulari studio , virtute, 
« constantià in Gallico illo nationali conventUy reli- 
<c gionis regiseque potestatis jura, nullis vel yitae in- 
<( tentatis periculis deterritus defendere nunquàm in- 
(( termiserit. Ob utramque banc , tam Dei , quàm régis 
« causam ipsum egregiè de nobis esse meritum judica* 
« yimus, atque idcircô maximis, quibus possemus, 
« honorum prsemiis decorandum. Ex quo conjicerQ 
« facile potes, dilectissime in Gbristo fili noster , quan- 
« tam de vestrse Borbonicae domùs rationibus partem 
« in nos suscipiamus, quantùmque vestris doleamus 
« aerumnis, et quâ paterni onimi contentione apud 
« omnipotentem Deum instemus, ut cum sanctissimâ 



208 NOTES. 

<c religione tu ipse, fraterque tuus , uuiversique qui è 
« regiâ familiâ sunt , caeterique pariter qui in fide erga 
« Deum ipsum , regewque constiterunt , in Galliam, ac 
« ad propria jura tandem remigretis. Ac in hujus vo- 
«< luntatis, fiduciseque nostrs pignus.apostolicam be- 
» nedictionem tibi , dilectissimè in Christo fili noster, 
« ex intimo corde depromptam , amantissimè imperti- 
u mur. 

a Datum Romae die 5 aprilis 1794^ pontificatûs nos- 
« tri anno vigesimo. » 

A NOTRE TRÈS-CHER FIL8 EN JESUS-CHRIST CHARLES-PHILIPPE , 

COHTE d'aRTOIS. 

PIE YI, PAPE. 

u Notre trèsK:her fils. Aux actions de grâces que nous 
a adressées dernièrement notre très -cher fils le prince 
Louis - Stanislas -Xavier , comte d€ Provence, votre 
frère , de ce que nous avons élevé à la dignité de car- 
dinal notre très -cher fils Jean Sifrein Maury, vous 
avez bien voulu joindre de votre part des remerciments 
particuliers qui nous ont été aussi extrêmement agréa- 
bles. Ce nouveau témoignage de votre reconnoissance 
est pour nous un motif de plus de nous applaudir et de 
nous féUciter de ce que nous avons fait pour le mériter.. 

« Nous avons pensé que nous devions beaucoup à 
celui qui, au milieu de cette assemblée nationale de 
France, a défendu avec tant de zèle, de force et de 



NOTES. 70C) 

constance , les droits de la religion et ceux de l'autorité 
royale , sans que les dangers dont sa vie étoit menacée 
aient pu un seul moment le détourner de ce soin. 

« Nous avons jugé qu'en défendant ainsi cette double 
cause de Dieu et du roi, il avoit également bien mérité 
de nous, et nous avons cru devoir l'en récompenser par 
les plus grands honneurs dont nous puissions disposer. 

« Vous comprendrez aisément par là , notre très- 
cher fils, combien est grande la part que nous prenons 
aux intérêts de votre auguste maison de Bourbon , k 
quel point nous compatissons à vos malheurs, et avec 
quelle effusion de notre. cœur paternel, nous supplions 
le Tout-Puissant de réta))lir en France , en même temps 
que notre. sainte religion , vous, le prince votre frère, 
toute votre royale maison , et tous ceux qui n'ont pas 
cessé d'être fidèles à Dieu et au roi , dans tous les droits 
qui leur appartiennent. 

« Recevez comme un gage des vœux que nous for- 
mons à cet égard , et de la confiance que nous avons 
que Dieu jHgnera les exaucer, notre bénédiction apos- 
tçlique que nous vous donnons ,^ notre très - cher fils , 
du fond d'un cœur rempli de tendresse pour Vous. 

« Donné à Rome, le 5- avril 1794» la vingtième 
année de notre pontificat. » 



^4 



2IO NOTES. 



LETTRE 



DE MONSEIGlŒim LE PRINCE DE CONDÉ AU PAPE. 



« Rothembourç-sur-le-Necker, ce 1 5 mars 1794* 
M Três-saint-pêre , 

« J'espère que votre sainteté me permettra de lui 
présenter à titre de prince , de gentilliomme et de fidèle 
sujet 9 Hommage de mes cemerclments particuliers de 
la grâce qu'elle vient d'accorder à M. l'abbé Maury. 
Il n'est point de ministres des autels, de princes sur la 
terre , de nobles dignes de l'être , de gens honnêtes de 
tous les états, qui ne doivent regarder ce bienfait de 
votre sainteté comme leur étaQt personnel. Grâces lui 
soient rendues l Ce «Dieu terrible qui nous accable'de 
son courroux, laisse percer par elle un raMp consola- 
teur de sa justice : c'est un soulagement à nos maux. Il 
semble nous permettre d'espérer que le bras de ce Dieu 
vengeur cçssera de s'appesantir sur nous, et fera bien- 
tôt rentrer dans le néant les impies , les régicides et les 
scélérats qui couvrent de sang et de crimes le patrimoine 
des Bourbons et le superbe royaume du fils aine de 
l'Église. La noblesse qui m'entoure, très -saint -père, 
me charge de mettre aux pieds de votre sainteté sa vive 
^ et respectueuse reconnoissance de l'éminente dignité 



NOTES. 211 

qu'elle vient de conférer au courageux défenseur de 
son roi. Cette noblesse , si pénétrée de l'amour de ses 
devoirs , forme , ainsi qœ moi , les vœux les plus ar- 
dents pour le rétablissement d'une religion si indigne- 
ment outragée, pour celui d'un trÔne si cruellement 
ravagé, pour la splendeur du saint-siége que votre 
sakiteté occupe si dignement, et dont, au milieu des 
plus violents orages , elle sait si bien soutenir l'éclat par 
la sagesse de ses choix , la prudence de sa conduite , et, 
la constance de son inaltérable fermeté. 

« Je suis avec le plus profond respect > 

w Très -saint - père , 

« De votre sainteté 

u Le très-humMe, très-obéissant et très*dévot fils 
et serviteur 

« IjOUIS-JoSEFfl DE BOURBOW. m 



:2I2 NOTES. 



LETTRE 

DE MONSEIGNEUR LE PRINCE DE CONDÉ A SON ÉMINENGE 

M. LE CARDINAL MAURY. 

u Rothembourg-8ur-le-Necker,ce i5 mars 1794^ 
« Monsieur, 

« Je reçois la lettre que votre éminence a bien voulu 
m'ecrire le 22 du mois dernier. C'est du plus sincère et 
du plus profond de mon cœur que je lui fais mon com- 
pliment sur son élévation à la dignité de cardinal, 
qu'elle a si glorieusement méritée. Enfin nous voyons 
donc une fois la pureté des principes et l'énergie récom- 
pensées. Qu'il soit à jamais béni ce juste et pieux sou- 
verain qui décore de la pourpre romaine l'éloquent dé- 
fenseur de l'Église, de la royauté , de iK noblesse , et de 
la vertu sou£Frante ! Ce chef d'une religion sainte qui 
commande de rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César 
ce qui est à César , a su remplir à la fois , en vous éle- 
vant à la dignité de prince de l'Église , toutes les obli- 
gations que lui imposent la couronne et la tiare, dont 
son front est doublement et si justement orné. 

«c La noblesse f rançoise , armée pour la cause de son 
roi, pénétrée comme moi de reconnoissance et d'ad- 
miration pour vos mâles vertus , me charge de dire à 
votre éminence que sa nomination lui fait goûter un 



NOTES. 310 

moment de bonheur; depuis long -temps elle n'en 
connoissoit plus d'autre que celui de verser son sang 
pour son roi. Comme elle, monsieur, vous avez risqué 
plus d'une fois votre vie pour le servir , et par des cir- 
constances rares dans votre état , vous avez su joindre 
à tous les titres que vous vous êtes acquis à notre véné- 
ration, celui du plus grand courage dans les dangers 
qui vous menaçoient tous, les jours. Ce mérite de plus 
est vivement senti , comme vous pouvez le croire , par 
des gentilshommes françois , à qui le crime n'a laissé 
pour patrie que des camps , pour fortune que l'hon— 
ueur , pour ressotirce que leur épée. 

M Je prie votre éminence de vouloir bien remettre à 
sa sainteté cette lettre de remercîments de notre part , 
présenter à Mesdames l'hommage de mon attachement 
et de mon respect , et compter à jamais sur la recon- 
noissance particulière que je lui dois , ainsi que sur tous 
les sentiments de profonde estime et de sincère amitié 
avec lesquels je suis , 

u Monsieur, 

« De votre éminence 

« Très-affectionné serviteur 

a LoUIS-JoSEPH DE BoURBON. 

a P, S, Mes enfants sont aussi pénétrés que moi^e 
tous les sentiments que votre éminence m'inspire. »» 



2l4 NOTES. 



DILECTU FILIO NOBILl VIRO LUDOVICO - lOSEPUO BOBBONIO, 

PRINCiri DE CONDÉ. 

Plus PP. VI. 

« Dilecte fili nobilis vir salutcin. Cùm dilectum fi- 

*> liuin nostrum Joannem Sifreduin Maury ad sanct% 

« nostrac Ecclesiae cardinalatûs dignitatem evehere- 

« mus, in aniino habuimus, ut ejus singularia de re- 

« ligione , regiâque potestate mérita , quas summâ elo- 

« quentiae vi , iiivictâque animi fortitudine in national! 

a Gallico conveutu propugnare nunquàm destiterit^ 

it illud consequerentur à nobis praemium , per quod 

<i bonis omnibus patere possit, quantoperè nostrâ in- 

» teresse existimemus non solùm quae pro Deo, pro 

M Ecclesiâ , pro apostolicâ sede , sed et pro christia- 

<t nissimi régis, regnique causa in hâc temporum ini- 

« quitate tam strenuè suscepta , tamque constanter ab 

M ipso peracta sunt : proptereà majorem in modum 

M gavisi sumus , cùm ex tuis litteris agnosceremus , 

M dilecte fili nobilis vir, et conunendari à te factum 

« id |K>strum , et plurimas idcircô nobis agi gratias , 

« tuumque hoc officium illo excepimus animo , ut par 

« crat, ab eo qui è Borbonicâ famiUâ esses, qui Gallicae 

« noBilitatis princeps, quique pro egregiâ virtute tua, 

u tui gencris, tuorumque majorum memor, splcndida; 

« miiitia; extulisti signa , eosquc evocasti qui in pris- 



^ ROTES. ai5 

« tinà perslant flde, ut pro tuà parte unà cum iisdeniy 
« cumque fiUo» ac nepote tuo, qui tais ad gloriam in- 
« cedunt vestigiis^ omnîa sacra , cÎTÎlia, justitiaeque , 
« ac ipsius humanitatis jura yindicares. Dùm igitur 
M gratos nos tibi, tuisque, qui te armati circumstatit , 
<( nobilibus viris ob bas îpsas nobiscum peractas studii 
«• in nos , ac observantiae partes profitemur , dùm 
«« prsBStantis magnitudinem consiUi, animique robur 
« admiramur, ipsum exercituum Deum imploramus, 
«• ut Capta à Yobis pro ejus causa sustineat arma, 
M vosque vel paucos contra immensam impiorum mul- 
M titudinem TÎctores constituât, ac ad vestra jura, pa- 
u triamque omnipotenti suâ dexterâ deducat. Hisce 
*« nos precibus , atque auspiciis prosequimur militiam 
i( yestram , nobilitatique tuae peramanter impertimur 
M apostolicam benedictionem à te itidem nostris ver- 
« bis cum inclytis comilitonibus tuis communicandam. 
M Datum Romae die 9 aprilis 1 794, pontificatus nostri 
« anno vigesinio. » 

A VOTRE CH£R FILS LE NO»LE HOMME LOUIS -JOSEPH DE 

BOURBOIf , PamCE DE CONDÉ. 

PIE VI , PAPE. 

u . Cher ûls, noble Lomme, salut. Lorsque nous avions 
élevé notre cher fils Jean Sifrein Maury à la dignité de 
cardinal de la sainte Eglise romaine , nous avions voulu 
que les services signalés rendus par lui à la reUgion et 
à la monarchie , qu'il n'a jamais cessé de défendre avec 



:2i6 nojiùs. 

une grande éloquence et un courage invincible , clans 
l'assemblée nationale de France, reçussent une récom- 
pense qui démontrât à tous les gens de bien combien il 
nous étoit à cœur de reconnoitre ce qu'il a fait , non- 
seulement pour la cause de Dieu, pour l'Eglise, et pour 
le siège apostolique, mais aussi pour la cause du roi 
très-chrétien et de la France, qu'il a défendue, dans 
ces temps calamiteux, avec tant d'intrépidité et de 
constance. Nous avons éprouvé encore plus de joie d'en 
avoir agi de la sorte , en apprenant par' votre 'lettre , 
notre cher fils noble homme , que vous louiez notre 
conduite, que vous l'approuviez hautement, et que 
vous nous eu rendiez de grandes actions de grâces. 
Nous avons donc accueilli vos félicitations avec les 
sentiments dus à un prince de la maison de Bourboo , 
qui est à la tête de la noblesse de France , et qui , dans 
son grand cœur, ne pouvant oublier ni sa naissance, 
ni la valeur de ses ancêtres , a levé les étendards d'une 
honorable milice , pour y appeler ceux qui, fidèles à la 
foi de leurs pères , se sont réunis à lui , à son fils et à 
y>n petit-fils , pour suivre leurs traces dans le sentier 
de la gloire, et pour défendre tous les droits sacrés et ci- 
vils, de même que les droits de la justice et de l'hu- 
manité elle— même. Pendant que nous vous exprimons , 
à vous , et aux nobles qui sont en armes à vos côtés , 
notre gratitude pour cette preuve de sensibilité et d'at- 
tachement pour notre personne; pendant quS nous 
admirons la magnanimité de cette résolution éclatante 
et la force de votre âme , nous implorons aussi le Dieu 



NOTES. 217 

des armées, pour^u'il protège vos armes consacrées à 
sa cause , qu'il vous donne , quoiqu'en si petit nom- 
bre , la nctoire sur la multitude immense des impies , 
et qu'il vous rétablisse , avec son bras tout-puissant , 
dans vos droits et dans votre patrie. C'est en formant 
ces prières et ces vœux pour votre milice, que nous 
donnons affectueusement la bénédiction apostolique à 
VOTRE NOBLESSE, qui voudra bien la communiquer en 
notre nom à ses illustres compagnons d'armes. 

M Donné à Rome le 9 avril 1 794 9 l'an vingtième de 
notre pontificat. » 



LETTRE 

DU ROI DE PRUSSE A M. LE CARDmÀL MAURY. 

« Postdam, le 3o mars i79{> 

r 

« Monsieur le cardinal , 

« Vous ne risquiez certainement pas de vous abuser 
en comptant sur l'intérêt que m'inspireroit l'obligeante 
communication que vous venez de me faire. Yous con- 
noissez celui que je donnai toujours au sort de ces vrais 
François, que l'amom* de leur religion et de 'leur roi a 
trop longtemps exilés et proscrits. Votre fermeté, 
monsieur, et vos talents vous ont assigné entre eux le 
rang le plus honorable, et en vous en oiVrant la réconi-- 



2l8 BOTES. 

peuse avec le chapeau de cardinal,* le saint-père s'est 
procuré une jouissance digne de son cœur. Quant à 
inoi y je ne puis au moins me refuser celle d%n témoi- 
gner à ce respectable chef de l'Église romaine toute ma 
satisfaction , et je me flatte qu'il voudra bien recevoir 
ma lettre avec les ^ntiments auxquels, les miens me 
donnent droit.. Yous-méme , monsieur , soyez sûr de 
ceux avec lesquels je serai toujours 

« Votre affectionne' 

« FRÉDÉfvIC-GuiLLAUME. » 



SERENISSiMO , AC POTENTISSIMO FKIDERICO-WILRELMD 

BORUSIiE REGI ILLUSTRI. 

Plus Pr. VI. 

•< Serenissime , ac potentissime rex. Quam perce— 
•« peramus animi jucunditatem ex nostrà actione, per 
^ M quatn dilectum filium nostrum Joannem Sifreduin 
H Maury.y virum de onmi supremâ potestate meritissi- 
M . mum , nobisque acceptissimum y ad sanctae nostrae 
«t Ecclesiae cardinalatûs ordinem eveximus ; eam in no- 
«i bis , potentissime rex , majorem in modum amplift— 
M cari sensimus , per humanissimas litteras majestatis 
«< tuae, quibus beneûcentiam in illum nostram tibi per- 
» gratam fuisse signiûcare voluisti. Perspecti certè no- 
H bis eraut regii animi tui sensus , quibus et illlus 



^'OTlLS• 2ig 

« agnoveras mérita , et commiseratus etiam eras Gallo- 
« rum exulum sortem iiupiis civilium factionum turbûs 
« per totum ferè orbem dispersorum , tautôque nunc 
« magis ob hoc ipsum praestantis voluntatis tuae indi- 
« cium gaudemus , quôd eosdem démentis tuae corn- 
« mendatissimos esse videamus. Proptereà, cùm eorum 
« causa valdè soUiciti simus , nos ipsi regiae majestati 
« summas , singularesque grattas persolvimus ; .habi* 
« turique multô adhuc majores sumus , cùm, prout 
u f uturum eonfîdîmus , magnâ tuorum armorum po- 
te tentiâ , unà cmn aliorum regum Tiribus conjiinctâ, 
« illormn injustissimè expulsorum vitam, statom, pâ- 
ti triam, ac jura caetera , eâ redemeris amentium, ac 
« perditorum Iiominum pœnâ , per quam hi ipsi ad 
« mentem, atque humanitatts , omnisquejustitiae officia 
M vel inviti revertantur. Immensus indè, atque immor* 
<t talis ad tuam gloriam accedet cumulus , teque de 
« humani géneris societate prseclarissimè meritàin 

* 

t< posteritas ompis fatèbitur. Id nos ipsi regiae majestati 
<c tuae enixè cnpimus , Deumque omnipotentem obse- 
« cramus , ut te , tuamque regiam domum omnis 
« maximae félicitatis per suam caelestem gratîam faciat 
M cômpotem. - 

w Datuih Romae die 7 maii 1 794, pontificatûs nostri 
M anno vigesimo. » 



220 NOTES. 

AU SÉRÉIVlSSlBfË ET TRÈS - PDISSATfT FRÉDÉRIC - G UILLA15ME , 

ROI ILLUSTRE DE PRUSSE. 

PIE VI, PAPE. 

« Ti'ès-scrénissiine et très-puissant roi. La satisfac- 
tion que nous avons goûtée dans notre âme> en élevant 
à la dignité de cardinal de la sainte Eglise romaine , 
notre cber fils Jean Sifrein Maury , qui a si bien mérité 
de tous les monarques , et qui nous est si agréable à 
nous-méme , cette satisfaction , ô très-puissant roi , s'est 
encore accrue par la lettre si obligeante que votre ma- 
jesté nous a adressée , pour nouS'dire combien elle avoit 
agréé notre bienveillance pour lui. Certes , ils nous 
étoient bien connus ces sentiments d'une âme royale , 
avec lesquels vous aviez rendu justice à ses mérites , et 
déploré le sort des François exilés et dispersés presque 
dans tout l'univers , par les troubles impies des fac- 
tions civiles ; et nous nous en réjouissons d'autant plus 
que ce témoignage d'une bonté si marquée est une 
preuve que votre clémence les a pris sous sa protection. 
Ainsi donc , comme leur cause nous touche vivement , 
nous rendons à votre majesté de grandes et eiLtraordi- 
naires actions de grâces. Nous lui en rendrons- de plus 
grandes encore , lorsque , comme nous l'espérons , vos 
armes puissantes, réunies aux forces des autres mo- 
narques , auront mis en sûreté la vie , l'état , la patrie , 
et tous les droits de ces infortunés si injustement bannis. 



NOTES. 221 

en infligeant aux insensés et aux pervers une peine sa- 
lutaire qui les force de rentrer en eux - mêmes , et de 
suivre les préceptes de l'humanité et de la justice : 
service immense qui rendra votre gloire à jamais im- 
mortelle , et que la postérité tout entière reconnoitra 
en proclamant que vous avez par-dessus tous bien mé- 
rité du genre bumain. Tel est le désir ardent que nous 
formons nous-méme pour votre majesté , et nous sup- 
plions le Dieu tout-puissant de vous combler ainsi que 
toute votre royale famille , dans sa grâce céleste , de 
toutes les plus grandes félicités. 

u Donné à Rome le 7 mai 1794» ^^ vingtième année 
de notre pontificat. » 



aaa notes. 



NOTE N" 17, p. 75. 

Qu'il me soit permis de relever ici en passant, une 
erreur que je trouve consigne'e dans divers me'moires. 
On attribue au cardinal Maury la première idée de Té- 
migration (i), et on lui en fait un grave reproche. Il ne 
m'appartient pas de juger si cette mesure fut libre ou 
forcée , et si elle fut utile ou nuisible à la France. Mais 
je dirai : Si Maury avoit pu donner le conseil d'émi- 
grer, sa faute auroit été bien innocente, puisque sa con- 
duite tendoit au contraire à prouver qu'on ne devoit 
point abandonner la partie si aisément , et qu'il s'est 

(i) JVon emigrabo , est- il dit dans rÉcriture; et le Dante, qui 
avoit connu , par une longue et triste expérience , tous les maux 
de Texil , les raconte ainsi pour Tinstruction de ceux qui pour- 
roient ^tre tentes de fuir volontairement le sol natal : 

Ta lascerai ogni co«a dtletta 

Pin caramente : e qntfto i qufl stralc 

Cbe Tarco dell* etilio pria aaetta. 

Tn proverai si come sa di sale 

Il pane altrni , e com* h dnro calle 

IjO seendere e '1 salir per raltrni srale. 

« Tu te sépareras de toutes tes plus chères aflections^et ce sera 
la première flèche dont Pexil te percera le cœur. Tu éprouveras 
combien le pain d^autrui est amer, et combien il est dur d^avoir 
à. monter et à descendre les oAcaliers des autres. » 

(Le ParaâiSf chant 17.) 



NOTES. 23:i 

plaint bien des fois qu'on ne voulut mettre tout es- 
poir de salut que dans la fuite. Yotci ensuite la profes- 
sion publique de ses sentiments à ce sujet. Je la puise 
dans son discours sur les assignats , prononcé à la tri- 
bune nationale, le 27 septembre 1790. « Les c'migra- 
« lions , dit-il , ont dû sans doute attirer une portion 
« du numéraire dans l'étranger ; mais^ ces émigrations 
« de la peur ne sont pas la cause unique de notre d(f- 
« tresse présente. » 



2^4 NOTES. 



NOTE N° 18, p. 76. 

Il convoquoit alors une assemblée composée des^mem- 
bres du clergé séculier et régulier, ainsi que des plus 
riches propriétaires de la ville ; et après avoir exposé 
les besoins de la population , et la nécessité d'y subve- 
nir, au moyen d'une cotisation générale en grains, 
dont on calculoit la quantité nécessaire , on établissoit 
trois parts, deux pour le clergé, la troisième pour les 
séculiers. Le cardinal Maury en prenoit une entière à 
sa charge , et personne ensuite ne trouvoit sa portion 
trop forte. Tout ce blé étoit porté dans les fours pu- 
blics , où le pain étoit vendu à un prix fixe et raison- 
nable. Ce moyen secourable étoit simple et facile dans 
un pays , où presque tous les revenus sont en denrées, 
et qui vivoit alors sous une administration totalement 
arbitraire, à laquelle on doit principalement attribuer le 
peu de culture des campagnes qui avoisinent Rome ; au 
lieu d'en rejeter toute la faute sur le mauvais air qui 
n'y entre en réalité que pour peu de chose, comme je 
pourrois le démontrer , si j'avois à m'occuper ici d'une 
pareille question. « Est - il juste , disoient les soldats 
« qu'on tiroit de la charrue, est-il juste qu'après avoir 
« usé nos forces à l'armée , il nous faille encore lutter , 
« autour de Rome, contre un sol aride et pestilentiel? 



NOTKS. 220 

« An œquum esse, se , militando fessos , in pestilenti 
« atque arido circà urbem solo lue tari , Titi-Livii , 
<i lib YI ? » Le mauvais air existoitdu temps des anciens 
Romains, et leurs cliamps ne restoient point en friche. 
Mais ils furent condamnés à la stérilité' , quand le luxe 
les eut envahis pour les transformer en jardins de plai- 
sance; à cette époque surtout, où la Sicile , la Sardaigne 
et l'Egypte envoyoient les tributs de leurs moissons à 
un peuple qui ne demandoit à ses maîtres que des spec- 
tacles et du pain , panem et circenses. 



r 



20 NOTES. 



NOTE N° 19, p. 78. 

Je ne puis résister au plaisir de transcrire ici quelques 
lignes d'une lettre que M. l'abbé Mayet m'a adressée 
le 21 juin 1827. « J'ai reçu V Essai sur l'Éloquence de 
M la Chaire, fruit des veilles de mon illustre cardinal 
« votre oncle. J'ai tressailli en recevant ce beau témoi- 
(( gnage de votre amitié. Il m'a fait remonter par la 
« pensée vers ces temps heureux , et déjà bien loin de 
M nous, où sur une teiTe étrangère , mais qui étoit de- 
» venue comme mon sol natal, nous jouissions l'un 
u et l'autre du bonheur d'être dans la société intime 
« de l'illustre auteur de tant de chefs-d'œuvre litté- 
« raires. Hélas ! ces temps sont passés ; et nous ne pou- 
« vons vivre aujourd'hui que de nos souvenirs. J'ai 
« dévoré dès le jour même que ce bel ouvrage m'est 
<; parvenu , le panêgjrique de saint f^incent de Paul, 
« imprimé pour la première fois. Je l'avois transcrit et 
« retranscrit si souvent que ses beautés dévoient m'être 
« devenues bien familières. Eh bien! en le relisant, 
« mes yeux se sont mouillés de tant de larmes , qu'il 
« m'a fallu , pour n'en pas interrompre le cours, dépo- 
te ser et puis reprendre le volume... Vous dirai-je que 
u j'ai un grand regret, celui de ne pas trouver dans 
« cette belle collection de panégyriques , le magnifique 
« discours sur la passion , qui rivalise si bien avec tous 



NOTES. 237 

« ceux que vous avez publiés , surtout avec le saint 
« Vincent de Paul. » M. l'abbe' Mayet avoit été député 
à l'assemblée constituante. Il demeura constamment 
avec le cardinal Maury, depuis 1 792 jusqu'à l'année i8o3 
qu'il revint à Lyon , où sa famille l'appeloit avec les 
plus vives instances. 



22fi NOTES. 



NOTE N« 20, p. 87. 

En publiant une nouvelle édition de V Essai sur VÉ^ 
loquence de la Chaire , j'ai inse'ré à la fin de la ving- 
tième note de V Éloge de Fénelon , tom. II, la copie 
littérale du formulaire qui fut alors adopté par Pie VII, 
quand le sacré collège écrivit par ses ordres à Bona- 
parte. Cette pièce est tellement importante que je vais 
la remettre ici sous les yeux des lecteurs , sans craindre 
de me répéter. Je disois donc : lorsque le cardinal 
Maury écrivit à Napoléon , il ne fit que se conformer 
aux ordres du pape , et voici le formulaire nouveau qui 
lui fut transmis. On eut même l'attention d'y joindre 
le protocole de la lettre qui lui étoit commandée, et 
Napoléon pourtant n'étoit encore que premier consul , 
quand Rome lui déféroit le même trattamento usité 
dans son cérémonial pour les anciens rois de France. 

In cima, — Illustre gênerai , primo console. 

In corpo, — Ella. ( Cet Ella ne peut se rapporter à \f0S' 
ira signoria , qu'on s'abstient de lui donner pour ne 
pas le placer dans la classe commune ; et par là on 
fait entrevoir que le nom de Bonaparte sera bientôt 
changé en celui de Napoléon. ) 

Chiusa. — Mi rassegno con rispetto. 

Solto. — Di Lei illustre gênerai primo console. 



JNOTES. 229 

Soscrizione, — Umilissimo , divotissiiuo , ed obligatis- 
simo servitore. 

Soprascritta. — AU' illustre gênerai, primo console 
délia republica francese, Napoleone Bonaparte. 

Caria da sovrani, 

Sigillo mininw, ( C'est le cachet dont les cardinaux se 
servent pour cacheter leurs lettres au pape. ) 

Je m'astiendrai de rapporter le protocole de la lettre. 
Il est, comme de raison, calqué sur le formulaire lui- 
même, dont il n'est ainsi que la simple application. 



SSO NOTES. 



NOTE N*^ 21, p. 87. 

Ces lignes soulignées font allusion à une' anecdote 
qui ëtoit parfaitement connue de sa majesté. C'est une 
circonstance curieuse de la yie du cardinal Maury que 
je dois conserver. En 1 790 , Louis XVI lui a voit or- 
donné d'assister à la fédération, et la reine Marie- 
Antoinette voulut qu'il portât ce jour -là une cocarde 
de rubans tricolors, qu'elle eut même l'attention de lui 
envoyer la veille de la cérémonie. Louis XVIII n'a voit 
donc pu en aucune manière , être scandalisé de lui voir 
cette cocarde aux Tuileries, quand il y vint le matin 
faire sa cour à leurs majestés. Je crois même , sans oser 
pourtant l'affiimer , que Maury n'avoit pas encore porté 
la cocarde , parce que son costume , qu'il s'étoit fait la 
loi de ne point quitter, n'alloit pas avec un chapeau sur 
la tête. En tout cas , il est évident que la simple allu- 
sion à une telle circonstance devenoit un ordre d'é- 
crire à Bonaparte , du moment où Pie VII en fit un pré- 
cepte formel à tous les cardinaux , et qu'il ne peut y 
avoir le moindre doute que Maury ne fût obligé de lui 
obéir, en sa qualité de cardinal statiste, en se confor- 
mant ainsi à la conduite uniforme de tous ses collègues. 



% 



NOTES. 



23 1 



NOTE N° 22, p. 88. 

N Dans le mois d'août de Tannée 18049 dit le cardinal 
« Maurydans un mémoire qu'il fit imprimer en 181 4» 
« je reçus à Montéfiascone une lettre que je conserre 
« précieusement. Elle m'étoit e'crite , ainsi qu'à tous les 
« autres cardinaux, en vertu d'un ordre formel de sa 
« sainteté' , par le prélat secrétaire de la congrégation du 
u cérémonial, pour m'informer officiellement que le 
« saint-père venoit de reconnoître Napoléon souverain 
« de la France. 

« Je me serois sacrifié sans espérance, sans nécessité, 
N comme sans fruit , en me séparant du chef suprême 
« de l'Église, par un refus isolé, inutile et très-désas- 
u treux pour moi dans ma solitude , où je me trouvois 
« à la merci de la France, alors toute -puissante en 
u Italie. D'ailleurs, j'étois né sujet du saint -siège, 
H j'étois régnicole sans être François d'origine. Cette 
<c considération particulière imposoit à mon obéissance 
« le devoir absolu d'adhérer à la volonté et à l'exem-» 
« pie de mou souverain, dont j'habitois les États où 
(c j'exerçois un ministère public. 

« Dominé par des observations d'un si grand poids , 
« j'écrivis la lettre de félicitation qui m'étoit prescrite ; 
(c mais je pris la précaution d'énoncer formellement 
« dans la première phrase de ma lettre, que je me 



2^2 NOTKS. 

« réunissois à tous les membres du sacré collège pour 
« me conformer aux ordres du pape, en adressant à sa 
a majesté le tribut de mes félicitations sur son avéne-^ 
« ment au trône. » 

Pour détruire ensuite jusqu'à l'apparence d'un der- 
nier reproche qu'on a fait au cardinal Maury, en le blâ- 
mant d'avoir c'crit à l'empereur, tandis qu'il remplissoit. 
disoit-on, auprès de sa sainteté, dés fonctions publiques, 
au nom du roi , je me contenterai de rappeler que sa 
mission ne fut pas même admise par le pape en 1 800 , 
et qu'elle n'aboutit qu'à le faire reléguer à Montéfiag- 
conc. Une seule fois, il se permit, pour des affaires 
particulières, d'enfreindre son ban, et de paroître à 
Rome. Ce fut en 1801 , pendant que M. le cardinal 
Consalvi étoit' venu à Paris , pour y suivre les négocia- 
lions du concordat. M. le cardinal Joseph Doria , qui 
l'avoit remplacé par intérim dans la secrétairerie d'É- 
tat , vint aussitôt tout effrayé dire au cardinal Maury , 
que sa présence étoit vue de très- mauvais œil, et que 
le saint-père e&igeoit son retour immédiat à Montéfias- 
eone. Devoit-il donc se sacrifier à un vain titre , frappe 
de. mort dès son origine , qui n'a voit et ne pou voit avoir 
aucun but politique; et le devoit-il surtout, en déso- 
béissant à un ordre itératif de son souverain actuel, 
dont il auroit encouru l'indignation la plus prompte , 
et qui , en tout cas , étoit bien évidemment sans forces 
pour le protéger contre le ressentiment de ses anciens 
ennemis qui déjà l'a voient proscrit en 1 798 , sans le 
moindre prétexte ? U subit le joug de la nécessité. Or , 



NOTKS. 2^5 

si les plus valeureux soldats peuvent être forcés de ren- 
dre les armes , Maury avoit assez combattu pour avoir 
acquis le droit de capituler aussi , après tant d'autres 
qui n'a voient ni bravé ses périls , ni imité sa constance. 
Au moins , on ne l'accusera pas d'avoir exercé des 
fonctions intéressées. Jamais, sous aucun titre, il ne 
toucha la plus petite rétribution des bienfaits du roi , 
pas même durant les deux années de son séjour, ou 
plutôt de son exil à Venise , lorsque , privé de tous ses 
revenus , mais voulant se dévouer tout entier au ser- 
vice de sa majesté, il se refusait aux offres généreuses 
que l'empereur de Russie lui aidait faites. 



254 NOTES. 



NOTE N^ 23, p. loi. 

Napoléon demanda un jour au cardinal Maury, dans 
le salon de Saint-Gloud , en présence de plusieurs per- 
sonnes, ou il en étoit avec la maison de Bourbon, Il 
répondit quil ai^oit perdu la foi et V espérance, mais 
qu'il conserveroit toujours la charité. Ce mot charité , 
dans l'acception de notre langue, signifie amour, et 
exprime l'hommage du cœur envers Dieu même. Aussi 
Rousseau , dit-il « ( Règle sur l'emploi des mots ) cha- 
u rite veut dire amour, et l'on n'aime jamais que par 
M charité. » Il y avoit quelque courage à vouer un 
pareil sentiment à nos anciens maîtres, devant un tel 
témoin. 



NOTKS. 7.yj 



NOTE N" 24, p. 104. 

« Nous croyons que, sur la demande du cardinal 
« Maury , la classe aura à revenir sur sa délibération 
« antérieure, par laquelle elle a réglé qu'on ne lui 
« donneroit pas le monseigneur; attendu qu'un certain 
M article du Moniteur a paru à beaucoup de personnes 
M indiquer, que l'intention de l'empereur étoit qu'on 
« suivit pour le cardinal Maury l'exemple donné par 
«» Fontenelle recevant le cardinal Dubois (le seul mem- 
« bre qui ait été reçu étant cardinal), et qui l'appela 
« monseigneur , non pas en marmotant ce mot , comme 
« l'ont donné "à entendre d'Alembert et Duclos , mais 
« dans toute la teneur du discours , et à diverses re- 
« prises ; et véritablement cette raison paroit sans ré- 
« plique , vu que les compagnies ne se conduisent que 
»< d'après des usages, et qu'elles sont trop heureuses 
«< d'en avoir auxquels elles puissent se prendre ; et puis 
« qu'est-ce que cela fait?... Ce que j'ai vu assez claire- 
u ment , c'est une malveillance marquée du plus grand 
« nombre des membres de l'Institut , qui ne lui par- 
te donneront jamais de s'être fait appeler monseigneur, 
« ce qui est assurément un motif de Laine bien futile. » 
Mémoires deVahbé Morellet , tom. II. 

Lorsque j'eus l'honneur de présenter à Pie VII le dis- 
cours de réception, sa sainteté me dit : La cosa e andala 



:?56 NOTES. 

bene ;ma il si gnor cardinale conosceva troppo la sua di- 
gnità yper sagrificarVonore del sacro collegio. La chose 
a bien ete; mais M. le cardiual connoissoit trop sa 
diguité pour sacrifier l'iionneur du sacré collège. 



NOTF.S. 0^\ 



2:) 7 



Kl 



u 



NOTE N*> 25, p. io4. 

RAPPORT HISTORIQUE 

SUR l'état et sur les progrès de la littérature 

DEPUIS 1789, RÉDIGÉ PAR CHÉNIER. 

« Le traité où M. le cardinal Maury de'veloppe les 
« principes de l'éloquence de la chaire et du barreau , 
vient de reparoître avec des changements et des addi- 
tions. Il fournit une preuve nouvelle fie l'observation 
« ge'nérale que nous avons faite. Oui , pour bien en- 
« seîgner un art , il faut soi-imême y réussir. Dans l'ou- 
« vrage dont nous parlons , tout fait sentir à quel haut 
« degré l'écrivain possède la matière qu'il traite , et les 
« orateurs célèbres qui furent ses modèles. Lui-même 
« est toujours orateur, soit lorsqu'il analyse les dififé- 
« rentes parties qui constituent le plan du discours ; soit 
« lorsqu'il considère en ce genre d'écrire les beautés et les 
« défauts du style ; soit lorsqu'il caractérise tour à tour 
« la rapidité, la véhémence, la force irrésistible de Dé- 
« mosthènes , l'abondance heureuse et l'inépuisable ri- 
« chesse de Cicéron , l'onction pathétique de Fénelon , la 
M hauteur ou plutôt la majesté sublime de Bossuet, l'aus- 
« térité religieuse de Bourdaloue , l'élégance exquise et 
« variée de Massillon ; soit enfin lorsque exerçant une j us- 



258 ISOTES. 

i( tice plus rare , puisqu'elle regarde un contemporain , il 
« apprécie la révolution que le panégyriste de Descartes 
« et de Marc-Aurèle a opérée dans l'art oratoire. On 
•( aime à trouver un éloquent exorde du missionnaire 
( Bridaine, prédicateur accoutumé aux villages, et 
a tout à coup transporté dans une église de Paris , en- 
« vironné , pour la première fois, d'un auditoire qui 
u pouvoil et qui vouloit lui paroi tre imposant, mais 
(« tirant de sa position même une force inattendue , et 
" se reprochant devant Dieu d'avoir tourmenté la con- 
« science du pauvre , et porté l'épouvante au sein des 
« chaumières , au lieu de réserver les foudres évangé- 
« liques pour tonner contre les vices de l'opulence, et 
'•' contlft l'orgueilleuse corruption des limitants des 
«< palais. Impartial dans ses jugements, l'auteur loue le 
« mérite du protestant Saurin ; mais il blâme en lui l'in- 
'« tolérance , si blâmable en effet dans toutes les sectes 
<( et dans l'universalité des choses humaines. Les An- 
u glois le trouveront sobre d'éloges pour leur arche- 
u vêque Tillotsou; mais aucun ami de la véritable 
« éloquence n'osera lui contester ce qu'il établit, l'ex- 
» trême supériorité des 'grands prédicateurs françois 
« sur ceux de l'Angleterre et du reste de l'Europe. 
» Entre nos orateurs sacrés , Bossuet , leur maître , est 
«< toujours présent à son admiration respectueuse. H 
u nous semble un peu sévère pour Fléchier : peut'^tre 
u même n'est-il pas complètement juste à l'égard de 
« M assillon ; car , s'il le place au-dessus de Bourdaloue 
u comme écrivain, en qualitéd'orateur il le croit inférieur 



NOTES. 23y 

« à Bourdaloue. Cette opinion , long-temps convenue , 
« nous paroît difficile à démontrer. Plein du barreau de 
u l'antiquité , à peine M. le cardinal Maury s'occupe-t-il 
u un moment du barreau moderne. On désire roi t qu'il 
« eût voulu creuser davantage cette mine souvent sté- 
« rile j mais où quelques filons pouvoient être mis en 
a lumière et fécondés par son talent. Au reste, son livre 
u est d'un bout à l'autre , aussi intéressant que solide. 
« La correction , la noblesse et l'harmonie du style y 
<c répondent constamment à la pureté des principes. 
« Après V Essai sur les Éloges , aucun des traités fran- 
w çois composés sur l'éloquence ne peut instruire autant 
« les élèves : ils apprendront, en l'étudiant, quelles 
n règles ils doivent observer, ce qu'il faut éviter, ce 
M qu'il faut suivre , et comment il faut écrire. » 

Quelque glorieux que puisse être pour l'auteur de 
V Essai sur l* Éloquence un jugement si solennel , rendu 
par l'Académie , ce n'est pas pour reproduire des louan- 
ges que je le mets ici sous les yeux des lecteurs. J'ai 
voulu, à l'occasion de cet exorde éloquent, dire enfin qui 
l'a véritablement composé , en révélant le nom du cou- 
pable qui a seul causé la plus singulière de toutes les 
méprises. Mais c'étoit un artifice bien innocent; car 
lorsque Maury attribua ce morceau d'éloquence à Bri- 
daine, pour donner un modèle àw parfait missionnaire 
écrit, il avoit eu l'attention de prévenir le public , que 
Bridaine V a^^oit prêché en i"]^! , et qu'il le rapportoit 
DE MÉMOIRE. Or, il étoit né lui-même en 1746, et il ne 
vint à Paris qu'en i^ôS; tandis que le missionnaire 



24o NOTES. 

mourut eu 1761. Pcrsonue donc ne pou voit être induit 
en erreur , pour peu qu'on eût fait attention à ces dates. 
Aussi les gens de lettres ne prirent point le change (j) , 
et La Harpe dit en effet , dans son Cours de Littérature, 
que ce morceau fait peut-être autant dhonneur au ta- 
lent de Vabbé Maurjr qu'à sa mémoire. Quoi qu'il en 
soit de l'opinion qu'on peut s'en être formée depuis , au 
risque de commettre une indiscrétion , je le déclare ici 
hautement : Oui , Maury est bien véritablement l'au- 
teur de la pièce en litige , et l'on doit sans crainte lui en 
adjuger la propriété. 



(i) « Qui QOU8 donnera le modèle de ce genre ? Ah ! Bridaine 
« nous Teût donne, si on Tavoit mis à sa place. Mais il nous reste 
« de ce Bridaine ( au moins s' il faut en croire l'abbé Maury) un 
tt morceau à côté duquel tout parott foihle en éloquence, n Mar^ 
montel , Éléments de TAttérature. 



HOTES. 241 



NOTE N» 26 , p. 109. 

M. de Pradt affirme qu'il a la certitude que Napoléon 
se proposoit de retirer au cardinal Maury l'archevêché 
de Paris. Il est malheureux que sa modestie ne lui ait 
pas permis de nous instruire du nouveau choix auquel 
la pensée 4e l'empereur s'étoit arrêtée. Le prélat qui le 
blâme si amèrement d'avoir fait un concordat avec 
Rome y au. lieu de s'en tenir à une tolérance générale 
pour tous les. cultes , auroit , je n'en doute pas , singu- 
lièrement simplifié la marche des affaires ecclésiasti- 
ques. Mais M. de Montholon nous donne des doutes 
indiscrets sur ces révélations mêmes , ^ en affirmant de 
son côte , « que tous les propos qu'on prête à l'empe- 
K reur sont faux , et que Napoléon n'a jamais dit , 
« comme le prétend M. de Pradt , que le concordat fût 
«« la plus grande faute de son règne. » Peu de temps 
avant sa chute , il conféra au cardinal Maury le grand 
cordon de l'ordre de la Réunion. Cette haute marque 
d'estime sembleroit prouver que ses sentiments pour 
lui ne varièrent jamais. On n'accusera pas au moins le 
cardinal Maury d'avoir insulté à son bienfaiteur : il le 
respecta dans sa disgrâce , comme il l'avoit honoré dans 
la prospérité. 



iG 



^42 NOTES. 



NOTENT 27, p. ii3. 
ARCHEVÊGHÊ DE PARIS. 

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CHAPITRE MÉTRO- 
POLITAIIf DE PARIS , DU t6 OCTOBRE 181O. 

« Le chapitre conToqué per domos , à l'issue de la 
« grand'messe , furent présents messieurs j etc. 

*( Lecture faite de la lettre de S. E. le ministre des 
« cultes, adressée k MM. les vicaires généraux, du i5 
(c de ce mois , par laquelle il leur transmet une expédi- 
c< tion du décret qui nomme monseigneur le cardinal 
« Maury à rarchevêché de Paris , et fait connoître que 
« l'intention de sa majesté est que les membres du cha- 
n pitre s'assemblent de suite, relativement aux pouvoirs 
«( qui sont dans leur attribution. 

K Le chapitre a arrêté qu'une députation composée 
«c de deux de MM. les vicaires généraux, de quatre 
« chanoines et du secrétaire , se rendra chez son émi- 
M nence monseigneur le cardinal Maury , pour lui por- 
« ter l'hommage de félicitations et du respect du «ha« 
« pitre , et le supplier de vouloir bien prendre , dès ce 
M moment, l'administration du diocèse, conformément 



NOTES. 243 

« à la délibération prise le i^ février 1809, à l'égard 
M de S. A. £. le cardinal Fesch. 

« Pour copie conforme à V original , ' 

« Signé, CoRioL^Si chan. secrétaire. » 



\ ' 



244 



HOTES. 



NOTE N» 28, p. 114. 

« Parigi, 16 ottobre 1810. 
« Beatissimo padre , 

« Sono due giorni che sua maestà impériale e reale^ 
« contro ogni mia aspettazione , si degnô chiamarmi 
« nel suo gabinetto n|r annunziarmi la homina délia 
« mia persona al vacante arcivescovado di Parigi , ac- 
te compagnando una grazia simile colle più lusinghiere 
« espressioni per tutto quel poço , che io feci in difesa 
M délia religione, nei calamitosi tempi délie passate 
« yicende. Non mancai, corne esigeva il mio dovere, di 
« rappresentare a sua maestà ch' essendo vescovo di 
« Montefiascone e Corneto , non potevo abbandonare 
u le mie chiese senza il beneplacito délia santità vos- 
M tra. Avendomi replicato l'imperatore , che io dovevo 
n continuare ad esserlo fino a tanto che avessi ripor- 
« tato dalla vostra beatitudinc ristituzione canonica 
« per questo arcivescovado , non mi rimase altro par- 
<i tito , che quello di ubbedire agli ordini di sua 
« maestà. 

« In seguito di questa sovrana determinazione , il 
« capitolo di questa metropoli, unitamente ai vicarj 
« capitolari , nel giorno seguente , mi elesse e nomino 
u unanimamente amministrâtorc capitolare délia dio- 
« cesi medesima , ricevendo io cosi tutte quelle facoltà 
u accordate ai capitoli , in tempo di sede vacante , dal 



NOTES. 245 

<t sagro concilio di Trento. Dia questo unico titolo de- , 
« riva attualmente quella giurisdizione ch' esercito 
« iu questa chiesa metropolitana. Per ogni riguardo , 
<t beatissimp padre, devo rendere înforinato deU' acca- 
« duto il capo suprcmo délia chiesa cattolica. Ma il 
« principale si è quello di assicurarc la saiitità vostra , 
« che non mancherô in ogni occasione di rinnuovare 
« la professione di quei sentiinenti di attaccamento c 
M di devozione alla nostra santa religione , alla sauta 
M sede ed alla sagra di lei persona , sentimenti che ma- 
N nifestai colla grazia d'Iddio, cd in priyato ed in pub- 
u blico , quando viddi i diritti dell' una e delU altra in 
M pericolo. Conosco per troppo le diffîcili circostanze 
u nelle quali trovasi la santità vostra. Iddio sa il desi- 
« derio fervente che nudro nell' animo inio di poter 
u contribuire a cambiarle in consolazioni. Era per me, 
» beatissimo padre , un preciso dovere di farle conos- 
« ccre la mia posizione attuale. La santità vostra vedrà 
u qulndi nel fondo del mio cuore quanto debba io esser 
(( prcmuroso délia mia canonica istituziQne. Sicuro che 
«< vostra beatîtudine sia persuasa délia sincerità di tutti 
« i miei sentimenti, non mi resta che a rispettosa- 
« mente implorare la sua apostolica benedizione , nell' 
« atto che mi confermo pienamente con il piii filiale 
« osscquio , baciando i piedi 

u Délia santitc^ vostra , 

« Umilissimo , divotissimo, 

« Obblîgatissimo servitore e figlio 

« Giovanni Sifredo card. Maury. >► 



^46 NOTES. 

« Paris, ce 16 octobre 1810. 
« Tkès-saint-père* 

<« Il y a deux jours que sa majesté' impériale et 
royale daigna me faire appeler, à Timproviste, dans 
son cabinet, pour m^annoncer qu'elle me nommoit à 
rarchevêche' de Paris, en accompagnant cette grâce 
des plus flatteuses expressions , pour le peu que j^ai fait 
pour la défense de la religion , au temps funeste de nos 
calamités passées. Je ne manquai pas de représenter à 
sa majesté qu'étant évéque de MontéBascone et de Cor- 
néto , je ne pouvois abandonner mes églises sans l'auto- 
risation de votre sainteté. L'empereur m'ayant répondu 
que je de vois les conserver jusqu'au moment où j'ob- 
> tiendrai l'institution canonique de l'archevêché, je n'a- 
vois d'autre parti à prendre que d'obéir aux ordres de 
sa majesté. 

a D'après ces dispositions souveraines, le chapitre de 
cette métropole , uni aux vicaires capitulaires , m'a élu 
et nommé le lendemain , à l'unanimité des suiTrages, 
administrateur capitulaire du diocèse , en me déférant 
ainsi les pouvoirs concédés aux chapitres par le con- 
cile de Trente , durant la vacance des sièges épisco- 
paux. Voilà le seul titre d'où dérive maintenant la 
juridiction que j'exerce dans l'église métropolitaine, 
n est de mon devoir, très-saint-père , d'informer l<j 
chef suprême de l'Église de ce qui vient d'arriver. Mais 
je dois avant tout assurer votre sainteté que je m'em- 



NOTES. 247 

presserai de renouveler, daiis toutes les circonstances, 
la profession de ces sentiments d'attachement et de 
dévotion à notre sainte religion , au saint-siége et à sa 
personne sacrée , que je manifestai , grâces à Dieu , en 
particulier comme en public , quand je vis les droits 
de Tune et de l'autre en péril. Je ne connois que trop 
les embarras dans lesquels se tsouve votre sainteté. 
Dieu sait de quel désir ardent mon cœur est animé de 
pouvoir contribuer à les tourner en consolations. 

« C'étoit pour moi, très-saint-père, une obligation 
rigoureuse de lui rendre compte de ma position. Votre 
sainteté verra ainsi au fond de mon cœur combien je 
dois désires, mon institution canonique. Certain que 
votre béatitude sera convaincue de la sincérité de tous 
mes sentiments, il ne me reste qu'à implorer très -res- 
pectueusement sa bénédiction apostolique, et à lui attes- 
ter avec l'hommage le plus filial en lui baisant.les pieds, 
que je suis à jamais 

«< De votre sainteté, 

« Le très-humble , très-dévoué 
u Et très-obligé serviteur et fils 

(( Jean Sifrein cardinal Maury. m 



a48 KOTE5. 



ce Parisiis, die 12 octobris 181 1. 

■ 

« BeaTISSIME PATEE, 

. « Dùm Parisiis morabar , praevio sanctitatb vestras 
ce beneplacito quod emînentissimus cardinalis ConsaWi, 
<( tuoc à secretU status, litteris , sub die 26 aprilis 1806, 
« propi^à manii, de beatitudiDis vestrx mandato, 
u scriptis, et apud me cum gratissimo animo asser- 
M vatis 9 mihi bénigne annuit ; dùm , ob circumstantias 
« quœ neminem latent, aequè ac cœteri cardinales praepe- 
ti ditus essem , ne ad Faliscam ecclesiam , prout opor- 
u tebat et cupiebam , redire possem ; dùm luctuosum 
M hoc praepedimentum aegro animo sustinebam, accidit 
M ut majestati suae Napoleoni, primo Galiorum impe- 
« ratori ac Italiae régi, me quidquam hujusmodi ne 
u cogitantem quidem ad yacantem metropolitanam 
«< Parisiensem ecclesiam, nominare , pro suâ clementiâ , 
« placuerit. 

« 'Auctum honorem, graviusque mihi immerenti 
<( superimponendum onus , refugere haudquaquàm 
u dabatur. Miserentis igitur Dei auxilio fretus , vestrae- 
<« que beatitudinis pristinà benignitate illectus, pro- 
<t positae translation i à solâ Providentiâ dispositae non 
u dissentiendum putavi. Cùm ad opus perûciendum 
M summa sanctitatis vestraî sapientia nunc procedere 
M intendat , mihi incumbere officium arbitror te , bea- 



NOTES. 249 

«t tissime pater, enixè exorare et humiliter supplicarc , 
t< ut à M ontis-Falisci et Corneti ecclesiarum yinculo me 
«< solvere , et ad Parisiensem sedem metropolitanam , 
« tua apostolicâ auctoritate transferre non dedignerls. 

n Yerùm , ne ejusdem metropolitanse ecclesiae , jam- 
« dudùm pastoris solatio destitutae , canonica provisio , 
<« ration e informationis super illius statu de more 
« conBciendae;, differatur, nuUo ad praesens sedis apos- 
t( tolicae legato, aut nuntio, aut delegato in Gallus 
« existente; de consilio multorum episcopornm quibus 
« integram fiduciam debeo, memorata talis information 
<c quam pedibus sanctitatis yestrae humiliter depono, 
« ab illustrissimo et reverendissimo episcopo Yersa- 
« liensi, antiquiori episcopo , et primo metropolis 
« suffraganeo, confecta est, sub spe benignae proba- 
« tionis sanctitatis vestrœ, attentas peculiaribus tem- 
« porum circumstantiis. Pro ejus gratiosâ admissione 
« supplex exoro , ut cœteri electi ad sedes vacantes , qui 
u parem indulgentiam expetunt, nuuquàm in exem«- 
« plum addacendam. 

« Si sanctitati vestrae ità decernere placuerit , sedis 
u apostolicse auctoritas in tuto plané erit , et ipsâmet 
u beatitudine vestrà ità intcrveniente , aequè clucebit. 

« Superest nunc, beatissime pater , quôd intimos 
(t mentis mes sensus cordisque afFectus, jamdudùm 
u notos et nunquàm . mutandos aperiam. Nihil mihi 
« antiquius nihilque sanctius erit usque ad mortem, 
« quàm sanctitati vestrœ , Cbristi in terris vicario , 
« £cclesia:que summo capiti , ac cathedrac Pétri , ca- 



4^ 



25o NOTES. 

« tholicae unitatis centro, me arctissimo vere obedien- 
K lias et commimionis vinculo obstrictuin sociatumqoe 
« sincère profiteri, talemque me assidue exliibere. 

ic Hoc praeclara, quibus ab apostolicâ sede jam cu- 
it mulatus existOy bénéficia imperant, et novum quod 
« praestolor requiret ; hoc cardinalis dignitas et epis- 
« copale munus exigunt; hoc à me emissse solemnes 
« sponsiones quibus detineor , et qnas fideliter adim- 
« plebo, prœcipuè postulante! re promittunt. Hisce 
M tandem animi mei sensibus ductus, sanctitatis vestras 
« manus reverenter osculor, mihique et gregi cura? 
«c meae commisso apostolicam benedictionem humiliter 
« imploro. 

« Sanctitatis yestrae • 

« Humilissimus, devotissimus , 
u Obligatissimus servus et filius 

M Joaonis Sifredus card. Maurt. » 



<t Paris, 13 octobre 1811. 

« Três-saint-pêre , 

« Pendant que j'habitois Paris , où je ne suis venu 
qu'avec l'autorisation préalable de votre sainteté y 
qu'avoit bien voulu me tiansmettre , au nom de votre 
béatitude 9 M. le cardinal Consalvi , alors secrétaire 
d'Etat y par une lettre en date du 26 avril 1806, que je 
conserve avec une profonde reconnoissance ; pendant 



NOTES. !25l 

que les drconstances si connues m'empèchoient, ainsi 
que tDus les cardinaux , de retourner dans mon diocèse , 
où mon deroir et mes désirs m'appeloient e'galemènt ; 
pendant que je dëplorois cet obstacle avec amertume , 
il a plu À sa majesté Napoléon I'' , empereur des Fran- 
çois et roi dltalie , de me nommer, dans sa cle'mence y 
au moment ou j'y pensois le moins , au siège vacant de 
l'église métropolitaine de Paris. 

u Je n'a vois aucun motif de réfuser cette dignité, en 
rejetant le lourd fardeau qui m'étoît imposé , quoique 
je méritasse si peu de le porter. Ainsi donc , appuyé 
sur la miséricorde divine , et me confiant aussi à l'an- 
cienne bienveillance de votre béatitude , je consentis à 
une translation pour laquelle la Providence seule avoit 
tout disposé. Comme tout dépend à présent de la haute 
sagesse de votre sainteté, il est , je pense, fie mon de- 
voir, très-saint-père , de vous adresser les prières les 
plus humbles et les plus ferventes , afin que vous dai- 
gniez, par votre autorité apostolique, me délier du 
lien qui m'attache aux églises de Montéfiascone et de 
Cométo , et me transférer au siège métropolitain de 
Paris. 

« Mais, pour que l'institution canonique de cette mé- 
tropole , privée depuis si46ng-temps des secours de son 
pasteur, ne soit pas dififérée à défaut de l'information qui 
ne peut se faire selon la coutume, vu qu'il ne se trouve 
en France ni légat , ni nonce , ni délégué apostolique ;^ 
d'après l'avis de plusieurs prélats dignes de ma con- 
fiance la plus entière, je dépose aux pieds de votre sain- 



<«. 



252 NOTES. 

teté la susdite information j qui a été dressée par l'il- 
lustrissime et révérendissime e'yéque de Versailles, le 
plus ancien évéque et le premier suffragant de la mé^ 
tropole , espe'rant qu'elle daignera s'en contenter , eu 
égard aux circonstances exti*aordînaires des temps pré- 
sents. J'implore cette grâce que sollicitent avec moi les 
autres évêques nommés, sans qu'uiie pareille indul- 
gence puisse jamais être citée en exemple. 

« Si votre sainteté exauce nos prières, l'autorité de 
la cliaire apostolique, ne sera blessée par là en aucune 
manière, et elle brillera au contraire d'un nouvel éclat , 
par l'intervention même de votre béatitude. 

« Il me reste , très - saint-père, à lui ouvrir les plus 
intimes pensées de mon esprit , et les affections de mon 
cœur, qui sont commues dès long-temps , et qui ne chan- 
geront jamais. Rien au monde ne me sera plus cher et 
plus sacré, que de montrer et de professer jusqu'à la 
mort, que je suis attaché par le lien le plus étroit 
de l'obédience et de la communion, à votre sainteté , le 
vicaire de Jésus-Christ sur la terre , le chef suprême de 
l'Eglise, et à la chaire de saiat Pierre , qui est le centre 
de l'unité catholique. 

« Ainsi le veulent et les }»jenfaits signalés dont j'ai 
été comblé par le siège apostolique, et la faveur nou- 
velle pour laquelle je me recommandé maintenant ; 
ainsi le veulent la dignité de cardinal et le ministère 
épiscopal, comme les promesses solennelles qui me 
lient et que je remplirai avec fidélité , me le prescrivent 
aussi , en étant les garants de ma foi. Tels sont les sea— 



NOTES. 255 

tùnents qui m'animent à baiser les mains de yotre sain- 
teté 9 en demandant humblement, pour moi et pour le 
troupeau confié à ma garde , sa bénédiction aposto- 
lique. 

« De votre sainteté 

u Le très-humble , très-dévoué 
« Et très-obUgé serviteur et fils 
«c Jean Sifrein cardinal Maurt. w 



Dans Te bref qu'on dit avoir été adressé de Savone, 
le 5 novembre i8io, au cardinal Maury, on lit le pa- 
ragraphe suivant : 

« Nous n'aurions jamais cru que vous eussiez pu 
M recejroir de l'empereur cette nomination, et que 
u votre joie en nous l'annonçant fût telle que si c'étoit 
« pour vous la chose la plus agréable et la plus con- 
« forme à sws vœux. » 

« Je n'ai jamais soupçbnné, dit le cardinal Maury 
« dans le Mémoire imprimé en 1814» je n'ai jamais 
M soupçonné que l'acceptation de ma nomination pût 
« déplaire à sa sainteté. Rien ne m'avoit préparé à une 
« pareille crainte. Aussi n'en trouve^t-on aucun indice 
« dans la lettre que j'eus l'honndhr d'écrire au saint- 
«( père , pour lui faire part de ma nomination , comme 
« d'une nouvelle imprévue qui ne m'avoit causé que 
« de la surprise et de l'effroi. J'étois si loin de m'en 
u réjouir, qu'au moment où je venois de l'apprendre, 



356 NOTES. 

de la question , dans une entrevue solennelle, où Maury 
et La Harpe furent mis en présence l'un de l'autre. 
« Le premier discuta l'accusation avec tant d'ordre , de 
u précision, de clarté, avec une présence d'esprit et 
u de mémoire si merveilleuse , que les trois juges en 
« furent confondus. Enfin il serra de si près son ad- 
M versaire, et avec tant def force, que celui-ci resta 
« muet. Il y eut entre eux upe apparence de réconcilia- 
tt tion. » Maury àvoit aussitôt pleinement oublié et la 
scène et l'accusation elle-même. Mai$ Marmontel fut 
forcé de dire à La Harpe : « En honnête homme, vous 
« devez vous fermer la bouche ; sinon , je rendrai 
M compte de ce qui s'est passé chez moi. » 



NOTES, 257 



NOTE N' 50, p. 127. 

Fortin de La Hoguette è Pictaviensi ad SeDonensem 
Ecclesiam translatas i3 noveinbris i685. Romœ non 
statim admissus est, sed yicarius generalis à capltulo 
nominatus , diœcesim administravit. Tandem in con- 
sistorio Romano proclamatus 1 1 januarii 1692. Gallia 
Christiana^ tom. XII, pagin. loSet io6. 

Armandus Ludovicus Bouin de Chalucet.... nomi- 
natus à rege christianissimo... per aliquos annos rexit 
Ecclesiam Tolonensem non consecratus, ob quaedam 
inter imperium et sacerdotium dissidia. Innunctus die 
25 martii 1692. Ibid. , tom. I, pagin. ^S"^. 

Henricus Feydeau de Brou à rege designatur episco- 
pus Ambianensis 18 maii anno lôSi^. At, quùm ob 
nonnuUas controversias cum Innocentio XI , buUas im- 
petrare non potuisset, per quinquennium diœcesim 

rexit TÎcarius generalis capituli Anno 1692 , rébus 

cum Innocentio XII compositis , Henricus Parisiis con- 
secratur episcopus die 3i Augusti. Ibid. , tom. X, pa- 
gin. 121 3. 

Petrus Franciscus de Beauveau du Rivau.... Sarla- 
tensis episcopus nominatur i5 augusti 1688... Gene- 
ralis diœcesis yicarius à capitulo instituitur, ac sub hoc 
et episcopi designati titulo pluribus annis hanc eccle- 



H58 



NOTES. 



siam administravit.... Taudem, sedatis Roinam inter 
et Galliam simultatibus , et bullis obtentis , inaugura- 
tur.... anno 1698, mense januarii. Ibid. , tom. II, 
pagin. i53o. 

Claudius de Saint-Georges , cleri gallicani agens 
generalis, designatus fuit, i^ Matisconensis episcopus 
anno 1682 , 2° Claromontensis anno 1684, 3** Turo- 
nensis archiepiscopus , quam ecclesiam aliquandiù te- 
nuit sed non consecratus , nec enim bullas à romano 
pontifice potuit obtinere , quia tune inter illum ac re- 
gem et clerum vigebant illa dissidia , quœ non nîsi 
quibusdain post annis sedata sunt , et quorum pars ali- 
qua fuerat dictus de Saint-Georges, prsedictâ agentis 
cleri dignilate usus in comitiis anni 1682. Sed pace resti- 
tutâ, à rege nominatus est , et consecratus Lugdunensis 
archiepiscopus 28 novembris 1693. Ibid, , tom. IV , 
pagin. 196 et 197. 

La France put donc , à l'époque de ses dernières con- 
troverses avec Rome , recourir légitimement à ce même 
mode d'administrer les églises durant la vacance des 
sièges ëpiscopaux. Depuis lors, deux concordats ont 
été signés entre Pie VII et Louis XVIII , et il n'y est 
pas dit un seul mot qui ait trait à Padministration capi- 
tulaire des évéques nommés. La même prétention a eu 
lieu pour une église voisine de la nôtre , qui avoit par- 
tagé ses destinées sous ce rapport. Ce silence est ici 
d'autant plus remarquable , que la convention con- 
clue , le 1 8 juin 1 82 7 , par Léon XII avec le roi des Pays- 
Bas, rend aux chapitres le droit d'élection, que le 



MOTBS. ^Sq 

saintrsiége leur avoit ôté , et qu'il a e'té si long-temps à 
reconnoître à l'empereur d'Allemagne, pour Venise et 
pour Padoue. Et qu'on ne s'imagine pas qu'une telle 
pre'térition n'ait été qu'un simple oubli de la part de 
Rome. Voici en effet ce que porte expresse'ment le con- 
cordat antérieur qui fut stipulé, le 5 juin 1817, entre 
Pie VII et le roi de Bavière. 

« Art. g. En considération de^ avantages que cette 
K convention procure à la religion et aux établissements 
« ecclésiastiques, sa sainteté concédera pour toujours à 
H sa majesté le roi Maximilien Joseph, ainsi qu'à ses 
« successeurs catholiques, par des lettres apostoliques 
qui devront être expédiées aussitôt que la présente 
convention aura été ratifiée , un induit pour nommer 
aux archevêchés et aux évêchés vacants du royaume 
de Bavière , des sujets aptes et idoines pourvus des 
qualités requises par les saints canons. Sa sainteté 
donnera ensuite , dans les formes accoutumées , l'ins- 
titution canonique aux sujets qui en seront dignes. 
Mais, avant de l'avoir obtenue , ils ne pourront , en 
aucune manière ^ s'immiscer dans le régime ou dans 
r administration des églises respectives auxquelles ils 
auront été nommés, » 
L'omission d'une part , et cette convention si expresse 
de l'autre , semblent démontrer que l'Eglise gallicane 
a été laissée par Pie VII dans la pacifique jouissance du 
droit de discipline qu'Innocent XII lui avoit aussi re- 
connu tacitement en 1692. Du moins , il est constant que 
Rome s'est privée elle-même ^ par son propre fait, de la 



:26o NOTES. 

faculté d'élever à ce sujet des réclamations à ravenir , 
si des circonstances malheureuses rendoient encore ce 
même mode d'administration nécessaire au clergé de 
France. 



50TLS. :26l 



NOTE X* 31, p. 127. 

On poarroit peut-être ne regarder le projet cpi'aToit 
en le cardinal 3Iaiiry de faire rétablir la Sorbonne , que 
comme on simple vœn qui n'anroit eu aucun commen- 
cement d'exécution. Toici une note présentée par lui à 
Napoléon. Je me flatte ({u*on la lira arec intérêt , à pré- 
sent surtout qu'on songe à réaliser les anciennes Tues 
du cardinal 3IaurT , mais sans avoir encore pu apla- 
nir les difficultés qui alloient disparoStre devant la sa- 
gesse de ses plans, à une époque où il avoit tant d'obs- 
tacles à surmonter. 



«4 



« Siée y 

« L'éducation ecclésiastique , seule garantie que puisse 
avoir le gouvernement, de la doctrine du clei^é , est 
encore si foible , si abr^ée et tellement incomplète , 
que l'Église gallicane est menacée de n'avoir bientôt 
plus de défenseurs dignes de soutenir son ancienne 
gloire. 

« Très-peu d'hommes s'élèvent au-dessus des préju- 
gés de leur première éducation. Il est donc du plus 
grand intérêt de surveiller et de ranimer les grandes 
études qui ont fait depuis le quatrième siècle jus- 




:t62 NOTES. 

« qu'à nos jours , du clergé de France , le plus éclairé 
« et le plus illustre clergé de l'Europe. Nous possédons 
« tous les livres que ces études savantes ont produits y 
« et qui doivent les perpétuer ; nous en connoissons les 
K traditions et les méthodes; nous avons parmi nous 
« quelques hommes qui ont parcouru cette carrière 
« avec gloire; mais, dans très-peu de temps, il ne res- 
« tera plus aucun lien pour nous y rattacher , si la gé- 
«c nération actuelle ne nous fournit incessamment des 
« élèves dignes de transmettre ce dépôt à ceux qui 
« viendront après nous. 

« Pour atteindre ce but , je propose , avec la plus 
« entière confiance, à votre majesté impériale et royale, 
« le rétablissement d'une institution qui sera comptée 
« parmi les monuments les plus mémorables de son 
« règne. 

« Il n'y a, sire, dans le plan que ]e médite depuis 
fc plusieurs années , rien d'idéal, rien d'incertain, rien 
« de systématique, rien même de dispendieux qui 
« puisse en arrêter ou retarder l'exécution. 

« Il s'agit simplement de rendre à la maison de 
(i Sorbonne sa première destination, d'y rétablir le 
« cours de la licence, comme je vais l'expliquer , et de 
« faire de cette école plus nombreuse et plus florissante 
«« qu'elle ne l'a jamais été, un séminaire national dans 
tt lequel seront appelés , sans aucuns nouveaux frais , 
«t des élèves choisis dans tous les diocèses de l'empire. 

u La maison de Sorbonne est actuellement occupée 
u par neuf sculpteurs seulement qu'on peut loger aisé* 



NOTES. 265 

« ment ailleurs , et par une cinquantaine de petits lo- 
« cataires dont le gouvernement n'est point chargé. Ce 
u déplacement n'offre aucune opposition qui puisse 
M balancer une si grande utilité. 

M On appeloit en Sorbonne , cours de licence , un in- 
« tervalle de deux années pendant lesquelles , à la suite 
« des cinq ans destinés à l'étude de la philosophie et 
«< de la théologie , tous les bacheliers étoient obligés de 
<( soutenir , durant douze heures consécutives , trois 
K thèses publiques, d'y assister tous successivement 
« trois heures, d'y argumenter à leur tour, et même 
u hors de rang, à l'ordre du syndic de la faculté, en 
u présence des docteurs qui présidoient à ces exercices. 
«( Cette arène théologique , dans laquelle les étudiants 
u comparoissoient presque tous les jours de l'année , 
u étoit la véritable source des lumières qui ont assuré 
M au clei^é françois une si noble prééminence dans 
u toute l'Eglise catholique, où l'on ne connoissoit au- 
«c cun établissement pareil , et où l'on ne s'en formoit 
«( même aucune idée. 

u Voici maintenant , sire , mes vues et mes moyens 
«< pour pourvoir aux dépenses et à l'entretien d'un si 
« grand établissement, que votre majesté regardera 
« sans doute comme le plus solide boulevard qu'elle 
H puisse opposer aux préjugés ultramontains , sans rien 
u innover et sans lien hasarder, en assurant ainsi l'u- 
« nité de l'enseignement et des principes théologiques 
u dans tout son empire. Ce sera une pépinière inépui- 
u sable pour donner des professeurs à tous les sémi- 



204 NOTES. • 

«( naires; une indication continuelle pour faire con- 
« noitre au gouvernement tous les sujets propres aux 
M places et aux dignite's de l'Église , et un moyen sûr 
« d'ouvrir aux talents du jeune cierge' la voie et les 
« manières les plus propres à les développer. 

« i^ Les six professeurs de théologie.^ de la faculté 
« de Paris donneront leurs leçons en Sorbonne , dans 
« l'ancien local de leurs écoles où la chaire existe en- 
« core. Ils sont salariés par le gouvernement. Ils ne 
« coûteront par conséquent rien à la maison , et leurs 
« leçons, indécemment solitaires aujourd'hui, auront 
tt toujours un grand nombre d'écoliers. 

« 2^ Le gouvernement paie des bourses gratuites 
« dans tous les séminaires de l'empire. Rien de plus 
« facile que de destiner au concours dans chaque dio- 
« cèse, selon son étendue, un, deux et même trois élèves 
« qui auront fait une année de théologie. Une pareille 
<c école , qu'on pourroit réduire d'abord à un seul sujet 
u par diocèse, n'occasionneroit aucune charge nou- 
« velle , et devroit former une réunion d'étudiants de 
(« la première force , ce qu'on n'a jamais pu voir dans 
K l'ancien régime. Une bourse de 4^0 francs semble 
M insufiisante pour la ville de Paris ; mais le produit 
« des chaises étant porté au sixième , selon la fixation 
« du décret impérial , me mettroit en état de paye»: 
u 20 mille francs par an à ce séminaire national, indé^ 
« pendamment des secours ires-suffisants que je con-- 
»» tinuerai de fournir au petit séminaire, au séminaire 
« diocésain et aux vieux prêtres infirmes. 



>OTES. 2(55 

« Or y dans la maison de Sorbonne où les professeurs 
« ne coûteroient rien , en y ûxant l'e'cole de théologie 
« de l'Université' , une somme annuelle et disponible 
« de 20 mille francs suffiroit pour payer le supérieur , 
« les préfets des études , les salaires de tous les domes- 
« tiques, etc. , le tout sous l'autorité du ministère des 
M cultes, qui approuveroit le budjet des dépenses. 
« L'intégrité de la bourse étant ainsi destinée à la nour- 
« riture des élèves, sans aucune distraction, leur table 
« seroit frugale , mais suffisante. Ces élèves resteroient 
M pendant cinq ans à Paris, savoir : trois ans pour étu- 
« dier la théologie , et deux ans pour faire leur licence. 
<c II est rare , il est même sans exemple qu'aucun éta- 
« blissement public commence avec de pareilles res- 
« sources. 

« L'église de la Sorbonne seroit infiniment utile dans 
€t tout ce quartier populeux, qui n'a que les églises éloi- 
« gnées de Saint-Sulpice , de Saint-Séverin , de Saint- 
« Nicolas-du-Chardonnet et de Saint-Étienne-du-Mont. 
u Loin d'être à charge à la maison , le culte lui seroit 
« avantageux par le produit des chaises . 

« Au reste , si cette maison de grandes études éprou- 
i< voit des besoins supérieurs à ses ressources , ne seroit- 
tt il pas convenable d'y faire contribuer l'Université , 
tt qui gagnera beaucoup à cet accroissement de la fa- 
« culte de théologie? 

tt La réputation de la Sorbonne est un héritage de 
« gloire que le clergé françois doit recouvrer pour l'in- 
« térêt même du gouvernement. C'est un monument 



266 NOTES. 

M histori({ue ; c'est la première école de France , et Ton 
« peut même dire de toute l'Eglise catholique pour la 
« théologie; et cette école si recommaudable seroit 
« anéantie y si l'on différoit plus long -temps de la ré- 
« tablir. 

« Rien n'est plus digne, sire, de votre majesté, que 
4% d'ajouter cette nouvelle et nécessaire restauration à 
M toutes celles dont sa haute sagesse ne cesse d'enrichir 
« la France. J'ose me flatter qu'elle daignera voir dans 
« la proposition que je soumets à ses lumières un nou- 
« vel hommage de mon fidèle dévouement, de mon 
« zèle pour sa gloire et de ma sollicitude pour le bien 
« de la religion. 

« a8 novembre 18 1 3. » 



NOTES. 267 



NOTE N« 32, p. i3o. 

Le cardinal Maury m'adressa , la veille même de son 
départ de Paris , une lettre dont je vais transcrire quel- 
ques passages qui feront connoiti'e la bonté de son cœur 
et sa situation morale. 

« "Nous reçûmes hier , me dit-il , ta lettre du 23 avril. 
« Cette douce lecture soulagea nos cœurs de l'oppres- 
M sion que nous causoit depuis deux mois ton silence 
« forcé par l'interruption des postes. Dieu soit loué ! 
<c vous avez passé ce temps de crise à Casale, vous êtes 
« en bonne santé, et de retour à Aome, où j'aime à 
« croire qu'on te laissera tranquille. En tous cas , sauf 
« à partager ton mauvais sort, je volerai à ton secours. 

« Obligé de retourner dans mon diocèse , je pars sans 
« faute demain matin ; et , si aucun obstacle ne m'ar- 
me rête en route , je compte arriver sur ma montagne , 
« dans l'octave de la Fête-Dieu. Je mène avec moi mon 
H frère de lait, M. d'Alissac de Valréas. C'est un hom- 
« me d'esprit, d'un caractère doux et aimable. // me 
« Jaut absolument un François pour causer et écrire. Je 
« ne pouvois pas mieux choisir. 

« Je vais me séparer, à mon très -grand regret, de 
u nion frère. Ce sacrifice est celui qui me coûte le plus 
u sans aucune comparaison. Je finis cet article pour ne 
« pas trop m'afibibUr en m'atténdrissaut. Depuis un an , 



208 NOTES. 

« j'ai souvent d'importunes ardeurs et fréquences d'u* 
M rine. lyion frère a éprouvé les mêmes accidents au 
M même âge que j'ai (i) : il s'en est délivré, je suis sa 
u méthode, et j'en attends le même efiPet. C'est une 
u grande^ inquiétude durant le cours de mon voyage , 
H que cette raison m'empêche de faire en poste... Je 
«» ne me pr<^ose nullement dî aller à Rome, ^si je njr 
« suis pas absolument contraint. Il est possible qu'on 
•« m'attaque , et je me crois en état de me défendre vie-- 
« torieusement , si la raison me juge. Quoi qi^ il puisse 
M en arriver, je ne suis nullement abattu , je me sens 
u plein de résignation et de force. J'ai dicté une apo— 
« logie à laquelle il est impossible de répondre , et qui 
« sera bientôt imprimée. On est bien fort , quand on 
•< est sûr de n*a\foir à rougir de rien; j'en suis là, Dieu 
•c merci: tu peux y compter. Adieu, je vous embrasse 
M tous les deux de tout mon cœur. » J'avois une de mes 
sœurs avec moi en Italie. 

n m'écrivit en route le 9 juin r « Me voici heureuse— 
u ment arrivé à Bologne. Ma santé n'a point souffert, 
u Je me trouve pour le moins aussi bien qu'au moment 
u de mon départ, et j'espère que le repos me fera 
« éprouver le bénéfice du voyage. 

« Quelque désir que j'aie de te presser tendrement 

« sur mon cœur, ainsi que la chère Modeste, je veux 

. tt bien raisonner notre consolation mutuelle. Je ne veux 

•c donc pas que nous nous séparions de sitôt après iine 

* 
(i) Le frère du cardinal Maury ëtoit ne en 17^3. 



NOTES. 269 

« séparation de huit ans et deux mois, espace très- 
« considérable de la vie humaine. Attends pour venir 
« mè joindre que tu sois entièrement libre. Je ne man- 
•( querai ni d'occupations, ni de visites, pour remplir 
« cette première quinzaine de solitude. Fais -moi donc 
u le plaisir d'écouter ta raison plutôt que ton bon cœur. 
« Je t'en dois et je t'en donne l'exemple. Nos jours de 
tt réunion ne seront plus ensuite taillés si menus, et 
M nous ne serons pas condamnés à les compter avec une 
« triste parcimonie. 1 

M Quoique je ne me propose nullement d'aller à Rome, 
« je désire de savoir quand le pape y reviendra. . . Je ne 
« sais rien de ce qui se passe à Paris depuis le 21 mai. .. 
« J'ai composé et laissé un mémoire que je suppose im- 
•c primé et publié. Le conseil de l'enfer ne le réfuteroit 
« pas. J'en ai avec moi le brouillon. Adieu, mes deux 
« chers enfans. Soj'ez tranquilles sur ma santé, sur 
« mon courage d'esprit, sur ma tranquillité. Les coups 
« if épingles me mettent aux champs, les coups de 
« barre ne me font rien : c'est la vérité. Je vous em- 
«< brasse de tout mon cœur, et je ne veux vous voir 
« que dans le mois de juillet. C'est bien entendu. Bon- 
« jour, bonjour. » 

Ne sachant pas ce qui pouvoit arriver dans ces pre- 
miers jours qui allotent être décisifs pour son sort , il 
vouloit, à tout événement, se trouver d'abord seul, afin 
de pouvoir conserver toute sa force. Il nous trompoit 
ainsi en prétextant des afiPaires pour nous retenir à' 
Rome ; mais il ne se faisoit point illusion. 



270 NOTES. 

Ce frère dont le cardinal Maury s'ëtoit séparé avec 
tant de douleur, ne lui a survécu que peu de temps, 
n a voit e'té , avant la révolution , curé de Saint -Brice 
et prieur de Boves en Picardie. Il fut ensuite vicaire 
général de Montéfiascone et de Paris. G'etoit un hom- 
me d'une haute sagesse et d'une grande instruction. 
Nous l'avons perdu le 8 décembre 1821. Après avoir 
réuni toute la fortune du cardinal Maury à la sienne , 
il n'a laissé qu'un héritage de 249271 francs de rente 
cinq pour cent consolidés; et encore les avoit-il acquis 
à une époque où les effets publics étoient à un cours 
très-peu élevé. Yoilà le fruit de cinquante années de 
travaux. 



NOTES. 271 



NOTE N» 33, p. 134. 

Plus pp. VI. 

« Gravissimls de causis animuin nostrum moventi- 

« bus, dilectum filium nostrum Joannem - Sifredum 

« tituli sanctissimae Trînitatis in Monte Pincio sanctae 

« Romanae Ecclesiœ presbyterum cardinalem Maury, 

« episcopum Montis-Falisci et Corneti, ab omni pror- 

« sus exercitio episcopalis jurisdictionis in prœfatas 

M ecclesias et diaeceses, necnon ab administratione 

u reddituum ac bonorum ad earum ecclesiaruin men- 

« sam , vel mensas spectantium , motu proprio , et 

« ex certâ scientiâ, ac maturâ deliberatione , deque 

(( apostolicae potestatis plenitudiue, suspendimus. Ut 

M autem diaecesium ipsarum regimini provisum sit, ye- 

« nerabilem fratrem Bonaventuram, episcopum Cer- 

« viensem , in praedictarum ecclesiarum administrato- 

u rem apostolicum , eâdem auctoritate nostrâ deputa- 

« mus , mandantes ei, ut à latere nostro sine uUâ morâ 

« discedens ad prœfatas ecclesias se conférât , earum({ue 

et regimen neçnon reddituum ac bonorum ad earum 

« mensam, yel mensas pertinentium, administration 

« nem plenè liberèque suscipiat; capitulo autem et 

« canonicis , clero et populo utriusque diœcesis , auc- 

« toritate pariter nostrâ precipimus atque mandamus. 



272 NOTES. 

M Ut pracdictum episcopum Cerviensemin apostolicum 
u aduiinistratorem recipiant, eique in omnibus reve- 
« rentiain ac plenain obedientiam exhibeant , constitu- 
« tionibus et ordinationibus apostolicis , atque etiam 
« in generalibus conciliis editis privilegiis sanctae Ro- 
« inanae Ecclesise cardinalium , aliisque contrariis qui- 
u buscumque , speciali etiam atque individuâ mentione 
« dignis , non obstantibus. 

« Datum Cesenae, die 3 maii 18 14» pontificatûs nos- 
u tri anno i5. » 



Foais. — Air illustrissimo e reverendissimo signore 
signore padrone colendissimo 

Monsignor Bonaventura Gazzola, vescovo di Cervia. 

CESEXA. 

INTUS. — Illustrissimo e rei^erendissimo signore pa-- 
drone colendissimo , 

Gesena, 3 maggio i8i4< 

<c La santità di nostro signore essendo yenuta nella 
« determinazione di sospendere il signor cardinal 
« Maury dalF esercizio di ogni giurisdizione nelLe sue 
M diocesi unité di Montefiascone e di Corne.to , e dall' 
tt amministrazione délie rendite délia mensa yescovile 
tt di esse due chiese , e di deputare aile medesime un 
M amministratore apostolico nella persona di vostra 
« sîgnoria illustrissima e reyerendissima , le compiego , 



NOTES. 27^ 

n d'ordinc pontiGcio , una scliedola sottoscritta di pu- 
« gno di sua beatitudinc , colla quale vostva signoria 
w illustrissiina viene aiitorizzata di assiinicro una talo 
«( amministrazionc. 

« Altro esemplare , egualniente sottoscritto dal santo 
M padre , riinane compiegato in altra mia lettera d'uf- 
« fîzio dirctta alV emincntissimo suddetto , che ella al 
« medesimo présentera tosto che sarà giunta in Monle- 
« fîascone , nel caso cLe vi si trovi già pervenuto il 
« signor cardinale. Qualora poi non vi fosse, vostra 
n signoria illustrissima procurera d'informarsi quando 
« sia per giungervi , e dove siasi fermato , e in seguito 
« spedisca al medesimo la lettera con sicura occasione, 
« onde sia certa, che vengagli recapitata in proprie 
« mani, e l'eminenza sua la riccva prima di giungere 
« in diocesj. 

« Neir uno e nelV altro caso inoltre vostra signoria 
u illustrissima non tardi un momento, appena giunto 
« in Monte fiascone , di dedurre a notizia dei vicarj 
» generali délie due unité diocesi di Mon te fiasco ne c 
« di Cometo le pontificie determinazioni , intimando 
« loro di desistere al momento da ogni esercizio délia 
«« giurisdizione vescovile ad essi delegata, e ne ronda 
« altresi intesi i due rispettivi capitoli. 

t( Si tiene sicura sua santità che tutti gl' individui , 
« tanto ecclesiastici , quanto secolari, compresi nelle 
« suddette due diocesi, si sottometteranno senza esita- 
«< zione veruna a queste pontificie determinazioni : in 
« caso diverso , si farà dal santo padre proccdere con 

]8 



274 NOTES. 

« tutto il rigorc contro cbi osasse porrc il minimo os~ 
u tacolo air esecuzione de' suoi ordini. 

« E mente délia sua santità che ella si ponga indilata- 
« mente in viaggio per recarsi a Montcfiasconc, e l'ac- 
N compagna coU' apostolica sua bencdizione. 

<c Eseguiti gU ordini pontifîcj , passo a rassegnarle 
« i sentimenti délia rispettosa mia stima , coi quali mi 
« protesto, 

<( Di vostra signoria illustrissima c revendissima , 

« Divotissimo, obbligatissimo servi tore 

« Franccsco arcivescovo d'Edessa , 
« Limosiniere di N. S. » 



NOTES. 275 



NOTE N" 34, p. i36. 

Dans le bref du 5 novembre 1809 , il e'toit dit : 
« Nous n'examinons pas ( et personne ne sait mieux 
« que vous ce qui en est ) , si /e vicaire capilulaire élu 
u avant vous, a donne' librement et de plein gré la 
« démission de ses fonctions , et par conséquent si vo- 
it tre élection a été libre, unanime et régulière. » En 
Italie , dans la vacance des sièges épiscopaux , on ne 
nomme jamais qu'un seul vicaire capitulaire, et sa 
sainteté croyoit qu'il en étoit de même en France. Voici 
quelle fut la réponse du cardinal Maury : « Je sais en 
« effet parfaitement ce qu'il en est. J'atteste donc haii- 
u tement tout le chapitre métropolitain , afin qu'il dé- 
rt clare avec moi , qu'il n'y avoit pas seulement un 
u vicaire capitulaire, mais qu'on en comptoit trois, 
« outre deux surnuméraires , dans la métropole de Pa- 
ie ris , lorsque j'en acceptai l'administration ; que je 
« n'ai exigé aucune démission de ces messieurs; qu'ils 
« ont tous continué ,d 'exercer librement leurs fonc- 
« tions , en tout ce qui étoit compatible avec mon ad- 
« ministration ; que je les ai tons conservés dans mon 
« conseil; enfin qu'aucun d'eux n'a cédé aux menaces , 
u à la crainte, ou aux promesses, en me déférant cette 



27O NOTI s. 

« administration à mon insu. Si je ne dis pas la vérité , 
«c il est facile de me confondre (i). >» 

A Paris, c'étoit un argument sans réplique. Le car- 
dinal Maury e'toit en effet bien assuré d'avance qu'au- 
cun des membres du chapitre n'c'lèvcroit contre lui la 
moindre réclamation, et que leur silence confirmeroit 
pleinement la ve'ritc de ses paroles. Il auroit même ici 
pu mettre plus de force dans ses protestations ; car, bien 
loin de se séparer de son administration, messieurs les 
anciens vicaires capitulaircs lui pre'scntèrent leurs pou- 
voirs, afîn qu'il voulût bien les sanctionner de son auto- 
rité; en sorte qu'ils devinrent les délégués et les minis- 
tres de sa propre juridiction. Le cardinal Maury disoit 
donc avec vérité qu'il avoit d'abord voulu assurer sa 
ùanniè're, sous les jr eux des témoins. Cette prévoyance 
le priva probablement d'un grand triomphe , en aver- 
tissantses adversaires de se tenir sur leurs gardes. Mais , 
ajoutoit-il , quand il vit qu'on alloit essayer de fatiguer 
sa constance par d'interminables délais : L'honneur avant 
tout ! telle est ma devise. 



(i) Plus tard, un des grands vicaires, M. Tabbc d^Astroz, au- 
jourd'hui évéque de Bayonne, fut arrêté, et il ne s^agissoit de 
rien moins que de lui intenter une action criminelle. Le cardinal 
Maury alla chez Pempereur, et lui dit, après les plus fortes re- 
prësentations , que si on ensanglantoit la scène, il donneroit aus- 
sitôt sa démission de rarchevéché de Paris. LVmpereur se laissa 
flëchir, et M. Tabbë d^Astroz fut simplement détenu, par mesure 
de haute }H>lice, dans une prison d^Klat. 



NOTES. :277 



NOTE N^ 35, p. 145. 

HALLE STAi\ZE DEL QUIRINALE. 

a a5 marzo i8i(>. 

« 11 cardinal segielario di stalo, nell' udienzadi questa 
« lualtiua , lia presentato alla santità di uostro signore 
« il foglio di vostra cminenza in data di jeri , con cui . 
« dimctte ncUe uiaui délia sua santità il vescovato di 
u Monte fiascone e Gorneto , pregandola di accettare 
questa sua dimissione. 

(1 II santo padrc ha ordinato al sottoscritto di signifi- 
care a vostra eminenza che lia accettato la di lei rinun- 
zia , e di parteciparle al tempo stesso , clie per provve- 
deie alla décente di lei sussistenza, le ha fissato suUa 
te cassa camerale l'annuo assegnamento di quattro mila 
u scudi romani, da incominciare dallo scorso gcnnaro , 
H e libero da qualunque peso e carico per il tempo pre- 
« sente e futuro. 

« Avendo ancora il sottoscritto umiliato a sua sautità 
« il desiderio di vostra eminenza di essere ai suoi piedi, 
u il santo padre ha risposto che la riceverà domani sera 
«t a un' ora di notte. 

« Il cardinal scrivente, nel porgerc a vostra emi- 
•< nenza qucsti riscontri, le rinnuova isentimenti del suo 



H 



l< 



(( 



(t 



278 HOTES. 

« profonde ossequio, con cui le bacia uinilissiinamenle 
u le mani. 

u Umilissimo y divotissimo 
« Servitor vero 

« E. card. Consalvi. » 



 la cour de Rome , plus que partout ailleurs , l'éti- 
quette est si bien réglée que , du grand au petit , rien 
n'y est laissé à l'arbitraire , chacun sachant ce qu'il doit 
rendre ou reces^oir, dans toute espèce de correspon- 
dance. Ainsi les cardinaux qui ne baisent les pieds au 
pape que le jour de son intronisation et de son couron- 
nement , ne lui écrivent presque jamais sans lui dire : 
Je baise avec une profonde humilité les très-saints pieds 
je Totre sainteté, bacio con profonda wniltà i santissimi 
piedi di vostra santitâ (i); de même qu'en s'écrivant 
entre eux, quoiqu'ils ne se baisent pas mutuellement 
le^' mains , ils emploient assez souvent cette finale , 
hàcio umilissimamente te mani (2). Dans le billet du 
se(irétaire d'État il est dit : le désir qu'a votre éminence 
d'être à ses pieds , il desiderio di vostra eminenza di 
essere ai suoi piedi. On n'attribuera donc pas à ces ex- 
pressions banales une importance qu'elles n'ont pas, 
et qu'on ne sauroit même leur supposer, puisque la 

{i)Titolario per un nuovo eminentissimo cardinale. Formulaire 
pour un'nouveau cardinal. 
(3) Ibid. 



NOTES. 27g 

démission de révêche de Montéûascone étoit déjà acep- 
tée purement el simplement, sans clause ni condition 
aucune; que le cardinal Maury étoit rentré dans tous ses 
droits et privilèges, et que l'audience enfin étoit elle-mê- 
me une faveur qu'il avoit soUicitée. En effet , nous avons 
vu , par ime lettre de Pie YI , que les cardinaux ne vont 
point chez le pape sans avoir obtenu l'agrément préa- 
lable de sa sainteté. C'est une règle de convenance en 
usage dans toutes les cours , et qui s'observe plus spé- 
cialement encore à Rome , parce qu'on y a dû compren- 
dre, sous un gouvernement électif, la nécessité d'établir, 
d'abord après le conclave, une forte ligne de démar- 
cation entre le nouveau souverain et ses anciens collè-^ 
gucs. Cette règle pourtant souffre une exception; mais 
alors les membres du sacré collège sont tenus de se 
présenter in cappa magna, avec le grand costume 
qu'ils portent à la chapelle ; et c'est ce qu'ils se donnent 
bien de garde de faire, pour éviter de déplaire , en usant 
d'un privilège dont l'exercice seroit fort à charge aux 
souverains pontifes. 

J'ai dit qu'à Rome on attache la plus haute impor- 
tance aux formalités de l'étiquette. Rien en effet n'y a 
été omis pour en fixer les moindres détails avec des re- 
cherches savantes , ou plutôt avec une dextérité si sin- 
gulière, qu'on ne sauroit se former une idée de cette 
politique si raffinée, à moins d'en avoir un exemple 
sous les yeux. En voici un que je choisis à dessein, pour 
ne pas commettre d'indiscrétion , dans le formulaire , 
// tiiolario, qui avoit été prescrit pour l'ancien d(^e de 



28o NOTES. 

Venise , avec lequel la congrégation du cérémonial n'a 
plus rien à démêler présentement. 

Jnscrizione. Serenissimo sig' mio colendissimo. 

In corpo. Vostra serenità ( en toutes lettres d'abord , et 
puis eu abréviation). 

Chiusa. Bacio divotamente le mani. 

Finale, Di vostra serenità. 

Soscrizione. Divotissimo servitore (de la main de son 
émincnce). 

Direzione. Al serenis"** sig' mio colendis*"® il doge di 
Vcnezia. 

OBSERVATIONS. 

On pourra écrire au doge sur du papier doré un peu 
grand , non tantoper dimostrare allô stesso un maggior 
respelto , quanto ancora per maggiore grandezza e no^ 
hilità di chiscrive, non pas tant pour lui montrer plus 
de respect , que pour conserver encore plus la grandeur 
et la noblesse de celui qui écrit. Il y a néanmoins des 
cardinaux qui ne se servent pas de papier doré ; mais 
on ne sauroit en donner le conseil. 

Qu'on ait soin, dans le corps de la lettre, d'user de 
quelques abréviations , en écrivant toujours le titre 
comme on l'a fait ci -dessus. On pourroit aussi, sans 
commettre de faute, écrire ^V'"*' ser^ en abrégé ; mais 
le mieux sera d'abomlcr. 



NOTES. 281 

Dans le corps de la lettre, il faudra toujours faire 
mention de la république en général ; à moins qu'on 
n'écrive au doge en particulier, pour des affaires qui 
le concernent uniquement ; car en lui accordant ces 
distinctions honorifiques , on les décerne bien plus à la 
république qu'au doge , qui ne réunit pas dans sa per- 
sonne l'autorité souveraine dont il n'est que le simple 
représentant. C'est une observation bien essentielle 
qu'on avoit négligée jusqu'ici; et par là divers cardi» 
naux, induits en erreur, ont compromis leur propre 
dignité , ainsi que celle de la respectable assemblée qui 
préside à ce glorieux gouvernement. 



289. NOTF.S. 



A .T- 



NOTE N" 36, p. i52. 

Le cardinal Baronius et le cardinal Tarugi , après 
avoir été unis de la plus tendre amitié , furent enterrés 
à Rome dans l'église de Santa - Maria in T^allicella, 
qu'oa nomme vulgairement la chiesa nuova. Leurs 
cercueils y sont placés dans un caveau près du maître- 
autel. Pie YII désigna expressément ce lien pour la 
sépulture du cardinal Maury. Baronius jouit de la plus 
baute renommée. Tarugi est moins célèbre. Il fut fait 
cardinal par Clément VIII en iSgô. Il étoit alors ar- 
chevêque d'Avignon , et il avoit été général de la con- 
grégation de Saint-Philippe de Né ri. Le cardinal d'Ossat 
parle de lui avec beaucoup d'éloges dans ses lettres, 
et Baronius l'appeloit un homme apostolique, compa- 
rable aux anciens pères, Morcelli a donc pu dire que 
deux grands hommes partagent avec Maury leur com- 
mun tombeau, en imitant la noble hardiesse du Dante 
qui a esé prendre lui-même sa place parmi les plus 
grands poètes de l'antiquitc* (i).Mais, pour rendre cette 

( I ) K piîi d^oDore aacora as-xai mi fenoo , 

, Ch* «^^i mi fecer délia loro nckiera; 

Si ch' io fui Àe>lo tra culaulo seouo. 

Ils m'ilODurèrent encore bien Javuntage, car ils m'admirent un 
milieu d'eux , et je formai le sixième parmi ces grands génies. 

(hj. Dante. L'Enfer, cha-* ^- ^ 



NOTES. 283 

allusion encore plus frappante , voici Tépitaphe singu- 
lièrement remarquable que fiaronius et Tarugi ont 
également en commun , pour que rien ne pût diviser 
ces deux amis , même après leur mort. 

• 

D. 0. M. 

FRANCISCO. MARIAE. TAUftUSIO. POLITIANO. 

ET. 

CAESARI. BARONIO. SORANO. 

EX. CONGREGATIONS. ORATORII. S. R. £. PRESB. GARD. 

NE. CORPORA. DISJUNGERENTUR.UN. MORTE. 

QUORUM. ANIMI. DIVINIS. VIRTUTIBUS. INSIGNES. 

IN. VITA. CONJUNCTISSIMI. EUERANT. 

EADEM. CONGREGATIO. UNUM. UTRIQ. MONUMENTUM. POSUIT. 

TAURUSIUS. VIXIT. ANNOS. LXXXII. MENS. IX. DIES. XIV. 

06IIT. m. IDUS. JUNII. MDGVIII. 

BARONIUS. VIXIT. AN. LXIX. MENS. VIII. OBIIT. 

PRIDIÈ. KAL. JULII. MDCVII. 



A DIEU TRES-BON ET TRES-GRAND. 

« La congrégation de Saint-Philippe de Néri a fait 
ce ériger ce monument en commun à François Marie 
« Tarugi de Montépulciano , et à César Baronius de 
« Sora , tous deux membres de l'oratoire et cardinaux 
« prêtres de la sainte Eglise romaine , pour que la mort 
« ne séparât point les précjeux restes de ces hommes 
« dont les cœurs , doués de vertus divines, avoienf été 



2b4 NOTKS. 

u si étroitement lies pendant leur vie. Tarugi vécut 
« quatre-vingt-deux ans , neuf mois et quatorze jours. 
« 11 de'céda le ii juin 1608. Baronius vécut soixante- 
u neuf ans et huit mois. Il mourut le 3o juin 1607. » 



^'OTEs. ^ :>85 



NOTE N" 37, p. i52. 

Ici , plus que jamais, j'ai besoin de mode'rer ma dou- 
leur et ma trop juste indignation. Mais la re'serve que 
je me suis imposée, ne me dispense point de payer la 
dette de la reconnoissance. Voici la copie d'une lettre 
que je fus force' d'adresser à M. le cardinal Consalvi, 
le 16 mai 1817. 

« J'avois de grandes obligations à votre e'minence; 
« mais, après tout ce qu'elle vient de faire pour un an^ 
« cien ami , et après surtout qu'elle a fait de'cerner à 
« ses précieux restes les honneurs qui lui ëlolent dus, 
« jamais je ne pourrai assez lui exprimer ma recon- 
« noissance. Puisque , à Rome même , on a eu la pensée 
« de refuser à un cardinal jusqu'à une pierre , Vossa 
« Torquati Tassi, qui indiquât le lieu de sa sépulture, 
« je supplie votre e'minence de vouloir bien me faire 
« accorder par le pape la grâce que j'ai déjà implorée : 
« elle sera un nouveau témoignage des glorieux senti- 
« ments de sa sainteté pour mon oncle. Son nom ne 
« périra pas. La haine, la jalousie, ont un terme. Un 
« jour on se rappellera les services rendus par lui à la 
« religion et au trône ; et on saura que M. le cardinal 
« Consalvi a daigné consoler les derniers instants de sa 
« vie, après avoir toujours été son- ami. J'ai l'hon- 
« neur, etc. » 



y 



286 iVOTËS. 

Son dmincnce me dit que je pouvois être tranquille, 
et qu'elle veilleroit à tout. Mais à Rome la plus simple 
négociation y devient une affaire d'état, et il y faut un 
siècle pour' arriver à un résultat quelconque. A ces 
lenteurs ordinaires il se joignoit en outre des obstacles 
particuliers que M. le cardinal Gonsalvi voulut d'abord 
essayer de lever. Quand il vit que ses bons offices 
étoient infructueux, il s'empressa de me faire savoir, 
le 1 4 juin, par monseigneur Fornici, secrétaire de la con- 
grégation du cérémonial, que sa sainteté avoit confirmé 
ses dispositions souveraines pour la sépulture du car- 
dinal Maury dans l'église de Santa-Maria inYallicella, 
avec la faculté expresse d'y faire placer une pierre sé- 
pulcrale ou un tombeau : Sua eminenza mi confermo 
la sovrana disposizione , che fosse tumulato nella chiesa 
di Santa-Maria, accordando per altro di mettere una 
lapide, unpiccolo monitmento. Le corps^étoit resté tout 
ce temps-là en dépôt dans une salle contiguë à la sa- 
cristie de la chiesa nuova , où s'étoit tenue la chapelle 
pontificale. Il fut enseveli le 19 du mois de juin. 

Je songeai alors à faire élever un petit monument à 
la mémoire de mon oncle. Mais le supérieur de l'église 
représenta que les constitutions de Saint-Philippe de 
Néri m'en faisoient une défense, à laquelle il n'a voit 
jamais été dérogé , pas même pour M. le cardinal 
Giraud , enterré dans une chapelle appartenante <^ sa 
famille , et qu'il m'étoit seulement permis de placer 
une inscription. Bene inteso che rimanga escluso il dfe- 
posito , corne cosa espressamenie vieiata dalle costitU" 



NOTF.S. 26j 

zioni di San Filippo, citi ne tampoco si i^olle derogarc 
pel cardinale Giraud, deposto nella cappella gentilizia 
di suafamiglia, e che solo siapermesso difarporre una 
lapide. 

Forcé de renoncer à ina première idée, et de me 
contenter d'une épitaphe , je m'adressai au célèbre 
MorcelK de Brescia, en le priant de la faire la plus sim- 
ple possible. Morcelli me servit au-delà de mes désirs. 
En le remerciant de son extrême obligeance , je me 
permis de lui soumettre humblement quelques obser- 
vations , entre autres sur le sanctissimo , et je lui pro- 
posai de substituer à ce mot Tépithète egregio , par 
laquelle Pie VI avoit voulu désigner le cardinal Maury, 
dans une allocution consistoriale , et qui plaisoit tant à 
Marmontel , qu'il avoit écrit au bas du portrait de son 
ami : Vm egregius. Verba PU VL 

Morcelli me répondit que toutes les expressions lia- 
norifîques dont il avoit fait usage , avoient été consa- 
crées par Pie VI lui-même à la gloire du cardinal Mau- 
ry ; et puis , pour le sanctissimo qu'il y avoit ajouté , 
il m'envoya une foule d'autorités qui démontroient 
jusqu'à l'évidence, que cette épithète s'appliquoit , on 
ne peut pas plus convenablement, à un évêquc. — Sain- 
teté, titre honorifique desévêques. Glossaire de Carpen- 
TiER. Sanctitas, titulus honorarius episcopontm. Glossa- 
RiUM Carpentier, — T'ous les és^êques sont saints, mais ils 
ne sont pas tous de saints évêques .Omnes namque sancii 
episcopi, non tamen omnes episcopi sancti. Ducange, etc. 

Je sentis la justesse de ces réponses , plus décisives 



288 NOTES. 

encore tic la part d'un liomnic si profondément verse 
dans cette matière, que lui-même formoit autorité. 
Ainsi donc, plein d'une juste confiance, je présentai à la 
censure la minute telle (Jue je Tai rapportée. Le maître 
du sacré palais apostolique me donna par écrit la per- 
mission de la faire graver ou imprimer , à mon ckoix. 
En vertu de cette autorisation , je commandai ensuite 
la pierre sépulcrale , pour rendre le dernier devoir de 
la piété filiale, en laissant ce souvenir à la mémoire du 
cardinal Maury. 

Voici , sans rien changer à l'épitaphe, ce que Mor- 
celli consentoit à regret qu'on y eût ajouté , afin de 
désigner le lieu de la naissance , l'église titulaire (i) ^^ 
l'endroit précis de la sépulture. 

QL'IETI. ET. MEMORI^ï:. 

JOAN. SIFRED. MAURY. 
DOMO. VALREA. VENUSIN. 
CARD. TIT. TRINITATE. AUGUSTA. 
PONTIFICIS. FALISCODUN. ET. CORNETAN. ETC. 
nUNC. PROPÈ. ALTARE. MAXIMUM. 
MAGNl. VIRI. BARO.VIUS. ET. TARUGIUS. 
TDMULI. SOCIUM. IIABENT. 

«« Au repos et à la mémoire de Jean Sifrein Maury, 



(i) Le pape assigne à tous les membres du sacre collège une 
egHse où ils ont droit de juridiction , et qui s^appelle titulaire , 
parce que c^c'toit uniquement sous ce titre qu'ion les designoit au- 
trefois. On disait ainsi : le cardinal de Saint-Marc , de Saint- 
Goorgcfi , elc. 



NOTES. 289 

« né à Yabéas , dans le comtat Yénaissin , cardinal du 
«c titre de la très^ainte Trinité au montPincius, évéque 
tt de Montéfiascone et de Gornéto , etc. 

«c Deux grands hommes , Baronius et Tarugi , par- 
te tagent avec lui leur tombeau , qui est situé auprès du 
«( maitre-auteL » 

Le cercueil est placé entre ceux de Baronius et de 
Tarugi. 



FIN. 



ï9